La LNH et ses joueurs renoncent aux Jeux olympiques de Pékin

La dernière participation des joueurs de la LNH aux Olympiques remonte au Jeux de Sotchi, en 2014. Le gardien du Canadien de Montréal Carey Price était devant le filet de l’équipe canadienne lors de la conquête de la médaille d’or.
Photo: Jonathan Nackstrand Agence France-Presse La dernière participation des joueurs de la LNH aux Olympiques remonte au Jeux de Sotchi, en 2014. Le gardien du Canadien de Montréal Carey Price était devant le filet de l’équipe canadienne lors de la conquête de la médaille d’or.

La LNH et ses joueurs ont conclu un accord de renonciation à une participation aux Jeux olympiques de Pékin.

La décision conjointe de la ligue et de l’association des joueurs (AJLNH) découle de la hausse marquée des cas de COVID-19, a dit une source à La Presse canadienne, mardi. Cette personne a parlé de façon anonyme, car la ligue n’a pas encore fait d’annonce officielle.

La LNH avait jusqu’au 10 janvier pour se retirer des Jeux sans pénalité financière.

« Petit, vous rêvez de gagner une coupe Stanley, et j’ai pu y parvenir », a dit mardi le capitaine du Lightning, Steven Stamkos, âgé de 31 ans. « Vous espérez [aussi] représenter votre pays et gagner l’or. Je n’aurai probablement pas l’occasion de le faire maintenant. »

Le sujet était revenu sur la table entre la LNH et l’AJLNH dimanche, vu le grand nombre de matchs repoussés en raison de la hausse des cas de COVID-19. Un total de 50 rencontres ont été remises jusqu’ici à travers la LNH, dont 45 depuis le 13 décembre.

La traditionnelle pause de Noël de la ligue, qui devait avoir lieu du 24 au 26 décembre, s’étendra finalement du 22 au 25. Les joueurs pourront reprendre l’entraînement le 26 décembre, lorsque tous les membres des équipes auront subi un test de dépistage de la COVID-19.

D’autres points, dont la possibilité d’une quarantaine de trois à cinq semaines en cas de contrôle positif pendant le séjour en Chine, avaient refroidi l’intérêt des joueurs pour le tournoi olympique.

La LNH et ses joueurs avaient pris l’engagement en septembre d’envoyer des joueurs en Chine, mais cet accord passé avec la Fédération internationale de hockey sur glace permettait un retrait si les conditions pandémiques rendaient la participation « impraticable ou dangereuse ».

Plus du tiers des clubs de la LNH, dont le Canadien et quatre autres équipes du pays, ont stoppé leurs activités en raison du virus.

Environ 15 % des joueurs de la ligue sont à l’écart en lien avec le protocole, ce qui a amené une série de reports.

La LNH, qui a devancé la pause des Fêtes en réaction à la propagation du variant Omicron, n’a reprogrammé que 2 des 50 matchs touchés à ce jour. Elle avait déjà également annoncé qu’il y aurait un arrêt des voyages transfrontaliers jusqu’après la pause de Noël.

Dernier tour de piste

En l’absence des joueurs de la LNH, l’équipe olympique canadienne devrait être composée principalement de joueurs évoluant en Europe. Elle devrait également être dirigée par Claude Julien. La cérémonie d’ouverture à Pékin est prévue le 4 février.

La LNH n’a pas participé aux Jeux olympiques depuis ceux de 2014, à Sotchi. Le Canada avait alors triomphé pour une deuxième fois de suite. En 2018, à Pyeongchang, les athlètes olympiques de Russie avaient gagné l’or devant l’Allemagne. Le Canada, représenté par des athlètes jouant surtout dans les ligues européennes, avait alors remporté le bronze.

La décision signifie que le Canadien Sidney Crosby, 34 ans, et le Russe Alex Ovechkin, 36 ans, pourraient avoir donné leurs derniers coups de patin en contexte olympique.

Les propriétaires des équipes de la LNH n’ont jamais été très séduits par l’idée d’aller aux JO, notamment en raison des maux de tête en ce qui concerne le calendrier. Le commissaire, Gary Bettman, a récemment dit que la ligue avait de « vraies inquiétudes » par rapport à ces Jeux, ajoutant toutefois que ce seraient les joueurs qui décideraient finalement s’ils voulaient participer ou non — si la COVID-19 ne mettait pas un frein au projet.

Outre du risque d’infection par le coronavirus, la LNH s’inquiète du temps d’isolement des athlètes déclarés positifs à la COVID-19 dans le contexte olympique, de l’aggravation des relations diplomatiques entre la Chine et l’Occident, des restrictions sur le terrain et des allégations de violations des droits de la personne dans le pays hôte.

« Nous avons des inquiétudes et les avons exprimées à l’association des joueurs, a déclaré Bettman le 10 décembre. Nous avons vu qu’un certain nombre de joueurs exprimaient maintenant leurs inquiétudes. »

Le gardien de but des Golden Knights Robin Lehner — qui aurait probablement figuré sur la liste olympique de la Suède — a été le premier joueur à indiquer publiquement qu’il n’irait pas en Chine, évoquant la durée possible d’un isolement.

Connor McDavid et John Tavares, entre autres, ont aussi indiqué que le risque de devoir s’isoler longtemps les avait rendus méfiants.

À voir en vidéo