Le Canadien n’a plus le droit à l’erreur

Le Lightning de Tampa Bay a remporté 6-3 le 3e match de la finale de la Coupe Stanley contre le Canadien vendredi soir.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le Lightning de Tampa Bay a remporté 6-3 le 3e match de la finale de la Coupe Stanley contre le Canadien vendredi soir.

Malgré le retour de Dominique Ducharme derrière le banc et le fait que le Canadien disputait une première partie de la série finale de la Coupe Stanley dans la métropole depuis le 9 juin 1993, les Montréalais se réveilleront samedi matin au bord du gouffre.

Le Canadien de Montréal a encaissé une défaite à sens unique de 6-3 contre le Lightning de Tampa Bay lors du match no 3 vendredi, et il tire maintenant de l’arrière 0-3 dans la série finale de la Coupe Stanley.

Une seule équipe dans l’histoire est parvenue à combler un tel déficit pour remporter le précieux trophée — les Maple Leafs de Toronto en 1942. Ducharme a toutefois refusé de baisser les bras devant la tâche titanesque qui attend son équipe.

« Il ne faut pas regarder trop loin. On va se préparer pour lundi, c’est tout. On a un match à gagner ici. On a fait face à toute sorte d’adversité en saison, et en séries. Nos joueurs ont du caractère, et on va se préparer pour lundi », a déclaré Ducharme en visioconférence.

L’entraîneur-chef par intérim du CH, qui a raté les six derniers matchs des siens après avoir reçu un diagnostic positif à la COVID-19 lors de la série précédente contre les Golden Knights de Vegas, s’était dit très heureux de pouvoir retrouver son environnement de travail habituel quelques heures avant la rencontre.

Ses joueurs aussi semblaient heureux de le retrouver — sauf qu’ils ont paru un peu déboussolés. Malheureusement pour lui, après seulement 3:27 de jeu, c’était déjà 2-0 en faveur des Floridiens.

Les défenseurs Jan Rutta et Victor Hedman ont fait vibrer les cordages pour les visiteurs dans un intervalle d’à peine 1:35.

« C’était des erreurs d’exécution, ce n’est pas plus compliqué que ça. Chaque fois qu’on fait une erreur, ils nous font payer cash », a mentionné Ducharme.

Ducharme a alors dû appeler un temps d’arrêt pour calmer ses troupes. La manœuvre, plutôt inhabituelle, a procuré l’électrochoc désiré, car Phillip Danault a rétréci l’écart à 2-1 à 11:16 du premier tiers.

Les réjouissances furent toutefois de courte durée. Comme ce fut le cas en première période, le Lightning a de nouveau frappé en deux occasions tôt en deuxième.

Nikita Kucherov a d’abord redonné un coussin de deux buts aux visiteurs après seulement 1:20 de jeu en complétant une descente à deux-contre-un avec Ondrej Palat. Puis, Tyler Johnson a récupéré une rondelle libre dans l’enclave à la suite d’un bel arrêt de Price et l’a poussée dans une cage béante, portant la marque à 4-1.

À ce moment-là, c’était la consternation dans le Centre Bell. On aurait pu entendre une mouche voler, n’eût été la musique assourdissante crachée par les haut-parleurs de l’amphithéâtre pendant les arrêts de jeu.

Nick Suzuki a riposté en fin de deuxième période pour faire 4-2, mais Johnson y est allé d’un bel effort individuel pour inscrire son deuxième du match à 15:19 du dernier tiers, redonnant un coussin de trois buts aux siens. Corey Perry a ensuite marqué son quatrième des séries éliminatoires, et Blake Coleman a complété dans un filet désert.

Carey Price, qui a connu un match plutôt difficile à l’instar de ses coéquipiers, a terminé sa soirée de travail avec 24 arrêts. Ducharme a toutefois refusé de blâmer son gardien pour la défaite.

« On perd en équipe, on gagne en équipe. On veut tous faire mieux », a-t-il simplement dit.

De son côté, Andrei Vasilevskiy a été fidèle à lui-même et a repoussé 32 tirs dans la victoire du Lightning.

Le Canadien devra maintenant l’emporter pour demeurer en vie lors du match no 4, qui sera présenté lundi soir au Centre Bell.

Le Lightning est le champion en titre de la coupe Stanley, après avoir remporté les grands honneurs face aux Stars de Dallas dans la bulle de la LNH à Edmonton en septembre dernier. Il pourrait devenir la deuxième équipe au cours du 21e siècle à défendre avec succès son titre, après les Penguins de Pittsburgh en 2017.

« Les gars sont déterminés et matures. Ils comprennent que quand un terme comme dynastie est employé, ça veut dire que l’équipe était très bonne. Nous avons gagné une coupe et personne ne peut nous l’enlever. Mais c’est incroyable de voir leur détermination pour en gagner une deuxième. Nous ne sommes pas encore rendus là, mais je suis fier du niveau de maturité du groupe, de la détermination des joueurs pour en gagner une autre. J’espère que nous pourrons y arriver dans les prochains jours », a résumé l’entraîneur-chef du Lightning Jon Cooper.

Il y avait 3500 spectateurs dans les gradins pour la partie, puisque la demande du Canadien de remplir le Centre Bell à moitié de sa capacité (10 500) a été refusée par la Santé publique du Québec plus tôt cette semaine.

Échos de vestiaire

Brendan Gallagher, refuse d’abandonner malgré le déficit de 0-3 dans la série finale de la Coupe Stanley. « Nous jouons du bon hockey, mais dès que nous commettons une erreur contre cette très bonne équipe de hockey, elle te le fait payer. Il (le Lightning) est très opportuniste. Je peux vous dire une chose à propos de ce groupe de joueurs (chez le CH), c’est qu’il n’abandonnera pas, qu’il se présentera au prochain match et qu’il gagnera le match no 4. Nous bâtirons ensuite là-dessus. »

Carey Price a connu une soirée difficile, à l’image de la série jusqu’ici contre le Lightning. Il affichait un taux d’efficacité de 93,4 % en séries avant de rencontrer le Lightning, et il a perdu près de 10 points d’efficacité en trois matchs contre lui. « Il faut qu’on commence à offrir le meilleur de nous-mêmes. Je peux jouer mieux. Ce n’est pas suffisamment bon jusqu’ici. »

Le capitaine Shea Weber semblait déçu par la tournure des événements. « C’est difficile. Nous nous sommes retrouvés en déficit tôt dans la rencontre, et c’est difficile de s’en sortir contre eux. Ils sont très coriaces ».

Phillip Danault continue d’y croire. « Toute l’année, nous avons été des négligés [underdogs]. C’est une bonne équipe l’autre bord, et ils capitalisent de nos erreurs. Il faut y aller un match à la fois, une présence à la fois. On se relève les manches et on ne quittera pas. Ç’a été de même toute l’année, peu importe les commentaires, donc je peux garantir que personne va quitter dans l’équipe. »

À voir en vidéo