Or noir, villes blanches et vie en rose

La mosquée et le fort de Mouttrah, en arrière-plan.
Photo: La mosquée et le fort de Mouttrah, en arrière-plan.

Au sud du plus grand chantier de la planète, celui de Dubaï, une paisible pétromonarchie préfère l'authenticité et la modestie à l'excentricité et à la mégalomanie. Enturbanné d'une aura mystique, elle persévère dans la tradition tout en suscitant intrigue et fascination; plus qu'un complément à une visite de Dubaï, Oman forme en soi une surprenante destination.

Mascate — Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'Oman revient de loin. Il n'y a pas si longtemps — 40 ans à peine —, ce discret sultanat de la péninsule arabique vivotait en mode médiéval dans une ambiance pour le moins tiers-mondiste. À l'époque, le pays ne comptait que trois écoles et une vingtaine de lits d'hôpitaux et accusait un analphabétisme rampant ainsi qu'une espérance de vie inférieure à 50 ans. Journaux, télé et radio étaient media non grata et le seul ruban de bitume se déroulait entre Mascate et son quartier de Mouttrah, sur à peine dix kilomètres... Bref, c'était la mouise.

Tout a changé quand l'actuel sultan Qabous décida que ça commençait à bien faire, de laisser dormir tous ces pétrobidous dans les coffres de son paternel, un grippe-sous parano replié sur lui-même. De retour d'un séjour dans la fière Albion, fiston bouta alors papa hors du sultanat (en fait, il le qabouscula) et entreprit de rénover le pays. Ainsi débuta ce qu'on appelle aujourd'hui la Renaissance d'Oman.

Désormais, les Omanais ont tous accès à de décents soins de santé, les nouvelles générations sont scolarisées et le pays est traversé par un vaste réseau de routes pavées et lisses comme un billard. Mieux: le sultan Qabous a créé un véritable État-providence qui subvient aux besoins élémentaires de tout un chacun, à commencer par les nécessiteux. Inutile de préciser que, malgré une monarchie absolue et un sultan plénipotentiaire, pas moyen de trouver quelqu'un qui ait ici du fiel à déverser.

Dans cet ancien protectorat britannique empreint d'un islam tolérant et progressiste, on fait aussi la part belle aux femmes, détentrices de plusieurs postes clés dans l'administration publique, dont trois ministères. En outre, Oman est le premier pays arabe à avoir engagé des policières, même si les femmes n'ont acquis le droit de vote qu'en 1997. «Le sultan a compris que, puisque ce sont elles qui élèvent les enfants, il valait mieux qu'elles soient elles-mêmes instruites», explique Jacky Hirzel, guide iranienne expatriée en Oman. Bref, une mère inculte risque de transmettre ses tares éducationnelles à sa descendance, et ladite descendance ne peut plus se permettre de vivre dans un pays arriéré.

«Pour moi, Oman, c'est le paradis», assure Mauro Martini, un guide italo-serbe né en Allemagne et qui y vit depuis trois ans. «Les gens sont hyper-gentils, c'est archi-sécuritaire, il fait toujours beau et chaud, il n'y a jamais d'ouragan ou de cataclysme naturel et le coût de la vie n'est pas trop élevé, surtout si on le compare à Dubaï.»

Pour tout étranger qui y débarque, là ne s'arrêtent pas les avantages: de fabuleux fjords où s'ébattent des contingents de dauphins (péninsule de Moussandam); 2000 kilomètres de côtes parsemées de plages idylliques et de sites de plongée féeriques; 700 kilomètres de rudes massifs montagneux percés de jouissifs canyons; des étendues dunaires dignes du Ténéré (comme dans le Roub al-Khali, le fameux Quart vide); des villages de pêcheurs qui n'ont pas changé depuis Ibn Battuta; ainsi qu'une ravissante cité, Mascate, qui jouit à la fois du titre de capitale du monde la plus petite et la plus chaude.

Dans le souk de Mouttrah, vieux quartier populaire de Mascate, les allées sont chargées d'épices, de broderies, d'or, de soieries et de khanjars, ces fameuses dagues en argent qu'on retrouve sur les armoiries d'Oman. Mais au-delà de ce capharnaüm mercantile planent d'enivrants effluves capiteux, qui vous caressent les voies nasales jusqu'à doucement vous racler les sinus, attisant de vagues souvenirs d'églises catholiques, évoquant une histoire millénaire et un passé éminemment commerçant.

Ce qui flotte dans l'air des souks de Mouttrah, c'est l'odeur de myrrhe et surtout d'encens, la divine résine qui fait monter les prières au ciel, parfume les vêtements des Omanais et apaise les sens de quiconque l'hume à grandes bouffées.

C'est dans la région du Dhofar, aux confins du Yémen, qu'on cultive le meilleur encens du monde. À l'époque de Néron, qui en brûla plus en une nuit que tout ce que produisait alors l'Arabie en un an, l'encens valait plus cher que l'or et servait de monnaie d'échange à Oman, carrefour essentiel du Moyen-Orient et porte d'accès des expéditions pour l'Inde.

