Notre critique de «Le président a disparu»