La Russie est suspendue pour une 7e année

Le directeur du comité de World Athletics responsable de superviser la réforme de la fédération russe d’athlétisme, Rune Andersen
Photo: Agence France-Presse Le directeur du comité de World Athletics responsable de superviser la réforme de la fédération russe d’athlétisme, Rune Andersen

La suspension de la fédération russe d’athlétisme en lien avec le scandale de dopage institutionnalisé a été prolongée pour une septième année mercredi, après que des réformes apportées à l’interne eurent reçu un accueil mitigé et que des avertissements aient été lancés puisque celles-ci ne font pas consensus.

Dans le cadre de son congrès, World Athletics a voté en faveur du maintien de la suspension, en vigueur depuis novembre 2015. L’organisation n’a pas précisé le résultat du scrutin.

Ce vote a été effectué après la présentation du directeur du comité de World Athletics responsable de superviser la réforme de la fédération russe d’athlétisme, Rune Andersen. Il a écrit dans un rapport qu’une « nouvelle culture » a été implantée à la fédération russe d’athlétisme, surnommée RusAF.

La fédération a changé sa gouvernance après que l’ex-président Dmitry Shlyakhtin et quatre autres hauts dirigeants aient été suspendus pour avoir nui à une enquête antidopage portant sur le dépôt de documents médicaux falsifiés par un athlète étoile du pays. La Russie espérait faire lever sa suspension en 2019, mais les révélations qui ont suivi dans ce dossier ont quasiment entraîné son expulsion de World Athletics.

« La RusAF a poursuivi sa progression pour répondre aux exigences requises afin d’être de nouveau admise à titre de membre de World Athletics, a noté Andersen dans son rapport. Le comité croit que ces changements traduisent un changement de culture au sein de la RusAF, et celle-ci semble rejeter les stratagèmes de dopage du passé et miser sur des pratiques saines pour l’avenir. »

Cependant, une certaine résistance au changement a été relevée au sein de l’organisation russe, a-t-il prévenu.

« Certaines personnes au sein de la fédération n’apprécient pas cette nouvelle culture, et il reste encore bien du travail à faire au sein de la RusAF afin de s’assurer qu’elles ne nuisent plus aux efforts de réforme, qui devrait être poursuivie par une nouvelle génération d’athlètes et d’entraîneurs russes », a écrit Andersen.

Il a ajouté que les hauts dirigeants russes ont accepté que les inspections soient multipliées une fois la suspension de la RusAF levée, et qu’elle paie les coûts associés aux tests antidopage supplémentaires en raison des « inquiétudes » associées à l’Agence antidopage russe, qui est toujours suspendue par l’Agence mondiale antidopage.

À voir en vidéo