Girard aimerait avoir des matchs de la LNH en attendant les Nordiques

Plus de 18 000 personnes assistaient à l’ouverture du Centre Vidéotron à Québec en 2015.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Plus de 18 000 personnes assistaient à l’ouverture du Centre Vidéotron à Québec en 2015.

Le ministre québécois des Finances, Eric Girard, a confirmé mercredi son intérêt à accueillir à Québec des matchs d’équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) en attendant un éventuel retour des Nordiques.

M. Girard a discuté de cette hypothèse en janvier lorsqu’il a rencontré virtuellement le commissaire de la LNH, Gary Bettman.

« Oui, il y a eu un intérêt qui a été exprimé de part et d’autre, mais à ce stade-ci, c’est préliminaire », a-t-il dit lors d’un point de presse.

M. Girard a refusé de commenter un reportage de La Presse publié mercredi selon lequel le gouvernement pourrait être invité à financer les honoraires exigés par l’équipe des Sénateurs d’Ottawa en contrepartie de leur engagement à venir jouer cinq matchs à Québec au cours de la prochaine saison. « Quant aux rumeurs qui ont été véhiculées ce matin, je ne pourrai pas commenter ces rumeurs, il n’y a rien de concret. »

M. Girard a rendu hommage mercredi au propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, dont le décès a été annoncé lundi. « La chose la plus importante à faire : j’aimerais exprimer mes plus sincères condoléances à la famille Melnyk, aux Sénateurs, aux partisans des Sénateurs, a-t-il dit. M. Melnyk a sauvé les Sénateurs en 2003, alors je pense qu’on doit le souligner et lui rendre hommage. »

Championnat junior

 

Selon M. Girard, des discussions sont en cours entre le gouvernement québécois, les Sénateurs et le conglomérat Québecor, qui gère l’amphithéâtre de Québec, pour partager entre les deux capitales l’accueil du Championnat mondial de hockey junior, fin 2022. « C’est extrêmement concret, on travaille là-dessus », a-t-il précisé.

Mercredi, le président des opérations commerciales des Sénateurs, Anthony LeBlanc, a confirmé à l’Ottawa Sun la tenue de discussions au sujet du Championnat, qui devait avoir lieu en Russie avant l’invasion de l’Ukraine.

Quant à la possibilité que les Sénateurs jouent des matchs à Québec, il a déclaré que la proposition a été mentionnée, mais sans mener jusqu’ici à des discussions concrètes. « Je ne me souviens pas qui l’a mentionnée, a déclaré M. LeBlanc au quotidien ottavien. La notion que nous allions jouer à Québec est un peu trompeuse. »

En janvier, la LNH a déclaré à M. Girard qu’elle n’entrevoyait pas d’occasion qui permettrait un retour des Nordiques à Québec.

Symbolique « nauséabonde »

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, s’est indigné qu’une équipe de la capitale fédérale occupe les lieux réservés à la formation qui affichait le fleurdelisé sur ses uniformes.

« Ce qui est insultant, c’est que les Sénateurs d’Ottawa viennent jouer à la place de nos Nordiques, je trouve que la symbolique est nauséabonde, compte tenu du vrai marché pour le hockey qu’il y a à Québec », a-t-il dit en point de presse mercredi.

Le chef péquiste estime que la demande sera suffisante pour éviter au gouvernement d’éponger quelque perte que ce soit. « On ne mettra pas d’argent là-dedans, a-t-il dit. Les gens, c’est sûr qu’ils vont y aller. »

La cheffe libérale, Dominique Anglade, croit que suffisamment de fonds publics ont été investis dans la construction de l’amphithéâtre de Québec. « Ça a déjà coûté assez cher », a-t-elle dit en se référant aux sommes notamment investies par le gouvernement de Jean Charest.

Le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a également plaidé pour que seuls des fonds privés soient consacrés à cette opération de promotion avec les Sénateurs. « On est dans une situation où on a un système de santé à reconstruire, où il faut s’occuper de l’environnement, où il faut s’occuper des aînés », a-t-il dit.

L’automne dernier, le premier ministre François Legault avait provoqué la surprise en révélant que son gouvernement s’intéressait au dossier du retour des Nordiques, disparu des écrans radars depuis quelques années.

À voir en vidéo