Bloc-notes gourmand

Maryse Deraîche
Cahier Plaisirs
Le kombucha Silver Swallow rosé est une option élégante pour terminer une soirée arrosée sans gueule de bois.
Photo: Of Wild Dawn Photography Le kombucha Silver Swallow rosé est une option élégante pour terminer une soirée arrosée sans gueule de bois.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Nouveautés, événements, activités éphémères… Chaque semaine, le cahier Plaisirs vous fait part d’actualités gourmandes à ne pas manquer.

Kombucha haut de gamme

 

Les deux entrepreneurs Genna Woolston et Andrew Roberts, partenaires dans la vie comme en affaires, se sont inspirés du champagne pour créer deux boissons de kombucha sans alcool. Les Silver Swallow blanc et rosé sont maintenant offerts au Québec.

Brassé en terre canadienne, le kombucha blanc se compose de thé biologique Silver Swallow, dont il tire son nom. Cueilli à la main dans la région de Yunnan, en Chine, au début du printemps, ce thé est floral et délicatement parfumé. Quant au kombucha rosé, il tire son goût crémeux et fruité du kamairicha, un thé biologique cultivé sur l’île Kyushu, au Japon. Présenté dans de chics bouteilles de champagne ornées d’un bouchon de liège, le kombucha est une option élégante pour terminer une soirée arrosée sans gueule de bois.

Le Silver Swallow blanc se démarque par ses notes herbacées et florales, tout en laissant quelques effluves de fruits tropicaux monter au nez. Ses bulles sont fines et présentes en grande quantité. Il accompagne merveilleusement les fromages et les huîtres. Plus gourmand, le Silver Swallow rosé laisse toute la place à la fraise et au bon goût de la brioche. On le préférera en accompagnement de pâtisseries grasses et crémeuses ou d’une salade de fruits légèrement acidulée.

19 $ dans les boutiques spécialisées, ou sur leur site Web

Le fromage qui fait « skouik-skouik »

Le 17 mars prochain, les résidents de Saint-Jean-sur-Richelieu pourront faire le plein de fromage en grains à la nouvelle succursale de Fromagerie Victoria. Appartenant à un entrepreneur originaire de Sherbrooke, Mathieu Leblanc, celle-ci compte 102 places assises et un espace de 3500 pieds carrés. Selon M. Leblanc, la demande était forte dans la MRC du Haut-Richelieu. « Les amateurs de nos produits et de notre fameuse poutine voulaient une succursale à proximité. »

En plus de pouvoir se procurer le célèbre fromage en grains frais du jour, les clients auront accès à un service à l’auto ainsi qu’à tous les services habituels : un comptoir restaurant où l’on y sert des déjeuners, des dîners et des soupers, un service de crémerie, une boutique avec des fromages spécialisés et des produits maison.

Cette 19e succursale de l’enseigne est installée au 1285, rue Douglas, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

À dévorer

 

Depuis le 23 février, les Québécois amateurs de l’émission Web française C’est meilleur quand c’est bon peuvent enfin se régaler du livre. Animé par la journaliste Emmanuelle Jary et filmé et réalisé par son compagnon de vie Mathieu Pansard, le programme diffusé sur Internet présente une sélection des meilleures tables de France, et de quelques-unes ailleurs dans le monde, selon la journaliste spécialisée en gastronomie et en voyage, et ce, depuis 2016.

Défendant l’idée d’une cuisine décomplexée qui allie connaissances, plaisir et engagement, Emmanuelle Jary rejoint des millions de spectateurs qui partagent sa vision. Lorsque la pandémie a frappé, avec la fermeture des restaurants, le couple a décidé d’offrir des recettes filmées à leurs admirateurs. Ce qui remporta également un grand succès.

Le livre C’est meilleur quand c’est bon est donc un guide de 200 adresses que le duo a visitées au fil des années, ainsi qu’un carnet comprenant 60 recettes. Tout comme l’émission, le livre est amusant, coloré et personnel. Et il est merveilleusement illustré grâce au travail des photographes Emanuela Cino et Laurent Grandadam et de la styliste Audrey Cosson. Oui, on y retrouve des adresses et des recettes, mais on s’émeut surtout pour les histoires qui y sont racontées et les humains qui s’y rattachent. Chaque rencontre avec les restaurateurs, les boulangers, les serveurs, les bouchers, les pâtissiers, les cuisiniers, les artisans et les sommeliers est présentée sur un ton humoristique, qui ne se prend pas au sérieux, mais qui démontre le plus important pour Emmanuelle Jary : l’amour de la gastronomie.

C’est meilleur quand c’est bon (Emmanuelle Jary, Hachette Cuisine, 35 $)

À voir en vidéo