Laissez-vous raconter des histoires

Marie-Julie Gagnon
Journaliste et chroniqueuse voyage
La Maison Saint-Gabriel, située dans le quartier de Pointe-Saint-Charles, a été érigée il y a plus de 350 ans.
Photo: Maison Saint-Gabriel La Maison Saint-Gabriel, située dans le quartier de Pointe-Saint-Charles, a été érigée il y a plus de 350 ans.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Du 14 au 16 mai, la première édition du Festival d’histoire de Montréal proposera une programmation riche et éclectique, avec au menu une trentaine d’activités gratuites. Présenté par les 14 musées d’histoire de la métropole et des organismes voués à la mise en valeur du passé, l’événement cherche à séduire tant les familles que les amateurs d’art, les érudits ou les simples curieux. Pleins feux sur trois activités en ligne.


 

Montréal avant la photographie, 1760-1840

Il suffit de quelques secondes de discussion pour comprendre qu’on a affaire à un vrai passionné. Pour son webinaire du vendredi 14 mai, Christian Vachon, chef de la gestion des collections et conservateur de la collection Art documentaire du Musée McCord-Stewart, dit souhaiter « faire le tour des images pour remonter le temps » et présenter différents visages de la nouvelle métropole. « Je puise dans la collection du Musée McCord pour montrer des images et des vues de Montréal qui datent d’avant la photographie. Les plus anciennes qui ont subsisté, où l’on peut voir les rues et les bâtiments, datent d’environ 1850. En regardant du côté des gravures et des dessins, je peux reculer jusqu’à 1760. »

Au bout du fil, il souligne que les artistes de jadis étaient souvent des officiers ou des arpenteurs qui devaient tracer des plans de Montréal. Les arts visuels permettaient aussi de rapporter des images en Grande-Bretagne, qui se plaisait à exhiber ses possessions après la Conquête. « Les gravures qui circulaient, c’était la télévision de l’époque. »

Photo: Musée McCord Vue du Mile End, James Duncan, 1831, M686

L’objectif de l’événement présenté sur Zoom le 14 mai : raconter le développement urbain pour donner des repères. L’île Sainte-Hélène et le mont Royal offrent selon lui deux points de vue exceptionnels sur la ville. « Si l’on peut repérer certains clochers, cela nous aide dans notre lecture des images anciennes de Montréal, pour se situer dans le temps. »

Les curieux sont invités à faire parvenir leurs questions au conférencier par courriel après leur inscription.

Cuisiner avec les mots

En temps « non covidien », la Maison Saint-Gabriel fourmille de groupes scolaires. Des milliers d’élèves du primaire défilent chaque année dans la bâtisse érigée il y a plus de 350 ans pour mieux comprendre la vie quotidienne à l’époque de la Nouvelle-France et en apprendre davantage sur les filles du Roy et de Marguerite Bourgeoys, première institutrice de Ville-Marie. « Nous profitons du festival d’histoire pour reprendre contact avec ce public-là », explique Véronique St-Pierre, responsable des communications.

Par le truchement de la vidéo, les enfants peuvent cette fois-ci voyager dans le temps avec leur famille. Un peu à l’image d’une histoire dont vous êtes le héros, le conteur Éric Michaud propose différentes options pendant la visite afin de découvrir différentes traditions culinaires. « L’activité s’appelle “Cuisiner avec les mots” parce qu’il y a tout un vocabulaire qui appartient au passé, explique Mme St-Pierre. Selon leur choix, le contenu sera différent. » Préenregistrée, la visite guidée d’environ deux heures est offerte pendant toute la durée du festival.

Avis aux parents dont les enfants sont avides de découvertes, le site Web de la Maison Saint-Gabriel regorge de contenu, dont de sympathiques capsules vidéo d’une minute. Des ateliers en ligne et interactifs sont par ailleurs en préparation pour les élèves du secondaire.

Prendre un verre avec l’Histoire

Parmi les « premiers aliments cuisinés de l’histoire de l’humanité », la bière servira de prétexte pour un 5 à 7 virtuel concocté par le Musée de Lachine le 14 mai en compagnie de l’historien et sommelier Stéphane Morin. Si l’idée s’inspire de l’exposition permanente Pour boire il faut vendre !, qui s’articule autour des stratégies publicitaires réalisées au XIXe siècle pour la bière Black Horse, l’événement sera aussi l’occasion de déguster trois bières avec les autres participants… à distance. « C’est une conférence qui va porter plus largement sur l’histoire de la bière au Québec de la Nouvelle-France à aujourd’hui », explique Stéphanie Chalut, assistante aux événements culturels du Musée de Lachine.

Il est nécessaire de réserver sa place par courriel (museedelachine@ville.montreal.qc.ca). Les informations sur les bières à se procurer et le lien Zoom seront communiqués par la suite.

Aussi à surveiller

• Le Musée Pointe-à-Callières convie les familles à prendre part au rallye historique familial Mission : Histoire 1710 le 14 mai de 8 h à 20 h. Gratuite, l’activité est accessible à partir de 8 ans.

• Mordus de la télé, rendez-vous le 15 mai à 13 h sur Microsoft Teams pour « Tour d’horizon : l’histoire de la télévision au Québec », une conférence présentée par l’historienne et éditrice Sophie Imbault. L’inscription (gratuite) est obligatoire pour obtenir le lien.

• Présenté par la Maison Nivard-de-Saint-Dizier le 16 mai de 19 h à 21 h dans le but de démystifier certains préjugés, l’atelier virtuel « Regards sur les réalités passées et actuelles des peuples autochtones » sera animé par deux ambassadeurs de l’organisme Mikana.

• Deux événements sont au programme du Musée de l’Holocauste : des rencontres en ligne avec un survivant de l’Holocauste le 14 mai et une visite guidée gratuite en présentiel, « Être chez soi à Montréal après l’Holocauste », le 14 mai à 14 h.

• Le cinéma et la musique seront aussi à l’honneur pendant le festival, notamment au Château Dufresne, musée et lieu historique patrimonial, où sera présenté Le piano d’Edna Sauriol (en présentiel).

• Guidatours propose des visites guidées, dont « La Petite-Bourgogne : chemins de fer, jazz et expérience de développement urbain » (20 $).

• Il est nécessaire de s’inscrire à l’avance pour certaines activités auxquelles on doit se connecter à l’aide d’un lien envoyé par courriel.

 

À voir en vidéo