Face à une hausse des cas positifs, la LNH annonce des mesures amplifiées

Les mesures vont demeurer en place pendant la période des Fêtes et au tournant de la Nouvelle année.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les mesures vont demeurer en place pendant la période des Fêtes et au tournant de la Nouvelle année.

Confrontés à une recrudescence des cas positifs de COVID-19 parmi les équipes du circuit au cours des deux dernières semaines et à l’émergence du nouveau variant Omicron, les dirigeants de la Ligue nationale de hockey et l’Association des joueurs de la LNH ont convenu d’instaurer, et ce immédiatement, des mesures amplifiées aux protocoles déjà en place.

Un mémo de quatre pages transmis samedi matin au Bureau des gouverneurs, aux équipes et aux joueurs précise que ces mesures amplifiées visent à atteindre deux objectifs essentiels : la prévention de la contraction ou de la transmission de l’infection par la COVID-19 ; la détection précoce de tout cas positif afin de prévenir toute transmission ultérieure.

Les mesures vont demeurer en place pendant la période des Fêtes et au tournant de la Nouvelle année. Elles seront réévaluées par les experts médicaux de la LNH et de l’Association des joueurs le 7 janvier 2022.

Ces mesures incluent le port du masque en tout temps à l’intérieur des installations des équipes et lors des déplacements, incluant dans les autobus, les avions et à l’hôtel, sauf lors de séances d’entraînements, de la participation à un match ou en mangeant et en buvant, et des tests quotidiens, sauf lors de journées de congé.

Des tests additionnels avant les matchs pourraient être mis en place au cas par cas, si une éclosion survient au sein d’une équipe.

La distanciation sociale devra être respectée lors des repas — avec au moins une chaise vide entre deux personnes — que l’équipe soit dans son marché local ou à l’étranger.

À l’étranger, les joueurs et les gens qui accompagnent l’équipe ne pourront pas manger ou boire dans des restaurants intérieurs, bars ou autres endroits du genre qui sont ouverts au grand public, sauf dans une salle privée ou dans une zone délimitée par un cordon de sécurité.

La LNH et l’Association des joueurs recommandent fortement aux joueurs le port du masque N95, KN95 ou chirurgical et non un masque en tissu.

Peu de temps après l’annonce, les Red Wings de Detroit ont inscrit aux protocoles les noms de l’entraîneur-chef Jeff Blashill, de son adjoint Alex Tanguay et de trois joueurs.

Les Red Wings, qui comptent en leur rang le seul joueur non vacciné dans la ligue — Tyler Bertuzzi — doivent accueillir les Devils du New Jersey samedi soir.

Vendredi, la LNH avait annoncé que l’Avalanche du Colorado, les Panthers de la Floride et les Flames de Calgary ne joueront pas avant le retour du congé de Noël en raison d’éclosions de COVID-19.

Quatre parties au calendrier de la journée de samedi ont été reportées, incluant celle entre les Bruins de Boston et le Canadien de Montréal au Centre Bell. Jusqu’à maintenant, 20 matchs ont été repoussés à des dates ultérieures.

Le Canadien a aussi annulé la séance d’entraînement prévue pour samedi matin, par mesure préventive. Jeudi soir, le Tricolore a affronté les Flyers de Philadelphie devant des gradins complètement déserts au Centre Bell.

Dans l’un des six matchs au programme samedi soir, à Vancouver, les Maple Leafs de Toronto et les Canucks devraient être privés de quatre et cinq joueurs respectivement.

Alors que les matchs reportés pourront être reprogrammés, les yeux sont dorénavant tournés vers le calendrier de la ligue.

La LNH compte permettre aux joueurs de participer aux Jeux olympiques de Pékin, en février, à moins que les perturbations liées à la COVID-19 ne deviennent trop lourdes.

La LNH a jusqu’au 10 janvier pour se retirer des Jeux sans écoper une pénalité financière. Toutefois, elle retient le droit d’annuler ses plans jusqu’au moment où les joueurs doivent s’envoler vers Pékin.

Avec l’Associated Press

À voir en vidéo