Les Jeux olympiques de Tokyo prennent leur envol

Un an plus tard que prévu en raison de la pandémie de COVID-19, l’empereur du Japon Naruhito a officiellement déclaré ouverts les Jeux olympiques de Tokyo, vendredi.

Le clou de la soirée a suivi quelques instants plus tard lorsque la joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka a allumé la vasque olympique, après un relais de la flamme à l’intérieur du stade olympique mettant en vedettes d’anciens grands sportifs du pays, un athlète paralympique, des étudiants ainsi qu’une infirmière et un médecin.

Ces moments solennels sont survenus presque quatre heures après le début d’une cérémonie d’ouverture tenue devant des gradins dans lesquels ne se trouvaient que des dignitaires.

La cérémonie s’est amorcée avec une seule athlète — une femme — dans le centre du stade olympique, agenouillée. Alors qu’elle se redressait, l’ombre derrière elle a graduellement pris la forme d’une semence, qui croissait pendant qu’elle marchait.

Une vidéo dans laquelle sont apparus plusieurs athlètes a ensuite été diffusée, rappelant d’abord le moment, en 2013, où la candidature de Tokyo a été retenue pour les Jeux de 2020 avant de passer à des images d’un monde réduit au silence par la pandémie.

Le tout a été suivi de feux d’artifice, un éclat de lumière d’une vingtaine de secondes, comme pour annoncer que ces Jeux olympiques étaient enfin sortis de la noirceur.

Comme le veut la tradition, la Grèce, berceau des Jeux de l’ère moderne, a été le premier pays à faire son entrée dans le stade, environ 40 minutes après le début de la cérémonie.

L’équipe représentant les Réfugiés olympiques a suivi la Grèce. Les autres pays se sont succédé dans un ordre correspondant à l’alphabet japonais. Comme le veut aussi la tradition, le Japon, pays hôte, a clôturé ce volet de la cérémonie en marchant dans le stade autour de 22 h 30, heure de Tokyo.

Environ 30 minutes après l’arrivée de la Grèce, 30 athlètes du Canada, incluant les porte-drapeaux Miranda Ayim et Nathan Hirayama, ainsi que six membres du personnel de l’équipe de mission, ont fait leur entrée dans le stade.

Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne

Parmi les 30 athlètes se trouvaient les joueurs de tennis québécois Félix Auger-Aliassime et Leylah Annie Fernandez ainsi que la joueuse de badminton Michelle Li.

Après l’arrivée de la délégation japonaise, plusieurs chanteurs se sont relayés pour interpréter « Imagine », la chanson composée par l’ex-Beatle John Lennon et Yoko Ono il y a 50 ans.

Selon le Comité international olympique, 206 délégations — 205 nations et l’équipe représentant les réfugiés — devaient prendre part à la cérémonie d’ouverture.

Le groupe, composé de 370 athlètes et 131 entraîneurs participant aux Jeux de Tokyo 2020, représente la plus imposante délégation canadienne aux Jeux olympiques depuis ceux de Los Angeles en 1984.

Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 comptent 339 épreuves dans 33 sports et 50 disciplines. C’est la deuxième fois que les Jeux olympiques sont présentés à Tokyo, qui a précédemment accueilli le monde en 1964.

À voir en vidéo