Les Bucks de Milwaukee champions de la NBA 50 ans plus tard

Auteur de 50 points lors du sixième match, Giannis Antetokounmpo a reçu le trophée de meilleur joueur de la finale.
Photo: Paul Sancya Associated Press Auteur de 50 points lors du sixième match, Giannis Antetokounmpo a reçu le trophée de meilleur joueur de la finale.

Les Bucks de Milwaukee ont mis la main sur un premier championnat de la NBA depuis 1971 en battant les Suns de Phoenix 105 à 98, mardi.

Ils remportent ainsi la série finale en six rencontres, devant leurs partisans au Fiserv Forum.

Sans surprise, Giannis Antetokounmpo a reçu le trophée Bill Russell, remis au meilleur joueur de la finale. Il a brillé une fois de plus dans la victoire des siens avec une performance de 50 points, 13 rebonds, cinq blocs et deux passes décisives.

« Je veux remercier Milwaukee d’avoir cru en moi, a-t-il affirmé en entrevue d’après-match. J’avais confiance en cette équipe. Je voulais réaliser cela ici, dans cette ville. Je suis heureux que nous ayons accompli cette tâche. »

Antetokounmpo a signé un troisième match d’au moins 40 points et 10 rebonds dans sa première finale en carrière. Il a marqué sur 16 des 25 lancers qu’il a effectués dans le match et a été presque parfait de la ligne de lancer franc avec une fiche de 17 en 19. Avant les séries éliminatoires, son pourcentage d’efficacité de 55,6 pour cent était souvent tourné en dérision.

Le joueur grec avait d’ailleurs raté les deux premières rencontres de la finale de la conférence de l’Est en raison d’une hyperextension du genou gauche.

Il a reconnu avoir été trop émotif dans la victoire, comme dans la défaite, au début de sa carrière. Il est resté plus calme, cette année, tout en devenant un leader plus vocal.

« J’étais trop heureux quand on gagnait et j’avais l’impression que le monde s’arrêtait quand on perdait, avait-il affirmé la veille du match. Cette année, victoire ou défaite, ce n’est pas arrivé. »

Khris Middleton a marqué 16 points pour les Bucks et Bobby Portis en a récolté 16 en sortant du banc. Jrue Holiday, dont le jeu défensif a enfin ralenti Devin Booker, a inscrit 12 points, 11 passes décisives et neuf rebonds.

Les partisans des Bucks attendaient depuis 50 ans un nouveau titre de la NBA, après la conquête de 1971 menée par Kareem Abdul-Jabbar et Oscar Robertson.

L’équipe du Wisconsin est passée proche du succès à ses deux dernières saisons. En 2018-19, elle avait la meilleure fiche de la NBA avant d’échapper une avance en finale de conférence contre les Raptors de Toronto. L’an dernier, elle a encore dominé le classement général, mais a perdu en deuxième ronde contre le Heat de Miami.

Pour conclure une saison jouée majoritairement devant des gradins vides, plus de 65 000 partisans des Bucks se sont rassemblés dans le Deer District, à l’extérieur, pour visionner le match.

Les Bucks sont devenus la cinquième équipe à remporter un championnat de la NBA après avoir tiré de l’arrière 2-0 dans la finale, et la première à réaliser l’exploit depuis Miami en 2006.

Cet effondrement est un dur coup pour Chris Paul, l’un des joueurs les plus primés de son sport, qui jouait pour une première fois en finale en carrière. Il a vécu un parcours éliminatoire rocambolesque, ponctué d’une blessure à l’épaule et d’un passage dans le protocole de COVID-19 de la ligue.

Paul a conclu sa saison avec une performance de 26 points. Booker a ajouté 19 points, mais n’a réussi que 8 de ses 22 lancers. Il a raté chacun de ses sept lancers de trois points après avoir marqué 40 points dans ses deux derniers matchs.

Il s’agissait d’une première présence en séries en plus d’une décennie et une première finale depuis 1993 pour les Suns.

Avec The Associated Press

À voir en vidéo