Aujourd'hui, Mascate perdure dans son rôle de plaque tournante commerciale: après tout, c'est ce qu'elle fait de mieux depuis des lustres. Mais elle demeure néanmoins l'antithèse de la ville chaotique moyen-orientale, gardant le profil bas, vivant au jour le jour, bien nippée dans sa mignonne robe blanche qui se découpe lumineusement sur fond de montagnes rêches.

Après le feu d'artifices — dans tous les sens du terme — de Dubaï, elle rafraîchit par son authenticité, sans flafla ni faux jetons, sans frimeurs à la petite semaine ni jeteurs de poudre aux yeux. Dans les modestes venelles qui jouxtent la Corniche, les sourires réverbèrent, les gamins badinent, les badins cheminent.

Quelques portes ouvragées, typiquement omanaises, s'ouvrent sur un fond de cour où les hommes fument la shisha (narguilé) vêtus de leur dishdasha (longue tunique) et coiffés de l'omniprésente kummah, ce joli couvre-chef brodé. Dans Liwatiya, un quartier où vivent des musulmans du même nom, le vase est cependant clos: le périmètre est muré et gardé et nul étranger n'est admis à baguenauder.

Peu importe leur allégeance, tous les musulmans de Mascate se réunissent chaque semaine dans la Grande mosquée du sultan Qabous. Absolument splendide au petit matin, ce chef-d'oeuvre de grâce, de finesse et de lumière peut accueillir 20 000 fidèles, dont 7000 dans la grande salle de prière. C'est là que pend du plafond le plus gros lustre du monde, commandé chez Svarowski — un véritable vaisseau spatial — au-dessus du plus grand tapis de la planète que 600 tisserandes ont confectionné au terme de quatre années de labeur. Et dehors, les pieds bien posés sur l'éblouissant marbre blanc, saoûlé par l'humeur aérienne des frangipaniers, on a presque envie de se convertir tant la sérénité se fait ubiquiste.



De l'hégémonie à la neutralité

— «Alors, de quoi voulez-vous nous parler aujourd'hui, sur les dattes?

— Eh bien, j'ai une excellente recette de gâteau à vous proposer, et ma femme voudrait ensuite vous expliquer comment elle fabrique son sirop de dattes... »

Nous sommes à Mascate, coincés dans un embouteillage causé par la visite du président iranien Ahmadinejad. Mais l'animatrice d'une tribune téléphonique n'en a cure: peu importe que son sultan reçoive chez lui l'un des acteurs les plus controversés de la scène internationale, même s'il vit de l'autre côté du détroit d'Ormouz. Non, ce que l'animatrice désire ardemment, c'est qu'on lui relate tout sur cet épineux sujet qu'est la datte.

Par la barbe du Prophète! Est-elle à ce point déconnectée de la réalité? Non pas, simplement habitante d'un pays où 200 000 personnes sur les trois millions d'âmes se sont mobilisées pour assister au concert d'une sexy starlette libanaise, à Mascate, pendant que, dans les pays voisins, on s'ouvrait presque les veines sur la voie publique parce que des chiens de caricaturistes infidèles avaient profané l'islam.

Bien qu'il partage la péninsule arabique avec l'Arabie saoudite et le Yémen, et malgré sa proximité avec des voisins trublions, Oman navigue avec brio entre le Grand Satan et l'«axe du mal», en conservant une distance et une étonnante neutralité dans un climat assurément stable. Il n'en fut pas toujours ainsi.

L'histoire d'Oman est jalonnée de guerres plus ou moins intestines entre califats, imamats et sultanats, entrecoupées de quelques intermèdes portugais et perses, d'où l'érection de plusieurs châteaux forts qui ponctuent toujours le pays, comme celui de Bahla, colossal et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, et la forteresse de Nizwa, dont la carrure massive tranche avec la grâce de la mosquée voisine, aux atours or et azur.

C'est au départ de Nizwa que fut amorcée la reconquête d'Oman contre les Portugais, qui ont occupé la côte pendant 150 ans. Après les avoir évincés, le sultan de l'époque a repris petit à petit les autres possessions lusitaniennes: Zanzibar (actuelle Tanzanie), Mombasa (actuel Kenya) et Mogadiscio (actuelle Somalie), avant d'étendre son hégémonie jusqu'à Bahreïn et au Baloutchistan (actuel Pakistan). Pendant des années, Oman fut ainsi le seul État arabe à régner en puissance coloniale sur la côte est africaine tout en dominant l'océan Indien, d'où cet attrayant cocktail arabo-persan aux fortes notes indiennes et swahilies dont on se délecte aujourd'hui.

Entre Mascate et Nizwa, l'ancienne route caravanière est jalonnée de fortins et de tours d'observation d'où on assurait le contrôle du commerce vers la région de l'Al Jaouf, berceau de l'Oman traditionnel. En chemin, de rassérénantes palmeraies échancrent toujours de leur verdure l'aridité du décor, bien irriguées par les falaji, ces canaux aménagés par les Perses, où subsistent parfois des ruines de pisé, comme à Birkaout al-Maouz.

