Politique de la FINA sur les nageuses transgenres: le Canada a voté en faveur

La FINA envisage la création d’une catégorie de compétition ouverte.
Petr David Josek Associated Press La FINA envisage la création d’une catégorie de compétition ouverte.

Le Canada a voté en faveur d’une politique sur le genre annoncée cette semaine par l’instance dirigeante mondiale de la natation.

Dans une politique entrée en vigueur lundi, la FINA n’autorise, pour les épreuves féminines, que les transgenres du type homme étant devenu femme avant l’âge de 12 ans.

La FINA envisage la création d’une catégorie de compétition ouverte.

Les fédérations canadiennes de natation, de plongeon, de water-polo et de natation artistique sont représentées au niveau du vote de la FINA par Canada Aquatique.

 

La FINA a déclaré que 71,5 % des votes ont été exprimés en faveur de la nouvelle politique.

« Le Canada a voté en faveur de la politique d’inclusion des genres de la FINA, a déclaré mardi la présidente de Canada Aquatique Kelly Stark-Anderson à La Presse canadienne, dans un courriel.

« Les valeurs d’inclusion et d’équité sont fondamentales dans les compétitions sportives internationales et pour nous en tant que Canadiens. Nous croyons que cette politique a été élaborée de manière réfléchie et protège l’équité des compétitions, en particulier dans les épreuves féminines des compétitions de la FINA.

« Nous soutenons également le travail que la FINA entreprendra pour créer une nouvelle catégorie ouverte, reflétant l’engagement de la FINA envers l’inclusion. »

Les athlètes canadiens participent actuellement aux championnats du monde aquatiques, à Budapest.

À voir en vidéo