Ça brasse au Québec

Une chaîne de production à la brasserie Dawes, Lachine, vers 1920
Photo: Musée McCord Une chaîne de production à la brasserie Dawes, Lachine, vers 1920

De la Nouvelle-France à notre époque forte en microbrasseries, c’est une longue histoire de houblon, de malt et de broue qu’on raconte dans le Vieux-Terrebonne. Et que vous la preniez « frette ou tablette », vous serez invité à en déguster une. Car la bière, c’est avant tout une affaire de goût.

L’entretien se fait à jeun, mais dans les yeux d’Élyse Leduc, agente d’expositions à l’Île-des-Moulins, la bière brille de toute sa mousse. Dans ses yeux et dans ses mots.

« Moi, j’aime croquer dans une cocotte de houblon. Ça dégage tellement d’arômes, de saveurs », dit celle qui entretient avec la bière une relation de « polygamie ». Elle les aime toutes. Élyse Leduc ne se considère pas comme une connaisseuse de la cervoise et de ses nombreuses déclinaisons. Femme modeste. Car c’est bien elle qui signe, en tant que chargée de projet, l’exposition Frette ou tablette. 400 ans de bière au Québec, qui sera inaugurée dimanche au Moulin neuf, un bâtiment en pierre pas si neuf ancré dans le Vieux-Terrebonne.

Les outils promotionnels disent de cette expo qu’elle est « à voir et à boire ». Attablée dans la dernière salle, celle consacrée aux microbrasseries et au « boire », Élyse Leduc précise : « Je veux amener les gens à discuter. La bière, c’est ça, c’est communautaire. »

Une boîte magique

Le parcours survole la production, la distribution et la consommation à travers trois grandes époques : la Nouvelle-France, la Révolution industrielle et la période contemporaine. Des photos, des archives, des objets sont à voir. Et une trame sonore à entendre. Car Raymond Lévesque qui chante Devant une bière / Qu’on achète à crédit / À Saint-Henri, c’est aussi le Québec de la bière.

Parmi les précieux objets réunis, notons le fourquet en bois qui sert à mélanger le malt dans l’eau et dont on expose un modèle utilisé encore aujourd’hui ; des morceaux du plancher à trous nécessaires au touraillage, étape consistant à sécher et à aromatiser les grains ; ou encore une jarre de 35 gallons pour la fermentation, qui aurait été transportée sur un radeau entre le Maine et la Beauce.

Malgré ce qu’on pourra croire, il n’y a jamais eu de grande exposition consacrée au sujet, selon ce qu’a constaté Élyse Leduc lors de sa recherche. Il y a eu quelques cas, mais limités à la Dow ou à la Blackhorse.

Photo: Fonds Ivan Boisvert Société d’histoire de Sherbrooke Le personnel et les camions de livraison devant les bureaux de la National Breweries

La longue histoire de la bière au Québec est, selon elle, une « boîte magique » qui restait à ouvrir. Avec son lot de surprises. Que les congrégations religieuses aient brassé, c’est chose connue. Qu’elles en aient tiré des revenus, ce l’est moins. « Dans les livres comptables des frères Charon [une communauté fondée à la fin du XVIIe siècle], on est tombés sur une évidence : ils vendaient leur production », note la technicienne en muséologie.

Autre détail : la bière de la Nouvelle-France, on la fait à la maison, comme un produit du quotidien. « C’est la femme qui brassait, c’était alimentaire ! » s’exclame la chercheuse.

La bière de l’exposition

Frette ou tablette, le titre de l’événement, c’est aussi le nom d’une pilsner brassée exclusivement pour l’Île-des-Moulins par la compagnie Mille-Îles. C’est la bière de l’expo, celle qu’on peut déguster à la fin de la visite : un billet d’entrée donne droit à un verre de 4 onces.

Expo historique, mais non sans un volet actuel. « Dans la chronologie telle qu’on la connaît, c’est évident qu’il fallait conclure avec les microbrasseries, juge Élyse Leduc. Celles-ci changent l’histoire de la bière par leur façon d’intégrer la communauté, leur retour aux sources, leur appartenance au territoire, leurs produits de notre agriculture. »

C’est cet aspect social et un brin politique qui intéresse la commissaire. Les tables où les gens dégusteront leur « frette ou tablette » en sont un rappel : nos bières dénoncent, militent, protègent des espèces menacées — la Béluga, par exemple. « Il y a du marketing, c’est un produit de consommation, reconnaît-elle. La Matraque, la Magouille… Elles n’aident pas les pauvres étudiants, mais ce sont des critiques sociales. La bière est un véhicule du message. »

On est loin de l’époque où régnaient les Molson et Labatt. Mais Élyse Leduc ne voulait pas d’une expo qui « crache sur ce qui a été fait ». Au contraire, signale-t-elle, il faut souligner la réussite des brasseries industrielles. Elles ont aussi fait leur part pour la collectivité, par le truchement de la commandite culturelle.

« La seule chose malheureuse, note-t-elle cependant, c’est qu’elles ont fait un produit standard, alors que la bière est tellement riche. Elles ont vendu leurs bières comme des produits exceptionnels, ayant des goûts différents. En fait, c’était la publicité qui distinguait les unes des autres. »

L’expo Frette ou tablette ne crache donc pas sur les Molson et Labatt, mais est portée par des visées éducatives. On gagne davantage à déguster une bière qu’à se gaver d’une caisse. On ne boit pas « une 12 » de stout comme on prenait « une 12 » de 50. « La bière, c’est plus qu’une simple lager », insiste l’artisane de l’expo. Et il y en a pour tous les goûts, car, comme le prétend un brasseur de Sorel dans un documentaire réalisé pour l’occasion, « celui qui dit qu’il n’aime pas la bière, c’est qu’il n’a pas encore trouvé sa sorte ».


Deux autres expositions sur le sujet cet été

À Trois-Rivières Autour d’une broue : l’aventure de la bière au Québec, Musée POP (ex-Musée québécois de culture populaire), du 22 juin au 13 septembre

À Nicolet Maudite boisson, Musée des religions du monde, du 8 juin au 14 octobre

Frette ou tablette. 400 ans de bière au Québec

Au Moulin neuf à Terrebonne, du 27 mai au 3 septembre.