Piette a senti un manque d’urgence en 2e demie

Dans son analyse de la rencontre, Piette (à droite) était d’avis que ses coéquipiers avaient manqué de cohésion dans le dernier tiers du terrain et «de l’instinct du tueur, un peu».
Photo: Mark Humphrey Associated Press Dans son analyse de la rencontre, Piette (à droite) était d’avis que ses coéquipiers avaient manqué de cohésion dans le dernier tiers du terrain et «de l’instinct du tueur, un peu».

Après trois semaines où ils ont été éloignés de leurs partisans et de l’enceinte dont ils disent vouloir faire une forteresse, les joueurs du CF Montréal n’ont pas mérité la note de passage samedi soir face à Austin FC.

Soit, il manquait des éléments importants en Djordje Mihailovic et Kamal Miller, tout particulièrement, ainsi que Lassi Lappalainen, qui n’avait pas pu s’entraîner parce qu’il se trouvait dans le protocole COVID, dont il est sorti vendredi.

Puis, des joueurs comme Romell Quioto et Alistair Johnston, qui revenaient de séjours avec leur équipe nationale respective, ont commencé le match sur les lignes de côté.

 

Or, depuis le temps qu’on nous dit que le CF Montréal (7-6-2 - 23 points) possède de la profondeur, elle a été difficilement perceptible samedi avec comme résultat, une défaite crève-coeur de 1-0 sur un but de Maximiliano Urruti inscrit à la 67e minute, alors que les visiteurs jouaient à 10 contre 11 depuis le début de la deuxième demie.

Les statistiques secondaires indiquent un avantage net du CF Montréal aux chapitres de la possession du ballon (62,5 % vs 37,5 %) et des tirs tentés (11 vs cinq).

Mais de ces 11 tirs tentés, seulement deux ont touché la cible, ceux à très courte distance de Kei Kamara sur lesquels le gardien Brad Stuver a été brillant, tout particulièrement sur le second environ 15 minutes avant l’unique filet du match.

Remplacé par Ismaël Koné au début de la deuxième demie, le milieu de terrain Samuel Piette a admis qu’il s’agissait du genre de match que la formation montréalaise ne pouvait pas perdre.

« À la maison, de un, tu dois gagner tes matchs, encore plus quand tu affrontes une équipe de l’Ouest. C’est la deuxième fois que l’on perd de gros points contre une équipe de l’Ouest », a noté Piette, en faisant allusion au revers de 2-1 contre Real Salt Lake le 22 mai.

« Et en plus, avec un homme en plus pendant une mi-temps complète, tu ne peux pas perdre ces points-là. »

Dans son analyse de la rencontre, Piette était d’avis que ses coéquipiers avaient manqué de cohésion dans le dernier tiers du terrain et « de l’instinct du tueur, un peu ».

Il a aussi souligné un manque de sentiment d’urgence pour pousser le jeu vers l’avant et amener le ballon jusque dans la surface de réparation de l’adversaire.

« Oui, nous voulions garder le ballon, jouer d’un côté à l’autre et les faire bouger. Lorsque vous profitez de 45 minutes avec un homme en plus et que le score est de 0-0, vous voulez être patient, vous ne voulez pas précipiter vos gestes et transformer le match en une série de contre-attaques parce que c’est ce qu’ils veulent », a mentionné Piette.

« Vers la fin du match, surtout quand vous faites face à un déficit, vous vous devez d’envoyer davantage le ballon dans la surface, prendre un peu plus de risques, jouer, peut-être de façon un peu plus directe. Je n’ai pas senti que c’est ce qu’on a fait. On ressent de la frustration, mais je pense que c’est une frustration liée davantage à notre gestion du match, surtout durant les dernières minutes. »

La défaite de samedi est d’autant plus frustrante que c’était déjà la troisième fois en 2022 que le CF Montréal bénéficiait d’une supériorité numérique à la suite d’un carton rouge. En 88 minutes de jeu dans pareilles circonstances (sans compter les arrêts de jeu), les hommes de Wilfried Nancy n’ont encore marqué aucun but et en ont concédé trois.

De ces trois matchs (vs Philadelphie le 5 mars, à Atlanta le 19 mars et contre Austin FC samedi), ils n’ont ajouté qu’un seul point au classement.

Pendant que Nancy et Mathieu Choinière, après la rencontre de samedi, parlaient d’une attitude mentale différente chez une équipe privée d’un joueur, Piette s’est avancé davantage sur le côté tactique dans un tel contexte.

« Quand tu joues avec un homme en moins comme Austin, tu as un bloc défensif un peu plus bas, donc tu es plus près de ton but. Les espaces sont un peu plus serrés parce que tu sais que tu as un joueur en moins. Donc, tu essaies de rester un peu plus collé avec tes coéquipiers. Je pense qu’on a de la misère à briser ce bloc-là. »

Le revers de samedi fait également mal dans le contexte où l’équipe montréalaise devra jouer quatre matchs en moins de deux semaines, incluant un duel contre le Toronto FC mercredi en Championnat canadien.

Or, elle risque de les jouer sans les services de Mihailovic, qui s’est blessé à un genou mercredi lors d’une séance d’entraînement.

« C’est sûr que l’absence de Djordje fait mal. Il est notre meilleur joueur depuis le début de la saison. Par contre, je pense qu’on a les éléments pour faire de bonnes choses », estimait Piette.

« Ça va être un calendrier compliqué, et c’est sûr que c’aurait été bien de commencer tout ça avec trois points. Ça va être aux joueurs de prendre soin d’eux, parce qu’il va y avoir des rotations. On va avoir besoin de tout le monde. »

À voir en vidéo