Saint-Laurent: quartier aux mille et un délices

Le Centre islamique du Québec, fondé en 1967, est la plus vieille mosquée de la province.
Photo: Gabriel Anctil Le Centre islamique du Québec, fondé en 1967, est la plus vieille mosquée de la province.

Terre d’accueil des victimes des aléas mondiaux, des guerres, des famines et des drames qui secouent tant de territoires sur la planète, l’arrondissement de Saint-Laurent à Montréal reçoit depuis des décennies les réfugiés par milliers, qu’ils soient libanais, cambodgiens, afghans, syriens, chinois ou africains. Les déplacés traumatisés s’y installent une fois débarqués de l’avion et y trouvent une quiétude si longtemps recherchée, alors que les plus anciens habitants y vivent dans un environnement aux parfums sans cesse changeants.

La magie du voyage réside dans cette capacité qu’il a de nous déstabiliser. De nous faire réfléchir, de nous sortir de notre zone de confort, puis de nous aider par la suite à mieux nous définir, par effet de comparaison. Avoir la chance de partir à la découverte du monde et de jouer ce jeu de l’ouverture dans son propre pays est une occasion que vivent les résidents de Saint-Laurent sur une base quotidienne. Habitant le quartier depuis plus de 10 ans, je peux témoigner m’y sentir à la fois chez moi et en voyage, constamment.

Pour explorer ce fascinant microcosme, il suffit d’embarquer dans son auto ou dans le premier métro et de viser la station Côte-Vertu, dernière de la ligne orange et début de la terra incognita pour de nombreux Montréalais. De là, vos sens vous guideront vers de nouveaux arômes et de nouveaux parfums.

Ville Saint-Liban

Deux communautés immigrantes particulièrement dynamiques ont apposé leurs empreintes sur le quartier : les communautés libanaise et asiatique. Elles y ont créé des restaurants et des épiceries qui sont devenues de véritables institutions.

Les Libanais investissent massivement Ville Saint-Laurent à partir du milieu des années 1970, fuyant la guerre qui fait rage dans leur pays. Rapidement, ils font preuve d’initiatives commerciales et injectent une bonne dose de Méditerranée dans le quartier. L’on doit à la seule famille Cheaib la création des épiceries Adonis en 1978, et celle de la boulangerie-pâtisserie Andalos, en 1991. Aujourd’hui bien connus des Montréalais, les marchés Adonis sont devenus une valeur sûre pour quiconque désire trouver une grande variété de produits libanais, et plus largement moyen-orientaux. Leurs viandes marinées font fureur, particulièrement pendant la saison des barbecues. Poulet shish-taouk, brochettes de filet mignon, souvlaki de porc ou de poulet, merguez, shawarma, poulet grillé en crapaudine… il y a de tout pour tous les goûts.

Photo: Gabriel Anctil

La boulangerie-pâtisserie Andalos, de son côté, s’est spécialisée dans la production de pain pita (jusqu’à un million par jour), de baklavas décadents et de gâteaux originaux. Mais la grande vedette de l’établissement, qui attire chaque midi des hordes de travailleurs des environs, est sans conteste ses manaïches, de petites pizzas qui se mangent enroulées comme un sandwich et qui sont offertes en trente-cinq variétés. Toujours fraîches et goûteuses, ces merveilles valent à elles seules le déplacement.

Si vous avez envie d’un repas plus gastronomique, le restaurant Daou, présent à Montréal depuis 1975 et à Saint-Laurent depuis 1994, est tout indiqué. Cette véritable institution libanaise, située à l’ombre du Centre islamique du Québec, plus vieille mosquée de la province, fondée en 1967, ne vous décevra pas. Le taboulé, la salade fattouche et les mézés sont toujours bien dosés, alors que les grillades sont cuites à point et juteuses.

De Phnom Penh à Saint-Laurent

Fuyant les atrocités des Khmers rouges, Khun Sarabatht et Phok Sam Leng s’installent à la fin des années 1970 dans un HLM du quartier. Excellente cuisinière, Phok Sam met rapidement ses talents au service de sa communauté, qui se l’arrache lors des fêtes et des mariages. Puis, en 1989, le couple fait le grand saut et décide d’ouvrir son propre restaurant : Asie Moderne, qui tient toujours le fort sur la petite rue Poirier, où se concentrent encore aujourd’hui les commerces et restaurants asiatiques de l’arrondissement.

Vous y serez reçu dans un français impeccable par Nakri You, belle-fille des fondateurs et gérante du sympathique bistrot depuis bientôt un quart de siècle. Elle pourra vous aider à naviguer dans l’imposant menu qui propose plus d’une centaine de plats cambodgiens typiques. Comme le boeuf lok lak ou encore le Pror hok ktis, qui mélange porc haché et poisson salé. Leur parfumé poulet au gingembre est aussi certainement à essayer. Et comme dans la majorité des restaurants de Saint-Laurent, il y est fascinant d’y observer les clients. Les enfants de la loi 101 discutent la plupart du temps entre eux dans un français bien de chez nous, qui peut se pimenter par moments de sacres bien sentis, particulièrement s’il est question de hockey et du Canadien de Montréal.

Une sortie à l’épicerie

Impossible de venir à Saint-Laurent sans vivre l’expérience d’une visite dans l’une des deux immenses épiceries asiatiques qu’héberge le quartier. Autant le Marché C T que le tout nouveau Marché Lian Tai, ouvert en octobre dernier, permettent de découvrir l’incroyable variété et l’originalité des produits d’Asie. Parcourir leurs dizaines d’allées, leur boucherie et leur poissonnerie est un voyage en soi, aussi déstabilisant que stimulant. Les plus aventuriers voudront goûter aux chips aux crevettes tigrées, aux biscuits au wasabi ou se procurer un paquet de pattes de poulet congelées. Les moins audacieux en profiteront pour regarnir leurs réserves de thé Oolong, de sauces épicées ou de soupes instantanées.

Photo: Gabriel Anctil

Puis, après quelques heures ou une journée entière à vous promener dans ce quartier excentré et quelque peu oublié, vous aurez peut-être l’impression d’y avoir observé et goûté un Québec nouveau où les épices et les délices de chacun permettent les échanges qui continueront de se développer au fil des prochaines générations.

Adresses

Marchés Adonis, 2001, rue Sauvé Ouest et 3100, boulevard Thimens.

Daou, 2373, boulevard Marcel-Laurin.

Asie Moderne, 1676, rue Poirier.

Marché C T, 12200, boulevard Laurentien.

Marché Lian Tai, 1993, boulevard Marcel-Laurin.