«Nous ne voulons pas voir le Lightning avec la coupe, point final»

Jeff Petry, ici avec Ross Colton, est déterminé à retourner à Tampa pour un 5e match.
Photo: Gerry Broome Associated Press Jeff Petry, ici avec Ross Colton, est déterminé à retourner à Tampa pour un 5e match.

Le message était clair dans le camp du Canadien de Montréal dimanche : l’objectif est de prendre un vol vers Tampa mardi pour le cinquième match de la finale de la Coupe Stanley contre le Lightning.

Pas question de voir le Lightning célébrer la victoire au Centre Bell lundi soir, après la quatrième rencontre.

« Nous ne voulons pas voir le Lightning avec la coupe, point final, a affirmé fermement le défenseur du Canadien Jeff Petry en visioconférence dimanche. Mais nous n’allons pas obtenir quatre victoires en gagnant le match de demain [lundi]. L’objectif est de gagner ce match, puis de retourner à Tampa. »

Le Canadien se retrouve dos au mur, en retard 0-3 dans la série finale. Seulement quatre équipes ont remporté une série après avoir accusé un tel retard dans l’histoire de la LNH, et seulement une seule en finale — les Maple Leafs de Toronto face aux Red Wings de Detroit, en 1942.

Ce n’est pas ça qui va décourager les membres du Tricolore.

« Nous devons nous assurer de garder une attitude positive, d’avoir du plaisir à venir à l’aréna et de ne pas baisser les bras, a dit Petry. Nous faisons face à un important défi, mais nous avons été confrontés à des défis tout au long de la saison. »

Le Canadien a marqué seulement 5 buts lors des trois premières rencontres de la série, contre 14 pour le Lightning. L’avantage numérique du Tricolore a fourni l’un des 5 buts de l’équipe, en six occasions d’attaque massive.

L’entraîneur-chef par intérim Dominique Ducharme a mis l’accent sur l’avantage numérique lors de l’entraînement de dimanche.

« Les unités spéciales sont particulièrement importantes en séries éliminatoires, a rappelé l’attaquant Josh Anderson. Vous voulez qu’elles vous donnent un élan. »

« Il est important d’être à l’aise sur la glace dans ces situations, de savoir ce que chaque membre de l’unité va faire afin de pouvoir exécuter les jeux et marquer des buts importants. »

Le défenseur Erik Gustafsson a été écarté de l’avantage numérique, tout comme l’attaquant Jesperi Kotkaniemi. Ducharme n’a pas voulu confirmer si cela signifiait que Gustafsson pourrait être retiré de la formation pour la rencontre de lundi.

Petry s’est retrouvé au sein de la première unité, en compagnie de Cole Caufield, Tyler Toffoli, Nick Suzuki et Corey Perry. La deuxième unité était composée de Shea Weber, Joel Armia, Brendan Gallagher, Anderson et Eric Staal.

« Que nous obtenions deux occasions en avantage numérique [lundi] ou quatre, nous devons en tirer profit », a souligné Ducharme.

Le Canadien croit toujours avoir les outils et la recette pour avoir du succès. Après tout, c’est ce qui lui a permis d’atteindre la finale et d’être l’une des deux équipes encore en vie en juillet.

« Les choses que nous avons à améliorer, nous les connaissons et nous l’avons fait avant, a souligné Ducharme. Oui, il faut donner une partie du crédit au Lightning, qui nous rend la vie plus compliquée pour exécuter ces jeux-là. Mais nous connaissons les ajustements que nous devons faire et nous connaissons l’impact qu’ils auront sur notre jeu si nous les faisons bien. »

« Nous n’avons plus rien à perdre à ce point-ci, a déclaré de son côté Anderson. Tout le monde est prêt pour demain soir. La série n’est pas encore terminée. Nous y allons un match à la fois, et nous allons être prêts à jouer. »

C’est la seule approche possible pour le Canadien étant donné la situation dans laquelle il se trouve.

Gourde ne pense qu’à sa première présence sur la glace

Yanni Gourde, Blake Coleman et Barclay Goodrow ont commencé les 15 derniers matchs du Lightning de Tampa sur la patinoire et, à un peu plus de 24 heures d’une rencontre où une victoire lui permettrait de soulever la coupe Stanley, Gourde était concentré sur sa première présence sur la patinoire lors du prochain match.

 

Il a été questionné à plusieurs reprises sur la possibilité de gagner le précieux trophée devant parents et amis lundi soir. Il a chaque fois répété qu’il ne regardait pas plus loin que cette première présence. « Vous pouvez me poser la question de 1000 façons différentes, je vais toujours donner la même réponse. Je me concentre sur ma première présence, qui dicte l’allure du match, qui dicte la façon dont je vais jouer, a dit Gourde dimanche. Je suis désolé d’être plate dans mes réponses, mais c’est comme ça que je me sens, et je crois que c’est la bonne approche pour moi. »

 

Le trio de Gourde a souvent embêté le Canadien depuis le début de la série grâce à son énergie. Gourde a fait mouche une fois et Coleman, à deux reprises.

 

Si ce sont les Phillip Danault, Brendan Gallagher, Paul Byron et Josh Anderson qui donnent le ton chez le Canadien, c’est le trio de Gourde qui joue ce rôle avec brio chez le Lightning. « Ils amènent un fusil à un duel au couteau, a dit l’entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper. Ils sont prêts et n’arrêtent jamais. Souvent, un trio va avoir de l’énergie en début de rencontre, puis ça va baisser par la suite. Dans leur cas, ils sont aussi efficaces de leur première à leur dernière présence sur la patinoire. »

 

Le Lightning doit souhaiter connaître un autre départ aussi foudroyant lundi. Il a ouvert le pointage dans les sept premières minutes de jeu lors de chacun des trois matchs de la finale jusqu’ici.

 

En septembre dernier, le Lightning avait anéanti sa première chance de remporter le deuxième championnat de son histoire. Il avait perdu le cinquième match de la finale en deuxième période supplémentaire face aux Stars de Dallas en raison notamment de deux buts de Corey Perry. Il s’était racheté deux jours plus tard, l’emportant 2-0. Le Lightning a aussi eu du mal à fermer les livres contre les Islanders de New York, en 2020 et en 2021. « Je crois que nous avons appris de ces expériences, a affirmé Cooper. Ça ne veut pas dire que je garantis une victoire, mais je sais que notre état d’esprit sera différent de celui des expériences passées. »



À voir en vidéo