Une nouvelle adresse branchée à Manhattan

Les suites du 18e étage de l’Innside by Melià, inauguré à la mi-mars, s’ouvrent sur un balcon donnant sur la ville qui ne dort jamais.
Photo: Hôtels Melià Les suites du 18e étage de l’Innside by Melià, inauguré à la mi-mars, s’ouvrent sur un balcon donnant sur la ville qui ne dort jamais.

Admirer le lever du soleil sur Manhattan en dégustant un espresso en peignoir sur une terrasse privée ? Fait !

C’est que les suites du 18e étage de l’Innside by Melià, inauguré à la mi-mars, s’ouvrent sur un balcon donnant sur la ville qui ne dort jamais.

Toutes les chambres sont bien équipées, avec notamment ce qu’il faut pour brancher les appareils électroniques d’un couple branché, une cafetière Nespresso et un minibar gracieusement fourni tous les jours de bouteilles d’eau et de boissons non alcoolisées.

Avantage non négligeable, elles sont également confortables (oh le lit !), mais l’appel de la terrasse est plus fort que tout. On aurait envie d’y camper pour le week-end.

De vider les capsules de Nespresso ou de commander à boire et à manger puis de s’y incruster, mais justement, cette vue éblouissante nous rappelle que la ville est là, à nos pieds, et qu’il n’y a pas tellement de temps à perdre dans sa contemplation béate.

Photo: Hôtels Melià L’entrée de l’hôtel

De retour dans la blancheur de la chambre, puis dans le cocon blanc de l’ascenseur, avant de traverser le bar, tout de noir, gris et blanc, vêtu avec des touches acidulées, et enfin la terrasse qui tente un dernier essai pour nous retenir, comme elle a bien réussi à le faire avec ces deux jeunes New-Yorkaises qui vident vaillamment une bouteille de Veuve Clicquot rosé.

Jusqu’à il y a quelques années, le quartier maintenant connu sous le nom de New West Side était un peu boudé, mais il a officiellement pris son envol. Dans les environs immédiats : le Fashion Institute of Technology, les jardins de Madison Square, le Flatiron un peu plus loin, la Highline, Union Square, Chelsea Market et le nouveau Whitney Museum signé Renzo Piano. Et l’année prochaine, le profil du quartier changera encore quand l’immeuble d’appartements conçu par Zaha Hadid brillera de tous ses feux sur la 28e Rue.

Les bons marcheurs peuvent facilement se rendre jusqu’à Central Park, prendre un verre à Tavern on the Green ou manger au Bar Boulud, ou les deux. En rentrant à pied à l’hôtel, c’est chouette de se perdre dans la foule et les lumières de Times Square, avant de retourner prendre le frais sur notre terrasse privée…. après un arrêt au bar, décidément trop invitant, pour un dernier verre. Les gratte-ciel illuminés de Manhattan composent un tableau dont on ne se lasse pas. Ici, le lit fait face à la fenêtre et on aurait envie de ne pas fermer les tentures pour jouir pleinement du spectacle.

Le petit-déjeuner est servi dans la belle salle du restaurant Impero Caffè, qui sert une cuisine d’inspiration italienne midi et soir, signée Scott Conant. Le cappuccino du matin est résolument italien. Bien qu’il soit aménagé au sous-sol, l’espace restaurant est baigné de lumière naturelle.

De retour dans le tintamarre des klaxons et les odeurs de pretzels pour une promenade jusqu’au Mémorial du 11-Septembre et un long arrêt dans ce temple du magasinage qu’est Century 21 (oh l’étage des designers !). Pause lunch tardif à l’Eataly, avant de revenir à l’hôtel jouir de la vue (quand même !), puis retrouver la terrasse du bar le temps d’un apéro.

Belle découverte en soirée dans Tribeca : Maman, un café-boulangerie–salle-à-manger conçu par un chef étoilé français qui propose une cuisine savoureuse, légère et santé et une petite carte de vins français.

C’est l’heure de regarder une dernière fois la ville scintiller autour de nous. Bonne raison pour laisser les tentures ouvertes.

À voir en vidéo