Les Canadiens veulent finir le travail contre Haïti et accéder à la ronde finale

Les joueurs canadiens n’ont pas atteint la ronde finale de qualification dans la région qui comprend l’Amérique du Nord et Centrale et les Caraïbes depuis 1996-97.
Photo: Jonathan Daniel/Getty Images/AFP Les joueurs canadiens n’ont pas atteint la ronde finale de qualification dans la région qui comprend l’Amérique du Nord et Centrale et les Caraïbes depuis 1996-97.

Le défenseur Alistair Johnston connaît l’historique du Canada en qualification pour la Coupe du monde – et l’importance que revêt le match contre Haïti, mardi.

Les Canadiens, classés au 70e rang, peuvent accéder à ce qu’on appelle l’Octagone, la ronde finale des huit pays de la Concacaf, avec une victoire ou un match nul contre Haïti, 83e, mardi, au Stade SeatGeek de Bridgeview, dans l’Illinois. Le Canada a pris le dessus dans la deuxième ronde des éliminatoires avec une victoire 1-0, samedi, lors du match aller à Port-au-Prince.

Les joueurs canadiens n’ont pas atteint la ronde finale de qualification dans la région qui comprend l’Amérique du Nord et Centrale et les Caraïbes depuis 1996-97.

« Quand vous le mettez en perspective comme ça, c’est fou. Parce que je suis né en 1998, a déclaré Johnston. Donc, pour moi, je n’ai jamais vu une équipe du Canada se rendre aussi loin. »

Si le Canada devait écarter Haïti, il rejoindra le Mexique, les États-Unis, la Jamaïque, le Costa Rica et le Honduras lors du dernier tournoi à la ronde de qualification. Probablement El Salvador, qui a blanchi Saint-Kitts-et-Nevis 4-0 lors du match aller de leur deuxième tour, et le Panama ou Curaçao (le Panama a remporté le match aller 2-1) les rejoindront.

Il y a beaucoup à l’enjeu.

Pour Soccer Canada, prendre part à l’Octagone signifie une plus grande visibilité — attrayante pour les commanditaires — et l’occasion de renflouer des finances affectées par la COVID avec sept matchs à domicile garantis et l’espoir d’un assouplissement des restrictions liées à la pandémie à l’automne pour leur permettre d’être disputés au nord de la frontière.

Pour l’entraîneur John Herdman, faire l’Octagone signifie avant tout des matchs significatifs contre les meilleures équipes de la région, ce qui se traduit par une expérience précieuse pour sa jeune équipe.

La grande attraction, bien sûr, demeure une qualification pour le Qatar 2022, ce qui serait un énorme coup de pouce avant de coorganiser la Coupe du monde 2026. La seule participation des Canadiens à la Coupe du monde remonte à 35 ans.

« En fin de compte, nous savons que 2026 arrivera, mais 2022 est quelque chose que nous visons en ce moment. C’est là où nous nous concentrons en tant qu’équipe, en tant que groupe, a affirmé Johnston, qui joue pour le Nashville SC dans la MLS. Nous voulons vraiment nous dépasser et nous mettre à l’épreuve. Il n’y a pas de meilleur moyen de le faire que de jouer ces matchs à élimination directe. »

À voir en vidéo