Noël et ses plus beaux marchés

Sophie Ginoux
Collaboration spéciale
De retour avec deux emplacements supplémentaires, le Marché de Noël allemand de Québec donne rendez-vous aux visiteurs jusqu’au 23 décembre.
Photo: Alexander Wolfram De retour avec deux emplacements supplémentaires, le Marché de Noël allemand de Québec donne rendez-vous aux visiteurs jusqu’au 23 décembre.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Tenus en demi-teinte ou carrément annulés l’an dernier, les rendez-vous qui cristallisent la magie des Fêtes dans notre paysage urbain sont de retour à travers le Québec ! Parés de leurs plus beaux atours traditionnels ou contemporains, les marchés de Noël sont prêts à nous éblouir et, bien sûr, à ouvrir notre appétit !

Les gens attendaient ça avec tellement d’impatience ! Je crois qu’on en avait tous bien besoin avec ce que nous venons de traverser », s’exclame Britta Kröger, la présidente du CA du Marché de Noël allemand de Québec. Il faut dire que l’année dernière, dans le Vieux-Québec comme ailleurs dans la province, le cœur n’était pas à la fête et les visiteurs étaient assez rares, même si les décorations étaient en place. « Nous avions seulement 5 cabanes d’ouvertes sur les 90 habituelles », admet Mme Kröger.

Voilà pourquoi la tenue des marchés de Noël revêt une importance encore plus symbolique cette année, au-delà même des visées commerciales qui y sont naturellement associées. Et cette renaissance s’accompagne partout de nouveautés et d’activités qui en font des expériences invitantes.

Anciennes et nouvelles traditions

 

Les villes du Québec se sont-elles passé le mot ? À Montréal comme dans la capitale nationale, les décors enchanteurs et les petites cabanes illuminées ont de nouveau investi des lieux stratégiques. Après plusieurs années d’absence, le centre-ville accueille jusqu’au 2 janvier prochain un Grand Marché de Noël avec une trentaine de producteurs et d’artisans ainsi que des tentations gourmandes : du vin chaud aux churros, en passant par la choucroute alsacienne et les crêpes garnies. Une programmation gratuite comportant des spectacles aura lieu sur place, et il serait dommage de ne pas profiter en même temps des 500 décors lumineux du quartier, tels que l’œuvre interactive Les diamants sur le parvis de l’église unie Saint-James, les installations géantes signées XP_MTL sur le thème des contes et légendes, et la 12e édition de Luminothérapie, un parcours lumineux et ludique installé dans le Quartier des spectacles.

Non loin de là, dans le Vieux-Longueuil, le Marché de Noël et des traditions se tient chaque fin de semaine jusqu’au 19 décembre. On peut y visiter une cinquantaine de cabanes emplies de produits artisanaux, à défaut d’avoir pour l’instant accès aux démonstrations de vieux métiers.

La ville de Québec n’est pas en reste avec son Marché de Noël allemand, qui attire chaque année depuis 2008 des centaines de milliers de visiteurs dans son quartier patrimonial totalement transformé par des décors féeriques inspirés des marchés européens aux thématiques diverses comme le calendrier de l’Avent, la forêt enchantée (Zauberwald) ou le village alpin (Bergdorf). De plus, cette année, deux nouveaux emplacements, à la place d’Youville et à la place d’Armes, s’ajoutent aux précédents. C’est d’ailleurs là que l’on peut admirer le Glockenspiel, une installation signée Robert Lepage qui projette en 3D sur les fenêtres de la salle de spectacle, Le Diamant, un hommage à l’immense horloge centenaire de Munich. « C’est grandiose de nuit ! » indique Britta Kröger, qui invite les curieux à savourer pleinement leur visite en s’approvisionnant en pains d’épices et en boissons chaudes de tradition allemande, mais aussi auprès des artisans participants. « Il ne faut pas manquer les saucisses, les bretzels ainsi que le chalet alpin, où des chefs locaux renommés se succéderont jusqu’au 23 décembre avec des plats réconfortants. »

Faire son marché

 

Évidemment, quand on évoque le mot « marché », ce sont les marchés publics qui nous viennent en tête. Eh bien, à Montréal, les marchés Jean-Talon et Atwater seront au rendez-vous jusqu’à Noël avec des décorations, des soirées spéciales et de quoi sustenter les promeneurs, comme du vin chaud et des sandwichs à la raclette. À Québec, le Grand Marché accueillera pour sa part 150 producteurs, artisans et artistes en plus de ses 33 marchands permanents jusqu’au 31 décembre. On y trouvera également, du 3 au 5 décembre, le Marché [clandestin] de la distillerie et des spiritueux qui offre aux visiteurs l’occasion de découvrir les produits d’une quinzaine de distilleries de la province. Puis, du 14 au 23 décembre, c’est une dizaine de céramistes qui seront présents pour la version hivernale de l’événement Carac’Terre.

Les marchés de Noël se déclinent également sous forme plus intime. C’est le cas du Marché de Noël de l’Auberge Saint-Gabriel (les 11 et 12 décembre), où des produits d’épicerie fine côtoient des objets artisanaux et la fameuse fondue suisse du propriétaire. Ou encore du petit marché Chez Crémy (aujourd’hui, le 4 décembre) qui propose des dégustations de toutes sortes ! Il ne faudrait pas oublier le marché à l’italienne du Richmond (jusqu’au 20 décembre), qui présente des décors majestueux en plus de diverses gourmandises à l’européenne.

Photo: Daphné Caron À Lac-Brome, les visiteurs de la Folie de minuit (11 décembre) sont invités à longer un sentier féerique bordé de lanternes.

En région, les marchés festifs sont aussi très populaires. Seulement dans les Cantons-de-l’Est, 45 événements du genre, dont la Folie de minuit du Lac-Brome (11 décembre) qui nous invite notamment à longer un sentier féerique bordé de lanternes, sont prévus jusqu’au 19 décembre. Cette année plus que jamais, succombez à la magie de Noël… et de ses marchés !

À voir en vidéo