«Señor» tempranillo

Tous, exceptés bien sûr les Bordelais, conviendront par exemple que la cuvée Unico de la Bodegas Vega Sicilia est de la même étoffe qu’un 1er Cru Classé de la Gironde.
Photo: Wikicommons Tous, exceptés bien sûr les Bordelais, conviendront par exemple que la cuvée Unico de la Bodegas Vega Sicilia est de la même étoffe qu’un 1er Cru Classé de la Gironde.
Espagnol jusqu’au bout du pédoncule, le tempranillo fait parti du trio des cépages les plus plantés d’Espagne. Bien qu’il porte le nom d’aragonez (dans l’Alentejo portugais), de tinta roriz (dans le Douro portugais), de garnacho fono (en Amérique du Sud) ou encore de valdepenas (en Californie), ce cépage rouge précoce (temprano = précoce) trouve terroirs à ses racines principalement du côté de la Rioja, de la Ribera del Duero, de Toro et de la Tierra de Castilla y Leon, à l’ombre de la Sierra Cantabrica qui le protège des vents froids de l’Atlantique.

Ce grand cépage, à l’image du sangiovese italien, se suffit à lui-même, pourvu qu’il ne soit pas lessivé par des rendements trop importants. Généralement plus gracieux, avec parfois un extraordinaire velouté de texture du côté de la Rioja, il fronce les sourcils et devient plus irascible à l’ouest, en appellation Toro et Ribera del Duero, sans perdre toutefois de sa superbe en raison de sa sève, de son panache et de son aptitude à se bonifier longuement. Tous, exceptés bien sûr les Bordelais, conviendront par exemple que la cuvée Unico de la Bodegas Vega Sicilia est de la même étoffe qu’un 1er cru classé de la Gironde.

Une récente dégustation à l’aveugle a permis aux Amis du vin du Devoir d’y percevoir des styles forts différents. Constats ? Des rouges plutôt modernes, avec parfois des boisés insistants et une trame tannique appuyée qui trouvent leur bonheur autour d’une table pas particulièrement végétarienne. Quelques notes relevées sur chacun d’eux avec, en version Web, d’autres candidats disponibles en rayons.

Coto de Imaz Reserva 2014, Rioja (43,75 $ – 1,5 l – 13762717)
L’équilibre acidité-alcool-boisé maintient ici le fruité épicé sur la corde raide sans toutefois assécher l’ensemble. Les protéines d’un jus de viande s’imposent ici. Correct. (5) ★★1/2. Moyenne du groupe : ★★1/2

Corriente 2015, Telmo Rodriguez, Rioja (19,85 $ – 13571945)
La sève est fraîche, bien nourrie, alors que la trame, moyenne, se resserre doucement en finale. Bel équilibre. (5) ★★★ Moyenne du groupe : ★★1/2

Emilio Moro 2015, Ribera del Duero (58 $ – 1,5 l – 13621498)
Le volume du format nous prive d’un fruité que l’on aurait aimé plus juvénile, éclatant et substantiel. Domine ici une petite fatigue, une usure que le temps ne saurait combler. C’est peu nuancé et court sur la finale. (5) © ★★ Moyenne du groupe : ★★ 1/2

R&G 2012, Rioja (24,80 $ – 12887278)
Le velouté de texture d’un merlot douillettement élevé à Pomerol pour un rouge de corps et d’épaisseur d’un charme immédiat. En réalité, un tempranillo issu d’un partenariat culturel entre un grand œnologue bordelais et une figure marquante espagnole. Profil plus « international » sans doute, mais diablement savoureux ! (5+) © ★★★ Moyenne du groupe : ★★★

Almirez 2015, Toro (32 $ – 12120691)
Un rouge puissant et ambitieux, à la robe sang de taureau, à servir à table sur une queue de taureau braisée. Richesse et plénitude fruitée, tanins abondants, sphériques, au goût de prune, de réglisse, de fumée. Chaud devant ! (10+) © ★★★ 1/2 Moyenne du groupe : ★★★

Tinto Pesquera Reserva 2012, Ribera del Duero (46 $ – 10273088)
Ce grand classique arbore toujours, mais sensiblement plus tempéré m’a-t-il semblé, ce boisé étasunien au profil de zeste d’orange, d’encens et de marc de café typique. Derrière, des tanins fins en abondance, très frais, lissant une finale longue et profonde. Racé. (10+) © ★★★★ Moyenne du groupe : ★★★ 1/2

Tridente 2015, Vino de la Tierra de Castilla y Leon (24,20 $ – 11962774)
On aimera ou pas. C’est que ce gaillard réussit à nous faire oublier la puissance de l’ensemble (16 % alc./vol. au compteur !) en y intégrant une masse fruitée de plus impressionnante. Un châteauneuf-du-pape a l’air d’un enfant de chœur en comparaison ! (5+) © ★★★ Moyenne du groupe : polarisé entre ★★ 1/2 et ★★★★

Arzuaga Reserva 2011, Ribera del Duero, Espagne (61,75 $ – 902841) 
Impérial sur toute la ligne ! Bouquet large et tanins fins, serrés, frais, structurants et savoureux. Longue finale sur l’estragon, l’encens, le Zan et le zeste d’orange. Grand vin de gastronomie. (10+) © ★★★★ Moyenne du groupe : ★★★★

D’autres tempranillos disponibles en rayons

Otonal Reserva 2014, Rioja (18,60 $ – 12560591) Le fruité net semble marcher sur le bout des pieds tant sa vivacité semble le porter à la verticale. C’est sec et fondu, arrondi par une vinosité qui lui donne l’impression d’être léger, bien qu’une certaine puissance s’en dégage. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, mais correct. (5) ★★

Damana 5 2016, Ribera del Duero (18,85 $ – 13623531) C’est moderne et bien léché, sur la forme comme sur le fond, avec cette impression que l’on a bien fait ses devoirs, de A à Z. Robe vivante et juvénile, arômes simples mais francs de fruits rouges bien mûrs, consistance, fraîcheur et éclat tout au long du parcourt en bouche. Un modèle du genre, à bon prix ! (5) ★★★

Rayos Uva 2017, Olivier Rivière, Rioja (20,75 $ – 13076071)Il vient de Cognac, il a étudié à Bordeaux et sait faire du vin en Espagne. Et quels vins ! Je retiens ici, avec cette cuvée où le tempranillo compte pour 50 % de l’assemblage, une clarté de fruit qui donne l’impression que l’ensemble est sous la tension perpétuelle du terroir. Il y a vigueur et précision, des tanins mûrs mais aussi bien tracés, avec cette notion de digestibilité à la clé. Un rouge de premier plan qui témoigne du dynamisme conféré à la région par une nouvelle génération de vignerons, sans doute têtus mais diablement habiles et sans concessions. J’adore. (5+) © ★★★

Palacio del Burgo Reserva 2013, Rioja (24,85 $ – 12889100) Ce rioja classique ne cède pas aux sirènes des modes en offrant, à bon prix, des tanins fruités bien en chair sur fond d’élevage parfaitement maîtrisé. C’est harmonieux et de belle longueur. Un candidat à servir sur une paëlla, par exemple. (5) © ★★★

Baron de Ley Reserva 2014, Rioja (44,25 $ – 1,5 l – 13760631) Difficile de résister à ce rioja qui joue la carte de la séduction avec son joli velouté de tanins tout en livrant une explication crédible du terroir local, sans plus. Un chouïa commercial ici, du moins pour cette cuvée. Ne boudons tout de même pas notre plaisir. (5) ★★1/2


Légende

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles