Des montagnes cinq étoiles dans le parc national du Mont-Mégantic

Nathalie Schneider
Collaboration spéciale
L’hiver est assurément le meilleur moment pour que le visiteur plonge dans l’ambiance floconneuse qui marque le flanc des hautes montagnes.
Photo: Mathieu Dupuis L’hiver est assurément le meilleur moment pour que le visiteur plonge dans l’ambiance floconneuse qui marque le flanc des hautes montagnes.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

On connaît bien la vocation astronomique du parc niché au creux des Appalaches. Mais en hiver, c’est dans le secteur de Franceville qu’il faut se rendre pour admirer et grimper d’impressionnantes montagnes.

Regardez-le dans tous les sens : du sommet du mont Mégantic ou de celui du mont Saint-Joseph, et les yeux levés vers la Réserve internationale de ciel étoilé, le parc national du Mont-Mégantic, situé dans le sud-est des Cantons-de-l’Est, est niché au cœur d’une vaste mer de montagnes qui multiplie les points de vue vertigineux. Partout sur le territoire, refuges et camps rustiques permettent de prolonger son immersion durant plusieurs jours, notamment en randonnée pédestre ou en ski nordique.

Depuis près de 30 ans, le secteur de l’Observatoire met en vedette le ciel, notamment avec les soirées d’astronomie hivernale à l’ASTROLab, unique dans la province. Mais c’est le plus récent secteur de Franceville, inauguré en 2012, qui fait voir les montagnes sous une autre perspective. Il ne faut guère rouler plus de 20 km pour relier les deux secteurs ; on peut donc passer de l’un à l’autre sans difficulté.

Randonnées à Franceville

Vous trouverez un grand nombre de sentiers de randonnée dans cette partie du parc, qu’on arpente régulièrement en crampons plutôt qu’en raquettes. L’un des plus beaux est sans aucun doute le Sentier des escarpements, ainsi nommé parce qu’il longe de superbes parois rocheuses d’où s’échappent des cascades de glace. Pour atteindre ce sentier de 6,4 km, il faut d’abord emprunter la Promenade du ruisseau, qui ondule paisiblement à travers une forêt de feuillus, notamment de bouleaux jaunes. À plus de 600 m d’altitude, le sentier débouche sur Les Coös et le Vertige des escarpements, deux belvédères naturels exceptionnels d’où l’on observe l’ASTROLab, petit point blanc qui se détache dans un océan de sommets montagneux.

Pour un défi encore plus soutenu, le randonneur expérimenté ne manquera pas de faire le Sentier des cimes, une bonne boucle de 11,4 km qui emprunte la crête rocheuse du secteur de Franceville en passant par les points de vue saisissants de la Porte du ciel (765 m) et du Pic de l’aurore (840 m), le long d’un dénivelé de 390 m. Pour une expérience vraiment immersive, on passe la nuit dans le refuge du Ruisseau-de-la-montagne (650 m) avant de terminer la boucle par la Piste de la vallée. Les refuges, ouverts de jour aux randonneurs qui veulent y faire halte, peuvent être loués pour la nuit sur réservation. Une expérience tout simplement unique.

Des projets plein le parc

 

Le secteur de Franceville offre une grande diversité d’activités, à l’image de la plupart des parcs nationaux ouverts en hiver. « Depuis l’ouverture du secteur, la courbe de fréquentation est exponentielle, dit Dany Gareau, directeur du parc national du Mont-Mégantic. Présentement, nous travaillons à optimiser les tracés en interreliant entre eux les sentiers de randonnée menant sur le mont Mégantic ou sur le Pain de sucre [où passe le Sentier des escarpements]. »

Encore mieux : un des projets de l’établissement est de conclure un partenariat visant le prolongement de ses réseaux pédestre et cyclable avec le parc régional du Marécage-des-Scots, situé à Scotstown. D’ailleurs, le partenariat semble être dans l’ADN du parc national du Mont-Mégantic, qui collabore avec « une constellation de partenaires », selon l’expression de Dany Gareau, notamment en ce qui a trait à la Réserve de ciel étoilé.

Nuits étoilées

 

Pour y passer une ou plusieurs nuits, on a l’embarras du choix : ce parc propose en effet une grande diversité d’hébergements, surtout dans le secteur de l’Observatoire. Pour une expérience rustique, on opte pour le camping d’hiver, l’assurance d’être aux premières loges de l’activité de la faune, dont les traces sont visibles sur la neige. Camps rustiques et refuges complètent l’offre au cœur de l’action pour les randonneurs nomades. Si on préfère un traitement aux petits oignons, on choisit plutôt les chalets Écho, prouesse de confort pratique dans une incroyable économie d’espace.

Infos pratiques

Les activités d’astronomie, offertes dans le secteur de l’Observatoire, se font par Facebook Live (ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic). Des classes en direct, à l’attention de la clientèle scolaire, sont également diffusées sur la plateforme.

Le secteur de Franceville est accessible par Scotstown. Service de transport des bagages offert pour la longue randonnée. Droit d’accès journalier : 9 $ (gratuit pour les 17 ans et moins). Tarif du chalet Écho pour deux personnes : 126 $ la nuit.

 

À voir en vidéo