Charlevoix, côté montagne

Marie-Julie Gagnon
Journaliste et chroniqueuse voyage
Les télécabines menant au sommet du Massif de Charlevoix offrent une vue imprenable sur le fleuve.
Photo: Marie-Julie Gagnon Les télécabines menant au sommet du Massif de Charlevoix offrent une vue imprenable sur le fleuve.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Depuis cet été, le Massif propose des activités en toute saison. Et si on filait à la montagne plutôt qu’à la plage ?

La tête dans les nuages

Lieu de prédilection pour fuir la canicule, la montagne n’est pas que pour les sportifs aguerris : elle convient tout autant aux adeptes de randonnée pédestre… qu’à ceux qui préfèrent le farniente avec vue. Ce sont ces deux « activités » que j’ai privilégiées après un mois intense d’exploration sur les routes du Québec, en juillet dernier.

Alors que les cyclistes dévalaient les pentes à vive allure — 20 km de sentiers leur sont accessibles depuis cet été —, j’ai descendu, puis remonté tranquillement la montagne à bord de la télécabine, complètement éblouie par la vue sur le fleuve (j’en ai bien sûr profité pour reluquer le Club Med en construction — ça avance ! —, mais c’est une autre histoire). Accessible seulement quelques jours par semaine cet été, la télécabine sera en fonction sept jours sur sept en 2022.

Le Massif mise aussi sur les hébergements pour convaincre les amateurs de plein air de « vivre » la montagne plus longtemps, en toute saison. « Nous avons au total près de 70 unités en location à la montagne ainsi qu’une quarantaine d’unités en construction cet été au sommet », indique Maude Barrette Desjardins, directrice des communications et du marketing.

En plus des luxueux chalets forêts et des jumelés, au sommet, des refuges sont offerts en location été comme hiver. Ces derniers n’ont d’ailleurs rien à voir avec les refuges rustiques qu’on trouve un peu partout : ce sont des minimaisons tout équipées pouvant accueillir jusqu’à six personnes, avec salle de bain, électricité et wifi, dans le secteur Camp-Boule.

Et la randonnée ? Bien que l’affichage restait à peaufiner lors de notre passage, nous y avons croisé différents types de marcheurs. Le sentier idéal avec des enfants ? Maude Barrette Desjardins recommande La Promenade. « C’est un sentier d’à peine 3 kilomètres en petites pierres super facile et très large, qui nous emmène jusqu’à la butte ronde et offre des vues imprenables sur le fleuve. Il y a peu de dénivelé. […] Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite continuer jusqu’au sommet en empruntant le sentier Les Crêtes. » Le Button est aussi une bonne option pour les marcheurs du dimanche.

Vélo pour tous ?

L’engouement pour les aventures sur deux roues est indéniable. « Le vélo de montagne s’est énormément démocratisé au cours des deux dernières années », observe Maude Barrette Desjardins. Toutefois, la descente n’est pas forcément aisée pour les novices, même s’ils ont l’expérience du vélo de route. Bien qu’accessibles aux débutants comme aux experts, les sentiers du Massif, qui proposent les plus longues descentes de la province, exigent une certaine agilité. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de difficulté technique que cela ne représente pas de défis, qui seront différents pour chaque niveau », nuance Mme Barrette Desjardins.

Photo: Élisabeth Anctil-Martin

Afin de permettre aux néophytes d’être mieux outillés avant leurs premières descentes, des cours seront offerts dès cet automne au Massif. « Les gens qui n’ont jamais fait de ski ont le réflexe de suivre un cours, alors qu’ils ne l’ont pas pour faire du vélo de montagne parce qu’ils ont déjà fait du vélo. Mais les conséquences peuvent être plus importantes. » Un nouveau secteur de perfectionnement et d’habiletés, à la base de la montagne, permettra également d’apprendre à mieux maîtriser son vélo, particulièrement dans les virages inclinés ou plus étroits.

À quoi s’attendre au cours des prochains mois ? « Nous aurons une offre plus technique pour les experts et une offre pour les familles de tous âges. » Dès cette année, 8 kilomètres de piste seront ajoutés. Les plus téméraires peuvent déjà expérimenter le Gros Bœuf, un sentier de 600 mètres. Sentiers Boréals a par ailleurs entamé le développement d’un nouveau sentier de 4 kilomètres de type singletrack, qui sera ouvert l’été prochain.

Du canyoning à la découverte des plantes

Grâce à un partenariat avec Canyoning Québec, les amateurs de sensations fortes peuvent cette année tester un nouveau parcours familial accessible aux enfants dès l’âge de 8 ans. Auparavant, il fallait être âgé d’au moins 14 ans pour descendre les chutes sur cordes dans le cadre d’une excursion guidée.

Plutôt intéressé par la découverte de la nature ? Forêt gourmande vous invite à prendre part à une visite guidée d’environ une heure et demie pour apprendre à mieux connaître les plantes comestibles du secteur (25 $ plus taxes par personne. Gratuit pour les 11 ans et moins accompagnés d’un adulte).

À surveiller

• Le Club Med Charlevoix sera inauguré le 3 décembre 2021.

• Le Massif compte un nouveau camping nomade pour les fourgonnettes aménagées (l’espace Van Life), à la base de la montagne (près du stationnement P3), à deux pas de la remontée mécanique principale et des sentiers de randonnée.

• Les amateurs de course sur sentier peuvent pour leur part emprunter l’un des deux parcours balisés du Massif, dans le cadre de la course du « Loup solitaire Harricana Lone Wolf ».

• Prix d’une balade en télécabine : 21,50 $ pour un adulte, 63,50 $ pour une famille de 4 et gratuit pour les 6 ans et moins.

Notre journaliste était l’invitée du Massif. 



À voir en vidéo