Mises en scène à Moulins

Le Centre national du costume de scène abrite les prestigieuses collections de l’Opéra national, de la Comédie-Française et de la Bibliothèque nationale.
Photo: Pascal François CNCS Le Centre national du costume de scène abrite les prestigieuses collections de l’Opéra national, de la Comédie-Française et de la Bibliothèque nationale.

Le Centre national du costume de scène (CNCS) est né sous une bonne étoile. Parmi les parrains aux doigts de fée qui se sont penchés sur son berceau, nul autre que Christian Lacroix, qui a conçu de fabuleux costumes de scène pour de remarquables productions européennes. Il demeure président honoraire de l’établissement et a d’ailleurs signé la déco du charmant resto du musée.

 

Situé à Moulins, dans le département de l’Allier, en Auvergne, ce musée loge dans une partie du quartier Villars, une écurie de cavalerie royale classée monument historique en 1984. Si l’écrin en impose, notamment avec son spectaculaire escalier, le joyau qu’il renferme émerveille.

 

Pourquoi Moulins ? Et pourquoi pas ? Le lieu a été choisi en raison de la disponibilité de ce splendide édifice et dans la foulée d’un mouvement de décentralisation des institutions culturelles qui a favorisé l’ouverture de musées en région.

 

Le Centre national du costume de scène abrite les prestigieuses collections de l’Opéra national, de la Comédie française et de la Bibliothèque nationale. Soieries, broderies, lins fins, cuirs souples et dentelles, ce sont plus de 10 000 costumes de scène qui y sont exposés ou entreposés.

 

Parmi les trésors cachés dans les réserves, une robe qui a habillé Sarah Bernhardt et les costumes portés lors des cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques de 1992 à Albertville. Un espace ludique dédié aux familles permet de toucher et même d’essayer quelques costumes…

 

En 2013, 20 ans après la mort du célèbre danseur et chorégraphe, la Fondation Rudolf Noureev léguait ses collections de meubles, tableaux, vêtements de ville et de scène au CNCS.

 

Comment ne pas être ému devant ces pourpoints faits main qu’il a portés dans ses plus grands rôles ? Impossible de rester de marbre devant les meubles et objets d’art qui ornaient l’une ou l’autre de ses maisons, ou devant une maquette de son tombeau conçu par le décorateur de plusieurs ballets chorégraphiés par Noureev, qui a également scénarisé l’exposition permanente qui lui est consacrée.

 

Depuis son ouverture en 2006, le CNCS a présenté une quinzaine d’expositions et accueilli plus d’un demi-million de visiteurs.

 

À venir : l’expo Shakespeare, l’étoffe du monde. Du 14 juin 2014 au 4 janvier 2015. cnsc.fr.

À voir en vidéo