The Big Book of Madness, Maxime Rambourg

Un jeu n’a pas besoin d’avoir un beau plateau ni de belles pièces pour faire ses preuves. Pensons aux Châteaux de Bourgogne de Stefan Feld, au 10e rang des 87 000 jeux répertoriés par la bible Boardgamegeek : esthétique indigeste, thématique abstraite, possibilités stratégiques infinies. Dans le cas de Big Book of Madness, on est plutôt convié à un festin visuel. Des étudiants d’une école de magie travaillent pour subjuguer les créatures invoquées par un livre maudit, assemblé au préalable par les joueurs et composé de magnifiques grandes cartes. Au fil de la partie, on tourne les pages du grimoire pour découvrir la prochaine menace, créant un fort sentiment d’anticipation, et c’est avec une version miniature du livre faite de bois que les joueurs marquent la progression de la partie. Bonne idée ! Est proposée une interprétation amusante du deckbuilding puisque les sorciers doivent acquérir des éléments afin de lancer des sorts et pour gagner en puissance. Un jeu coopératif pour tout le monde. Cette école de magie donne envie de redoubler pour y rester.

The Big Book of Madness

Maxime Rambourg (pour 2 à 5 joueurs âgés 12 ans et plus, de 60 à 90 minutes), Iello, France, 2015