Un livre de recettes qui rend hommage à nos sucreries d’enfance

Sophie Ginoux Collaboration spéciale
«Je crois que tous les enfants avaient et ont toujours leur manière de manger [les Whippet]. Moi, je les écaillais par le dessus, alors que ma sœur les faisait cuire au micro-ondes pour les manger à la cuillère.»
Photo: Marc-Olivier Bécotte «Je crois que tous les enfants avaient et ont toujours leur manière de manger [les Whippet]. Moi, je les écaillais par le dessus, alors que ma sœur les faisait cuire au micro-ondes pour les manger à la cuillère.»

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’Halloween et son florilège de bonbons et de chocolats nous rappellent chaque année… combien nous aimons le sucre ! Les régimes et les dentistes peuvent-ils lutter contre cette irrésistible douceur qui nous replonge tout droit dans notre enfance ? L’odeur de caramel qui émanait de la cuisine de nos mères et de nos grands-mères. Notre toute première bouchée de tarte au sucre ou aux pommes. Ou encore, ce frisson de plaisir en mordant dans des guimauves, des bonbons surs, une barre de chocolat ou des petits gâteaux Vachon. C’est justement sur ces souvenirs sucrés que le pâtissier Rémy Couture a construit son univers créatif fait de beignes et de desserts plus délicieusement ludiques et indécents les uns que les autres. Un univers qu’il nous fait connaître, avec l’humour qu’on lui connaît, à travers le livre de recettes Veux-tu du dessert ? En v’là !, un hommage vibrant et coloré aux sucreries des éternels enfants que nous sommes.


Rémy, quel rapport personnel entretenez-vous avec les desserts ?

Vaste question ! Je dirais que c’est celui de la première fois, du premier goût qu’on développe dans l’enfance. C’est comme de la musique, le goût. Il suffit de sentir ou de manger quelque chose pour que des souvenirs émergent. Pour ma part, j’ai été marqué à la fois par les desserts confectionnés par ma mère et mes grands-mères, et par les pâtisseries industrielles populaires qu’on achetait, comme les gâteaux Vachon et les biscuits Leclerc. C’est dans ces références que je me reconnais… ainsi que mon tour de taille ! Alors quand j’ai vu que ma clientèle de Crémy accrochait nettement plus sur ces desserts-là que sur ceux, gastronomiques, que je proposais au départ, j’ai décidé de me lancer à fond dans cette voie.

Comment présenter les desserts de Crémy ?

Ce sont des desserts assumés. Quand les gens viennent à Crémy, ils veulent manger un bon dessert sans culpabilité, comme ils le faisaient enfant. Oui, mes beignes sont gros et caloriques. Et toutes mes créations pourraient se résumer à : « ben du beurre, ben du sucre, mais c’est bon ». On a tous besoin de se faire plaisir, alors autant le faire avec des produits de bonne qualité.

La nostalgie est-elle votre marque de commerce ?

Oui, c’est mon thrill, j’aime jouer avec ça. Mes desserts, les uniformes, les emballages, tout chez Crémy part de là. Petit, par exemple, j’ai tellement été impressionné par ma visite de l’usine des gâteaux Vachon que j’ai décidé de reproduire à ma manière les May West (rebaptisés les Rem West), en les emballant moi aussi dans de petits sacs plastiques à l’intérieur d’une boîte en carton. C’est aussi pour cette raison que mon livre est plein de clins d’œil au passé. J’ai demandé à ma mère son bol des années 1980 dans lequel elle préparait son pouding chômeur. J’ai également déniché l’incontournable couteau électrique brun que toutes les familles avaient à cette époque. Et toutes les recettes de Veux-tu du dessert ? sont des références à ma propre enfance.

Justement, quels sont les desserts qui vous ont le plus marqué et qui se retrouvent dans cet ouvrage ?

Il y en a beaucoup, mais je dirais que les barres granolas de ma grand-mère Claire (voir la recette en encadré) ont été les desserts que j’ai sans doute le plus mangés quand j’étais jeune. Je me souviens qu’elle en produisait et en congelait des tonnes dans ses quatre congélateurs tombeaux au sous-sol. Et même si elle en avait toujours des boîtes dans la cuisine, nous les aimions tellement que nous les dévorions même congelées ! Je me souviens aussi de la façon dont ma sœur et moi, on mangeait nos Ah, caramel (les P’tits gâteaux au caramel du livre). On commençait par le gâteau, puis on congelait la partie du glaçage et de la crème au beurre pour les déguster très froids. Quant aux Whippet (devenus des Oui-Pette), je crois que tous les enfants avaient et ont toujours leur manière de les manger. Moi, je les écaillais par le dessus, alors que ma sœur les faisait cuire au micro-ondes pour les manger à la cuillère.

Qui dit dessert, dit techniques. Est-ce que cela vaut la peine de réaliser soi-même des desserts que l’on peut retrouver en magasin ?

Évidemment ! Tout d’abord parce que manger des desserts réalisés avec de bons produits, c’est toujours mieux. Ensuite parce que la pâtisserie, c’est beaucoup plus accessible qu’on le croit. C’est ce que j’ai voulu communiquer dans mon livre, avec des recettes comme celle des Révels (un hommage aux Revello) ou celle des biscuits aux pépites de chocolat, qui comportent peu d’étapes et ne demandent qu’un quart d’heure de travail manuel. Je ne demande pas aux gens de produire leur propre crème glacée ou leur pâte feuilletée, cela ne leur enlèvera rien. Et je vous garantis qu’il n’y a pas plus grande satisfaction que d’avoir préparé soi-même un délicieux dessert !

Recette de barres granola de grand-maman Claire

INGRÉDIENTS

  • 4 tasses (1 l) de Corn Flakes
  • 1⁄2 tasse (125 ml) d’arachides hachées
  • 1 c. à thé de fleur de sel
  • 1⁄4 tasse (60 ml) de sirop de maïs brun
  • 1⁄2 tasse (125 ml) de cassonade
  • 1⁄4 tasse (60 ml) de miel
  • 1⁄2 tasse (125 ml) de beurre d’arachide
  • 4 tasses (560 g) de pastilles de chocolat au lait
  • 3 c. à soupe de beurre
 

PRÉPARATION

Dans un grand cul-de-poule, mélanger les Corn Flakes, les arachides et la fleur de sel. Réserver. Dans une casserole, porter à ébullition le sirop de maïs brun, la cassonade et le miel. Retirer du feu, ajouter le beurre d’arachide et bien mélanger. Verser le mélange de beurre d’arachide dans le mélange de Corn Flakes et remuer délicatement jusqu’à ce que les flocons soient bien enrobés. Verser le mélange dans un plat en Pyrex de 8 po × 10 po (20 × 25 cm) et l’écraser doucement pour obtenir une surface lisse. Faire fondre le chocolat et le beurre au micro-ondes, puis verser sur les barres.



À voir en vidéo