Le Lightning tentera d’égaler les chances dans la série finale l’opposant à l’Avalanche

Le Lightning accuse maintenant un recul de 2-1 dans sa série quatre de sept après sa victoire de 6-2 face à l’Avalanche lors du troisième match, lundi.
Photo: Harry How Getty Images via Agence France-Presse Le Lightning accuse maintenant un recul de 2-1 dans sa série quatre de sept après sa victoire de 6-2 face à l’Avalanche lors du troisième match, lundi.

L’hypothèse selon laquelle le Lightning de Tampa Bay pourrait être à court d’énergie en finale de la Coupe Stanley face aux rapides patineurs de l’Avalanche du Colorado ne tient peut-être plus la route.

En fait, il semble que la recette des succès du Lightning en matchs éliminatoires fonctionne encore très bien lorsque les doubles champions en titre intègrent tous les ingrédients qui mènent à leur réussite.

Comme le gardien Andrei Vasilevskiy qui redevient impénétrable ; comme Steven Stamkos, Nikita Kucherov et Victor Hedman qui noircissent tous la feuille de marque ; et comme tous ces joueurs moins bien connus qui travaillent bien en attaque et en défensive, aussi.

Le Lightning accuse maintenant un recul de 2-1 dans sa série quatre de sept après sa victoire de 6-2 face à l’Avalanche lors du troisième match, lundi, qui a suivi la plus cinglante défaite de l’histoire de l’organisation floridienne en séries éliminatoires.

L’entraîneur-chef Jon Cooper croit que son équipe a réussi à réorienter le gouvernail.

« J’utilise ce terme peut-être trop souvent, mais il existe une recette en place pour nous permettre de connaître du succès. Il n’est pas nécessaire d’être un neurochirurgien pour voir ce qui n’a pas fonctionné pour nous dans les parties où nous avons été corrigés et ce qui a fonctionné pour nous dans les matchs que nous avons gagnés. Une grande partie de cela est liée à la gestion de la rondelle », a précisé Cooper.

« [L’Avalanche] forme une équipe remarquable. Vous donnez un pouce à ses joueurs, ils vont prendre un mille. Il faut donc éliminer les pouces partout sur la patinoire », a ajouté Cooper.

« Et si ça ne fonctionne pas, vous souhaitez que votre gardien soit là pour réaliser un arrêt. Lorsque vous gérez la rondelle, tout part de là. »

Le quatrième match aura lieu mercredi soir au Amalie Arena, où l’Avalanche tentera de s’approcher à une victoire de sa première conquête de la coupe Stanley depuis 2001.

Vers une troisième coupe de suite ?

De son côté, le Lightning cherchera à poursuivre sa quête d’un troisième championnat d’affilée, un tour de force qui n’a pas été réalisé depuis près de 40 ans dans la LNH.

Deux soirs après avoir accordé sept buts dans une dégelée, Vasilevskiy s’est ressaisi en bloquant 37 rondelles lundi soir.

La profondeur du Lightning s’est aussi avérée une arme profitable. Six joueurs différents ont trouvé le fond du filet, lundi, et un total de 10 joueurs ont récolté au moins un point.

« Je sais que c’est identique au tour précédent, avec un score de 2-1, mais nous avons encore besoin de gagner le prochain match. Ce sera difficile pour nous si nous restons assis là à dire “OK, nous avons gagné un match. Tout ira bien demain” », a fait remarquer Cooper.

« Chaque match devient de plus en plus difficile. Mais il faut rendre hommage aux gars. Ils savaient ce qu’ils devaient faire et ils l’ont fait. Mais maintenant, nous devons le faire une autre fois. »

Malgré le fait que des observateurs s’interrogent sur l’identité du gardien de l’Avalanche qui commencera le prochain match, les joueurs du Colorado ont le sentiment qu’ils sont encore en contrôle de la série.

Avec une victoire mercredi, l’Avalanche se donnerait une avance de 3-1 au moment de retrouver ses partisans pour la cinquième rencontre, qui aura lieu vendredi soir.

« Quand vous regardez la situation, nous sommes toujours assis dans le siège du conducteur. […] Nous savions que ce serait difficile de se présenter ici et de gagner les deux matchs », a déclaré le défenseur de l’Avalanche Erik Johnson.

« De la façon dont ils ont joué à domicile, et de la manière dont ils ont réagi après plusieurs défaites lors des séries éliminatoires, nous savions qu’ils allaient offrir leur meilleur match. […] Si nous parvenons à diviser les deux rencontres, nous serons en bonne position », a ajouté Johnson.

L’Avalanche a retiré Darcy Kuemper après que le gardien eut concédé cinq buts sur 22 tirs lors du troisième match, et l’a remplacé par Pavel Francouz.

L’entraîneur-chef Jared Bednar n’a pas dit s’il ferait de nouveau confiance à Kuemper lors du quatrième match.

« C’est une possibilité », a répondu Bednar.

Le défenseur Jack Johnson, de l’Avalanche, a affirmé que les joueurs de l’équipe faisaient confiance aux deux gardiens et que leur objectif était de se ressaisir en tant que groupe.

« Nous ne laissons rien nous dissuader d’atteindre notre objectif. […] Nous n’avons aucune raison de flancher mentalement », a déclaré le défenseur.

« Même [lundi soir], nous avons fait beaucoup de bonnes choses pendant de bonnes parties du match. Il n’y a aucune raison pour que nous affichions de la frustration ou une baisse de régime dans notre attitude. »

À voir en vidéo