Trois suggestions pour voyager autrement en attendant l'été

Marie-Julie Gagnon
Journaliste et chroniqueuse voyage
C’est le moment de prévoir une escapade à Rougemont, la capitale de la pomme du Québec, pour profiter de ces paysages éphémères, qui devraient atteindre le sommet de leur beauté autour de la fête des Mères.
Photo: Bernard Brault/Tourisme Rougemont C’est le moment de prévoir une escapade à Rougemont, la capitale de la pomme du Québec, pour profiter de ces paysages éphémères, qui devraient atteindre le sommet de leur beauté autour de la fête des Mères.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Offrez-vous des fleurs à Rougemont

La floraison sera précoce cette année dans la capitale de la pomme du Québec. C’est le moment de prévoir une escapade à Rougemont pour profiter de ces paysages éphémères, qui devraient atteindre le sommet de leur beauté autour de la fête des Mères. « Le pic est prévu pour le 9 mai, souligne Steve Flanagan, porte-parole de Tourisme Rougemont. C’est vraiment hâtif, l’année dernière, c’était les 23 et 24 mai. Selon les producteurs, c’est la floraison la plus hâtive depuis une décennie. »

Ceux qui ne peuvent se déplacer ont la possibilité de se balader à travers ce décor féerique depuis leur salon grâce aux images tournées par la jeune pousse Hoppin en 2020. En plus des « vidéos 360 degrés » publiées sur le site de Tourisme Rougemont, l’expérience immersive peut se vivre entre amis par l’entremise de la réalité virtuelle. Munis de casques Oculus, les visiteurs se retrouvent propulsés au belvédère du sentier pédestre de la Cidrerie Michel Jodoin, au Domaine Cartier-Potelle, au Vignoble et cidrerie Coteau Rougemont, aux Vergers Paul Jodoin ou à la Fruiteraie des Gadbois. « Quand on télécharge l’application, on peut se donner rendez-vous dans le verger et discuter, peu importe où l’on se trouve sur la planète », résume le porte-parole.

Bien entendu, rien ne remplace une visite en chair, en os… et en odeurs. Steve Flanagan espère d’ailleurs que la floraison des pommiers deviendra une tradition au Québec, « un peu comme les cerisiers au Japon, pour marquer le début du printemps ». « Ce qui est particulier à Rougemont, poursuit-il, c’est qu’il y a un demi-million de pommiers, dont une dizaine de vergers d’envergure, alors ça rend le paysage très spectaculaire. »

On en profite pour acheter de quoi pique-niquer chez Si Henri Savait et faire une randonnée dans les sentiers Jean-Baptiste-Jodoin, accessibles tous les jours entre 9 h et 16 h. Les chiens en laisse sont aussi les bienvenus. Coût : 4 $ pour les adultes et les plus de 12 ans.

 

L’Académie Vaolo en ligne

Le Sommet de l’Académie Vaolo, plateforme collaborative qui fait la promotion d’expériences hors du commun, bat son plein jusqu’au 7 mai. L’objectif est d’abord de recruter des explorateurs qui partiront à la recherche de lieux inspirants, mais la première édition du sommet virtuel est ouverte à tous, qu’on souhaite pousser l’expérience par la suite ou simplement s’intéresser aux questions liées au monde du voyage.

Tous les jours, des discussions autour de différentes thématiques sont accessibles gratuitement. Notamment au programme : le voyage de demain, le 3 mai, avec Danielle Landry, fondatrice de Ville en forêt, l’écoaventurier Benjamin de Molliens et Richard Rémy, fondateur de Karavaniers, et la psychologie de l’aventure, le 4 mai, avec Nicolas Dubreuil, spécialiste des milieux polaires et fondateur de SEDNA, Renée-Claude Bastien, guide d’aventure depuis près de 20 ans, et l’ultramarathonien Florent Bouguin.

 

Le Courrier nomade de Gitane

Comment continuer à gagner sa vie en pleine pandémie quand on œuvre dans le monde du tourisme depuis près d’une décennie ? En usant de créativité. C’est en cherchant à retrouver le plaisir de l’évasion que la Québécoise Gitane Charron a eu l’idée de créer Courrier nomade, qu’elle décrit comme une « série de lettres fictives d’une jeune voyageuse ».

« L’idée du Courrier nomade est venue d’une passion pour l’écriture, les arts visuels, les récits, mais plus que tout, la passion du voyage », écrit-elle.

Tantôt imaginaires, tantôt inspirées de ses propres expériences, les missives illustrées sont envoyées chaque mois aux abonnés, selon un itinéraire autour du monde qu’on peut même suivre sur Google Maps.

Voilà une bien charmante manière de voir du pays alors qu’on ne peut pas encore se balader au Québec, et de renouer avec le plaisir des lettres en papier.

À surveiller

• Du 6 au 16 mai 2021, c’est la Semaine du cidre du Québec ! Pour l’occasion, le Verger Hemmingford, en Montérégie, proposera une visite guidée virtuelle de la cidrerie créative… de nuit. Les curieux pourront explorer l’endroit en compagnie des fondateurs, François Pouliot et Stéphanie Beaudoin, en direct sur la page Facebook de l’entreprise le 11 mai
à 21 h.

• À la recherche d’une activité à faire à la maison ? L’expérience en ligne Effets spéciaux !, concoctée par le Musée de la civilisation de Québec, est maintenant offerte dans la boutique en ligne (section activités). Coût : 10 $.

   

À voir en vidéo