Bloc-notes gourmand

Kim Renaud-Venne
Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Nouveautés, événements, activités éphémères… Chaque semaine, le cahier Plaisirs vous fait part d’actualités gourmandes à ne pas manquer.

À la découverte de la gastronomie madelinienne

Photo: Isaac Leblanc Des beignets tressés, une spécialité des îles de la Madeleine
 

Veillant au développement ainsi qu’à la mise en valeur de l’identité culinaire des Madelinots, l’association du secteur bioalimentaire des îles de la Madeleine le Bon goût frais a récemment lancé le projet Bouilli d’histoires salées, faisant référence aux paroles poétiques de l’artiste Yoanis Menge, qui s’y est établi, ainsi qu’au fameux plat traditionnel du bouilli à la viande salée.

Ce projet à plusieurs volets est le résultat d’une démarche de trois années dont l’objectif est de définir et de transmettre le savoir-faire culinaire de la région avec l’aide des citoyens et la complicité de plusieurs entreprises et organisations du secteur. Une plateforme en ligne, contenant un abécédaire numérique, permet de plonger dans le caractère unique de sa culture gastronomique.

A pour Atlantique, D pour Dough boy, plat typique des Îles, H pour homard, T pour tressage… Connaissez-vous d’ailleurs la pratique du tressage de beignets ? Les villages de Fatima et de Havre-aux-Maisons revendiqueraient chacun sur l’archipel la confection des beignets tressés. Si les manières de les faire cuire diffèrent, plusieurs les font frire dans le gras de loup-marin, autre produit local tout aussi caractéristique que le homard.

En se promenant ainsi de lettre en lettre, des définitions ludiques, des recettes et des anecdotes nous permettent non seulement d’en apprendre davantage sur ces produits, mais plus encore sur les histoires — des pêcheurs, chasseurs, cuisiniers, etc. — qui se cachent derrière.

Un circuit sur le territoire insulaire est également proposé afin d’aller à la rencontre de ces entreprises qui font rayonner l’identité culinaire madelinienne. En raison de son succès, le rallye Bouilli d’histoires salées qui devait prendre fin le 17 juin dernier est maintenant prolongé tout l’été. Une excellente nouvelle pour ceux qui n’avaient pas eu la chance d’effectuer cette escapade gourmande !

Du jardin à la table… jusqu’à la maison !

Photo: Guy Collin/Bistro Hortus

À Québec, Bistro Hortus vient tout juste de célébrer sa première année d’existence. Le nom « Hortus », terme latin pour jardin, n’a d’ailleurs pas été choisi au hasard puisque l’établissement mise, depuis ses débuts, sur le concept du « jardin à la table », entre autres grâce aux récoltes provenant de ses toits verts. Afin de répondre à la demande grandissante de sa clientèle qui désirait « transporter les saveurs signature à la maison », l’établissement a finalement lancé peu avant l’été Hortus épicerie, dont l’ouverture était initialement prévue en mai dernier.

Située à même le restaurant, sur la rue Saint-Jean, l’épicerie vend des produits uniques créés par le chef Stéphane Roth. Au menu, on retrouve du chutney de carotte, des champignons lactofermentés, de la sauce piquante Oh ça pique ou encore du miel de ses propres ruches. Elle propose aussi des produits de partenaires biologiques comme la Vinaigrerie du Capitaine, le Ferme Manche de pelle et la Fromagerie des Grondines.

Depuis le 17 juin, les amoureux des plats d’Hortus et les becs fins en quête de fraîcheur et de produits locaux peuvent enfin goûter les saveurs du terroir en dehors du bistro et, prochainement, se les procurer en ligne.

À voir en vidéo