Du vin et des couleurs, aubergiste!

Marie-Julie Gagnon Collaboration spéciale
Le Vignoble de la rivière du Chêne, dans les Basses-Laurentides, offre un merveilleux cadre pour s’initier à la cueillette de raisins.
Photo: Vignoble de la rivière du Chêne Le Vignoble de la rivière du Chêne, dans les Basses-Laurentides, offre un merveilleux cadre pour s’initier à la cueillette de raisins.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Alors que l’automne colore peu à peu le paysage, les amateurs de vin boivent bleu et mettent la main à la vigne. Et si on réservait aussi nos escapades sans passer par des sites étrangers ?


 

Les vendanges au Vignoble de la rivière du Chêne

Après avoir bu des vins québécois tout l’été, certains auront peut-être envie de vivre l’expérience des vendanges cet automne. Le Vignoble de la rivière du Chêne, à Saint-Eustache, dans les Basses-Laurentides, offre un merveilleux cadre pour s’initier à la cueillette de raisins à 45 minutes de Montréal. En septembre et octobre, de 80 à 100 personnes peuvent s’inscrire gratuitement pour participer aux vendanges du domaine de 16,5 hectares. « Cette année, nous prendrons moins de monde qu’à l’habitude, mais le champ de vignes est grand, alors les deux mètres seront bien respectés », lance le vigneron et propriétaire Daniel Lalande, qui accueille lui-même les volontaires au petit matin.

Les participants œuvrent en groupes de deux — « l’un en face de l’autre, sur une rangée », précise le vigneron — et une quarantaine de mètres les séparent des autres. Un lunch est servi et une visite extérieure est proposée en fin de journée. « Je dis toujours aux flâneurs de s’abstenir. C’est du travail bénévole, mais en échange, nous leur faisons vivre une belle journée. »

Les curieux moins enclins au travail physique peuvent pour leur part s’offrir une visite guidée et une dégustation ou un forfait gourmand. « En octobre, nous proposerons un menu plus bistro, souligne Daniel Lalande. Les vendredis et samedis soir, nous aurons un menu d’automne avec huîtres, moules à volonté, saucisse, bavette… » Voilà qui met l’eau à la bouche !

Ça bouge au Massif !

Du 19 septembre au 12 octobre, le Massif de Charlevoix propose quatre week-ends d’activités pour profiter de l’automne. C’est l’occasion de dévaler les onze nouvelles pistes de vélo de montagne qui totalisent 20 km du sommet à la base, de faire de la randonnée, de la course en sentier, du canyonisme, de prendre le train panoramique ou simplement de contempler le paysage depuis le sommet, accessible en télécabine. Les billets peuvent être achetés en ligne. Des forfaits avec hébergement dans les nouveaux condos qui se trouvent au pied des pentes, les Caches de la Grande-Pointe, sont également offerts.

Avis à ceux qui se déplacent en fourgonnette, des emplacements sont disponibles au coût de 20 $. L’accès est toutefois réservé aux roulottes et aux véhicules de 22 pieds et moins.

À boire, aubergiste !

En 2016, deux aubergistes de Chaudière-Appalaches, Gilles Tardif, de la Maison du Grand Héron, à L’Isle-aux-Grues, et Nancy Lemieux, de l’Auberge des Glacis, ont eu l’idéede créer une coopérative de solidarité sans but lucratif afin de regrouper les 300 aubergistes du Québec. L’objectif : développer une image de marque commune. Quatre ans plus tard, voilà que le Réseau québécois Aubergiste ! propose d’effectuer des réservations dans les auberges du Québec sans intermédiaire grâce à un outil transactionnel indépendant lancé en mai dernier.

Ancien moulin à farine converti en auberge il y a 31 ans, l’Auberge des Glacis mise sur des plats concoctés à partir des ingrédients de 70 producteurs locaux. Ex-journaliste, la propriétaire a même créé une webtélé pour les mettre en valeur, Glacis.tv. Nancy Lemieux privilégie d’ailleurs l’achat local tant dans sa vie personnelle que professionnelle. « Nous ne sommes pas sur Booking ni sur aucun autre site de réservation du genre », souligne celle qui a été couronnée Hôtelière de l’année du Québec en 2017. « Bleus jusqu’au bout ! »

Ce ne sont pas les idées qui manquent pour mettre en valeur les membres de la coopérative. « Nous prévoyons notamment de développer une route des aubergistes », glisse-t-elle. À suivre…

À surveiller

Première coopérative hôtelière au Québec, Ôrigine artisans hôteliers regroupe des hôtels et auberges indépendants des quatre coins de la province. Le site permet de repérer des forfaits dans les 30 établissements du réseau, notamment à l’Auberge des 21, à La Baie, au Saguenay. Parmi les nouveaux membres, mentionnons le superbe hôtel Le Crystal, à Montréal.

On aime : les capsules vidéo de Tourisme Laval animées par l’humoriste Daphné Létourneau, qui présentent les différents attraits de la ville sur les réseaux sociaux. De la pub, oui, mais qui fait sourire.