Des athlètes canadiens à surveiller aux Paralympiques

Récipiendaire de 7 médailles paralympiques en carrière, le coureur canadien en fauteuil roulant Brent Lakatos est une force dans sa discipline.
Photo: John Sibley Pool via Associated Press Récipiendaire de 7 médailles paralympiques en carrière, le coureur canadien en fauteuil roulant Brent Lakatos est une force dans sa discipline.

Le Canada s’est inscrit au tableau des médailles des Jeux paralympiques de Tokyo mercredi grâce aux performances de la nageuse québécoise Aurélie Rivard et de la cycliste sur piste saskatchewanaise Keely Shaw, toutes deux décorées de bronze. Voici d’autres athlètes canadiens qui pourraient également contribuer à la récolte de médailles d’ici la fin des compétitions, le 5 septembre.

Priscilla Gagné : parajudo

La judoka Priscilla Gagné, choisie comme porte-drapeau du Canada pour la cérémonie d’ouverture, est classée deuxième au monde chez les femmes dans la catégorie des 52 kg. Le parajudo met aux prises des athlètes ayant une déficience visuelle. Gagné, qui a grandi à Sarnia, en Ontario, et qui s’entraîne à Montréal, a été couronnée championne panaméricaine en 2018 et en 2020. Elle est devenue la première Canadienne à décrocher une médaille en parajudo aux championnats du monde de 2018, remportant le bronze. La judoka participe à ses deuxièmes Jeux paralympiques cette année, après avoir fini cinquième dans sa catégorie lors des Jeux de Rio. Elle sera en compétition jeudi soir, dès 22 h 24, lorsqu’elle affrontera la Russe Alesia Stepaniuk en quarts de finale.

 
128
C’est le nombre de concurrents canadiens parmi les 4400 attendus cette année aux Jeux paralympiques.

Brent Lakatos : para-athlétisme

De retour pour ses cinquièmes Jeux paralympiques, le coureur en fauteuil roulant Brent Lakatos est une force dans sa discipline. Le Montréalais a décroché 7 médailles paralympiques en carrière — 1 d’or, 4 d’argent et 2 de bronze — et a été triple champion aux Jeux panaméricains en 2015. Entre 2006 et 2019, il a remporté 19 médailles aux championnats du monde, dont 13 d’or, 4 d’argent et 2 de bronze. Sa participation durant ces Jeux vaut le coup d’œil : les lève-tôt verront illuminer leurs écrans vers 7 h 35, vendredi, lors du 5000 mètres T54.

Patrick Anderson : basketball

Patrick Anderson est l’un des grands noms du basketball en fauteuil roulant. Le joueur originaire de Fergus, en Ontario, en est à ses cinquièmes Jeux paralympiques, après avoir aidé le Canada à remporter l’or en 2000, en 2004 et en 2012, en plus d’une médaille d’argent en 2008. En 2006, sa participation aux championnats du monde a également permis au Canada de remporter le titre mondial. Étant de retour sur la scène olympique après avoir fait une pause lors des Jeux de Rio, le vétéran joue encore un rôle important au sein de l’équipe canadienne, dont le prochain match, contre la Turquie, sera présenté jeudi soir à 22 h 15.

Sur les quelque 4400 concurrents attendus cette année aux Jeux paralympiques — un record —, 128 sont canadiens. Lors des derniers Jeux, à Rio, en 2016, l’équipe canadienne avait terminé au 14e rang, avec un total de 29 médailles, dont 8 d’or.

Les codes de classification paralympique

Vous vous demandez ce que signifient les codes associés à certaines épreuves paralympiques ? Pour assurer des résultats équitables, le Comité international paralympique utilise un système de classification qui évalue l’habileté des athlètes à concourir dans différentes compétitions en fonction de leurs limitations, qu’elles soient physiques, sensorielles ou intellectuelles. En conséquence, malgré ses compétences, un athlète ayant un handicap pourrait se qualifier pour un sport et ne pas répondre aux critères de participation pour un autre. Par exemple, le code « T54 » désigne les épreuves d’athlétisme dans lesquelles les concurrents disposent d’une puissance totale des bras, d’une mobilité normale ou limitée du bassin, mais d’aucune fonction des jambes.



À voir en vidéo