Rosés à déguster

Saisonnier le rosé oui, mais à la condition qu’il n’y ait qu’une seule saison!
Photo: Jean Aubry Saisonnier le rosé oui, mais à la condition qu’il n’y ait qu’une seule saison!

Dégustée à l’aveugle, cette 2e vague de 12 rosés l’emporte nettement sur celle du 28 mai dernier. À peine quelques « bofs ! » (que je vous évite ici), bon nombre de « bons ! » et quelques « tops ! » à virer sur le capot tant la magie s’installait d’office. Netteté, fraîcheur, esprit et sapidité gourmande demeurant les critères de passage pour un bon verre de rosé. Santé et bien-être social !

Sécateurs 2020, Badenhorst, Afrique du Sud (17,20 $ – 13509252). La curieuse pointe lactique se dissipe pour un ensemble qui offre charme et singularité avec son goût coquin de fraise des champs en confiture. Servir très frais. Bon ! (5) ★★ 1/2

Muga 2020, Rioja, Espagne (18,75 $ – 14205226). Robe abricotée et fruité bien installé, au nez comme en bouche. Ici, clarté, intensité et vinosité marquent et enrobent avec une sève tout aussi généreuse que vivace. Fera un malheur sur ces tranches fines de jamón ibérico qui fondent d’elles-mêmes au palais. Bon ! (5) ★★★

Château La Lieue 2020 Coteaux Varois en Provence, France (18,85 $ – 11687021). In-con-tour-nable, ce rosé bio iodé et ciselé au goût net de cerise au marasquin. C’est droit, toujours très fiable. Bon ! (5) ★★★

Pinot Noir 2020, Willm, Alsace, France (19,15 $ – 12521401). Cette maison gagne décidément du galon. Robe corail claire pour un ensemble fin et subtil, dont la sève saline trace ici une ambiance de rêve. Réjouissant de fraîcheur. Bon ! (5) ★★★

Aix 2020, Coteaux d’Aix en Provence, France (20,50 $ – 13465114). Pas des plus subtils, mais intéressera la soupe de poisson en raison de son goût évoquant les coquillages et sa générosité pleine et savoureuse. Bon ! (5) ★★ 1/2

Château Revelette 2020, Coteaux d’Aix en Provence, France (21,60 $ – 13212002). Un cran au-dessus du 2019, avec une richesse de fruits bien en équilibre par la vivacité d’ensemble. Un bio édifiant ! (5) ★★★

Clos Bellane « Altitude » 2020, Côtes du Rhône, France (21,65 $ – 12513567). Un boulot d’artiste qui fait honneur au grenache noir ! Un rosé pêche de couleur et multipiste de flaveurs, aux résonances profondes, minérales et longues. Cette cuvée avait, lors de cette dégustation, à ce moment précis, un éclair de génie qui l’a sublimée sur tous les autres rosés. J’assume cette notation qui paraîtra excessive pour certains. Top ! (5) ★★★★  ©

Le Sabbie Dell’Etna 2020, Firriato, Sicile, Italie (21,95 $ – 14453377). Hautement rafraîchissant ! Avec cette ambiance citronnée, iodée, légère et vivace, un rosé parfait pour les moules et autres salades César avec quatre anchois (au minimum !). Bon ! (5) ★★ 1/2

Rollier 2020, La Martinette, Côtes de Provence, France (22,10 $ – 13448699). Redégusté le lendemain, ce délicieux rosé bio, saumoné de tonalité, ne finissait pas de surprendre par son tonus, son éclat, ses flaveurs franches, affirmées et racées. Réévalué pour l’occasion. Bon ! (5) ★★★ ©

Perle d’Aurore Brut Rosé, Louis Bouillot, Crémant de Bourgogne, France (22,60 $ – 11232149). C’est sans doute un tantinet dosé, mais l’ensemble demeure harmonieux, déclinant ses nuances florales et fruitées sur une trame vivante et crémeuse de texture. Un mousseux consensuel, pour toutes occasions. Bon ! (5) ★★ 1/2

Domaine Gavoty « Cuvée Clarendon » 2019, Côtes de Provence, France (25,75 $ – 11231867). Toujours ces grenaches et cinsaults qui portent haut l’expression d’un terroir mais surtout cette passion à le rendre intelligible à l’amateur exigent. La robe s’affiche légèrement saumonée, les arômes sont nets, pleins, vineux et détaillés, alors que la bouche l’emporte avec tonus et vinosité, richesse, maturité, texture et longueur. Il était une référence l’an dernier, il le demeure aujourd’hui. Un rosé de gastronomie qui fera honneur à la truite saumonée en papillote. Top ! (5+) ★★★ 1/2 ©

Bastide de la Ciselette 2020, Bandol, France (26,30 $ – 13184056). Le mourvèdre cadre les flaveurs avec une impression de tonicité qui en décuple la texture, laissant dans son sillage un profil long, frais, nuancé. Top ! (5+) ★★★ 1/2 ©

Bourgueil Rosé d’Équinoxe 2019, Y. Amirault, Loire, France (27,30 $ – 11900872). Déroutant, pour ne pas dire singulier, ce rosé bio ! Des cabernets francs aux rendements de misère, rapidement débourbés (robe pêche clair) et entonnés pour fermentation. S’ensuivent des arômes et des saveurs vivaces, amples et percutantes de grillé-beurré-fumé-silex et d’orange sanguine. À ne pas manquer lors du prochain arrivage. Décoiffant. Top ! (5+) ★★★ 1/2 ©

À grappiller pendant qu’il en reste!

Domaine du Tix « Cuvée Bramefan » 2016, Ventoux, Rhône, France (23,95 $ – 13982023). Le violacé jeune et profond de la robe étonne déjà. Pas une ride à l’horizon ! Nous sommes dans un arrière-pays d’altitude où la syrah (ici à 92 % de l’assemblage) ancre profondément ses convictions fruitées, en s’étoffant par épaisseurs superposées, offrant matière à mâcher fraîchement, longuement. Peu nuancé certes, mais diablement appétissant sur les côtes de porc fumées caramélisées (5+) ★★★ ©

Saint-Joseph Blanc 2019, « Cuvée Côte-Diane », Cave Saint-Désirat, Rhône, France (27,95 $ – 14722291). Cette marsanne remplie de roussanne en impose ! Haute maturité et riche vinosité pavent déjà la voie à l’amplitude et aux textures où pomme mûre, miel et Calisson d’Aix cohabitent en harmonie. Un blanc sec à la robe or soutenu relevé d’une touche grillée-boisée et culminant sur une finale chaude et capiteuse. Servir bien frais par exemple sur un lapin à la moutarde (5) ★★★ ©

Pinot Gris « Roche Calcaire » 2018, Domaine Zind-Humbrecht, Alsace, France (36,50 $ – 14006366). Ça se savoure comme un grand blanc beaunois sur le plan de la texture en rayonnant dans tous les sens pour mieux se focaliser ensuite sous l’autorité calcaire du terroir. Un blanc qui ne jette pas de poudre aux yeux, mais qui installe une fascination qui les fait briller pour ne pas dire écarquiller, comme si l’on était happé, avide, pour la suite des choses. Discrétion et richesse au nez comme en bouche, avec ce fruité miellé de pêche et de poire mûre décliné avec une touche saline et salivante qui ouvre la finale à grand frais, longuement. Une signature incontournable pour une biodynamie maîtrisée jusque dans ses moindres détails. Grand blanc de gastronomie (5+) ★★★★  ©

 

Légende

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles


À voir en vidéo