La quotidienne électorale: qui sort gagnant du débat des chefs?

Est-ce que le débat des chefs présenté jeudi soir a fait un gagnant? Aura-t-il une influence sur la suite de la campagne électorale? Karl Rettino-Parazelli en discute avec notre chroniqueur Michel David et le politologue de l’UQAM André Lamoureux.

Voici un aperçu des échanges en trois questions :

Est-ce que le débat a été à la hauteur de vos attentes ?
A.L. Ça n’a pas levé. Pour moi, un débat des chefs, c’est comme un combat de boxe. Et c’est comme si les boxeurs n’ont pas voulu aller jusqu’au bout. Ils se sont donné de petits coups en santé ou en éducation, mais personne n’a réussi à mettre un adversaire dans les câbles de manière décisive.

Qu’est-ce qu’on doit retenir du débat ?
M.D. Le problème du débat, c’est qu’on n'en retiendra pas grand-chose, justement. […] Et qui ça avantage, si la tendance se maintient ? M. Legault, de toute évidence. Lui, tout ce qu’il avait à faire, c’était éviter qu’il y ait des situations qui puissent casser son « momentum », et ce n’est pas arrivé.

Comment ce débat influencera-t-il le reste de la campagne ?
M.D. Je me demande dans quelle mesure il n’y a pas eu une certaine retenue, de la part de M. Lisée en particulier, pour arriver à un débat plus mémorable la prochaine fois. Le débat de la semaine prochaine, c’est celui que les électeurs vont avoir en tête le jour de l’élection. Celui d’hier, dans deux jours, on n’en parlera plus.