Les Fêtes au Jardin

D’immenses barbes à papa jaillissent des fantastiques aménagements du Jardin botanique, tandis que de gigantesques cupcakes et d’énormes sucettes y trônent royalement.
Photo: Lise Gobeille D’immenses barbes à papa jaillissent des fantastiques aménagements du Jardin botanique, tandis que de gigantesques cupcakes et d’énormes sucettes y trônent royalement.
L’exposition Noël bonbon au Jardin botanique de Montréal en éblouira plus d’un, et pas seulement des petits. Aussitôt dans la serre, on est transporté dans un monde merveilleux surdimensionné, coloré et spiralé, riche en sensations et en contenu.​
 

D’immenses barbes à papa jaillissent des fantastiques aménagements, tandis que de gigantesques cupcakes et d’énormes sucettes y trônent royalement. Émerveillé, on tombe immédiatement sous le charme de ce magnifique décor de Noël… sucré.

D’ailleurs, d’où vient le sucre avec lequel on fabrique les confiseries ? De plantes, notamment de la canne à sucre et de la betterave sucrière, mais aussi de l’agave bleu et des érables. Sur ce sujet délicieux, ne manquez pas les animations qui se tiennent du vendredi au dimanche.

Toutefois, les végétaux ne fournissent pas uniquement le sucre, ils parfument et colorent les friandises. Voilà pourquoi vanille, violette et menthe sont joliment exposées sur de grands présentoirs à gâteaux, tandis qu’anis, gingembre et réglisse s’affichent sur des planches botaniques accompagnées d’immenses jarres remplies de bonbons à… leur arôme.

Des nouveautés… Une mosaïque spiralée en 2D réalisée avec des cyclamens rappelle les lignes et les couleurs des bonbons, une idée originale. On l’admire à son meilleur du sentier qui la surplombe. Sont aussi particulièrement jolis les sapins de tulles blancs qui mettent en valeur l’élégant feuillage des cyclamens.

Puis, un classique dont on ne saurait se passer, l’immense sapin en poinsettias. Conçu avec un cultivar qui a de grandes bractées rouge-rose et abricot et nommé Ice Crystal, il est fastueux ! Sous la chute, on peut dévorer des yeux de petites maisons couvertes d’un glaçage en camaïeux de blanc et de crème, délicieusement tentantes.

Abondance, démesure et saveur. Un décor festif et une joyeuse sortie en famille. Jusqu’au 4 janvier.

De plus, jusqu’au 21 décembre, la grande serre vibre au son de différentes chorales amateurs tous les week-ends en après-midi.

Le marché de Noël

Depuis quelques années, le Jardin botanique organise un petit marché de Noël sympathique. Ce n’est pas trop la cohue et on y déniche des cadeaux originaux. Une vingtaine d’exposants animent la serre d’accueil et nous mettent dans l’ambiance des Fêtes.

En bref, on y découvre des produits à base d’ail, d’huile d’olive, de miel, des sucreries, de la poterie, des objets en bois, des produits d’herboristerie… mais aussi des bijoux, des vêtements originaux, des lampes et autres curiosités en papier japonais.

Ceux qui auront salivé pendant la visite de l’exposition pourront s’acheter de la barbe à papa à l’érable fabriquée sur place ! Par contre, les plantes sont rares ; en fait, il n’y a que le Paradis des orchidées et Terrarium Obsessarium qui en proposent.

Toutefois, la boutique du Jardin offre un choix intéressant, même que certaines plantes proviennent directement des collections du Jardin.

D’ailleurs, les poinsettias qui y sont vendus sont cultivés ici et sont de remarquable qualité. Le marché se tient ce week-end et le suivant.

Longue vie au poinsettia

Si vous ne le placez pas au soleil direct et que vous le laissez sécher entre les arrosages, votre poinsettia aura une longue vie, mais le faire refleurir est une autre histoire. Pourquoi ? Il doit avoir plus de 13 heures de noirceur totale, totale — même le lampadaire de la rue affecte sa floraison —, et ce, pendant au moins huit semaines. C’est donc difficile à réaliser à la maison.

Voilà un défi pour certains, mais on peut aussi simplement en acheter un tout nouveau, tout beau, et soutenir ainsi les producteurs horticoles.