Sur la côte, le passé de l'Oman colonisateur se fait discret. Les grands chantiers de dhows (boutres) de Sour ne sont plus, et c'est davantage pour aller zieuter les 20 000 tortues vertes de Ras Al-Hadd, à 40 minutes de là, qu'on afflue ici chaque été. Quant à Sohar, port d'attache de Sinbad le marin, on devine à peine son existence quand on passe en coup de vent en autocar, en route pour Mascate.

Oman en emporte le vent

Aujourd'hui, Oman cultive donc son passé en l'irriguant à petites doses de modernité, juste assez pour bénéficier d'un niveau de vie élevé mais sans pour autant sacrifier son âme encensée. Cela dit, le sultanat n'a pas pour autant échappé à l'effet Dubaï. Outre d'importants projets immobiliers et touristiques en développement à Salalah, non loin du Yémen, un giga-complexe mi-immobilier, mi-récréotouristique, The Wave, est en cours d'aménagement sur la côte de la Batinah, au nord-ouest de Mascate.

Comme le cheikh al-Maktoum de Dubaï, le sultan Qabous sait que ses réserves de pétrole sont presque taries: il en aurait à peine pour 20 ans et il doit donc diversifier ses sources de devises. Mais qu'on se rassure: lorsqu'il sera complété en 2012, The Wave ne comprendra aucune tour d'un kilomètre de haut, pas de parcs d'attraction pharaoniques ni même d'hôtel qui cherchera à gratter de plus haut le ciel. Si colossal soit-il, The Wave respectera les règles omanaises suivant lesquelles nul n'a le droit de construire au-delà de quatre étages, ni de peinturlurer un édifice de teintes bigarrées, d'où une saine et immaculée homogénéité architecturale.

Fidèle à lui-même, le sultan Qabous préfère plutôt l'équilibre à la folie démesurée des grandeurs. Dans ce pays superstitieux, où on croit encore allègrement aux djinns, peut-être se rappelle-t-il que c'est en Oman qu'était jadis située Irem, l'équivalent coranique de Sodome et Gomorrhe?

En vrac

- De Montréal, certains transporteurs desservent Mascate via le Vieux-Continent, dont Air France et Swiss. Sinon, plusieurs bus quotidiens relient Dubaï à Mascate (cinq à six heures de trajet) pour environ cinq rials (15 $).

- La meilleure période pour séjourner à Oman s'étend de la fin de l'automne au début du printemps. En mai, la chaleur est déjà si oppressante qu'on devient en nage rien qu'à rester assis à réfléchir et à laisser fonctionner son système nerveux parasympathique.

- En périphérie de Mascate, le remarquable Shangri-La Barr Al Jissah constitue un choix plus qu'approprié. Le complexe se décline en trois hôtels lovés dans les lumineux bras de calcaire de la côte du Golfe d'Oman: Al Waha, un cinq-étoiles pour la famille; Al Bandar, un cinq-étoiles de luxe; et Al Husn, un six-étoiles éblouissant digne des mille et une nuits. www.shangri-la.com. Pour qui préfère le luxe sobre et le design stylé des hôtels-boutiques, cap sur The Chedi. www.ghm.hotels.com.

- À Mascate, en Oman et aux Émirats arabes unis, Orient Tours propose une panoplie d'excursions en compagnie de guides aussi éclairés qu'éclairants. www.orienttours.ae. Disponible au Québec chez Selim Tours. www.selimtours.com.

- Guides: Oman et les Émirats arabes unis, Gallimard, Bibliothèque du Voyageur, 2007; et Lonely Planet Arabian Peninsula, 2004, en cours de réédition.

L'auteur était l'invité de Selim Tours et d'Orient Tours.

Collaborateur du Devoir
1 commentaire
  • nanamarre NANAMARREAUCUBE - Inscrite 7 juin 2007 21 h 46

    JOIE

    M. LAWRENCE C'EST COMME SI MILLE MILLE S'ÉTAIT MIS À CHRONIQUER. Tout comme M. Ducharme M. Gérard St-Laurent est un amoureuc des mots, je trouve. Quand il écrit Le Devoir pourrait facilement demander trois, quatre, huard et même quelques ours blancs. en plus, vous devriez mettre ses photos sur la première page. PKP rentrrait dans son argent j'en suis sûre. Je dois avouer que je ne comprends pas toujours pourquoi le chroniqueur culinaire peut avoir une photo de dos de journal avec une fois même un monsieur qui tenait un poulet, mort. enfin, j'esp^re que vous trouverez plein de tour d'ailes à M. St-Laurent. Je le remercie de ses si savants textes, savoureux en plus et plein d'humour. C'est un grand connaissant sur deux pattes. aussi, j'aime quan il dépeint les gens. Je l'aime au complet finalement.