La Québécoise Catherine Raîche brise un plafond de verre dans la NFL

Catherine Raîche, lors de son passage chez les Argonauts de Toronto en 2018. Elle s’est jointe aux Eagles de Philadelphie l’année suivante.
Photo: Johany Jutras / CFL.ca Catherine Raîche, lors de son passage chez les Argonauts de Toronto en 2018. Elle s’est jointe aux Eagles de Philadelphie l’année suivante.

En accédant au poste de vice-présidente aux opérations football des Eagles de Philadelphie, Catherine Raîche est devenue jeudi la première femme à occuper un poste aussi élevé dans la NFL. Une nomination qui s’inscrit dans la course vers une plus grande équité entre les sexes dans les équipes sportives professionnelles.

Mme Raîche occupait depuis deux ans le poste de coordonnatrice aux opérations football et au personnel des joueurs au sein de l’équipe américaine. Avant qu’elle fracasse un plafond de verre dans ce sport largement masculin, c’est Kelly Kleine qui occupait depuis mai le poste le plus important au sein de la NFL à titre de directrice des opérations football et conseillère spéciale au directeur général des Broncos de Denver.

Celle-ci a d’ailleurs félicité jeudi Mme Raîche pour cette nomination « bien méritée ». « Je suis bien contente de voir ça », a-t-elle écrit sur Twitter.

Dans son nouveau rôle, la Québécoise de 32 ans sera impliquée dans toutes les sphères des opérations football, y compris le dépistage professionnel et universitaire, la gestion des contrats, le développement des joueurs et du personnel, ainsi que la recherche sur le football.

Tendance lourde

« Cette nomination, Catherine la mérite amplement », se réjouit Danièle Sauvageau, qui a contribué à la mise sur pied de l’équipe de hockey féminin de l’Université de Montréal et qui en assure aujourd’hui la direction. « De plus en plus, des organisations de sports professionnels regardent l’autre 50 % de l’humanité, du côté des talents féminins [pour occuper des postes de direction]. »

« C’est comme une vague de fond qui est lancée, ajoute-t-elle. Et j’ai bien l’impression que ce genre de nomination, on va en voir de plus en plus pour qu’enfin ça devienne une normalité et qu’on arrête presque d’en parler. »

Plusieurs femmes ont d’ailleurs brisé des plafonds de verre dans les derniers mois au sein de différentes équipes sportives. En novembre, Kim Ng a été nommée directrice générale des Marlins de Miami, devenant ainsi la femme occupant le plus haut poste au sein des opérations baseball d’une organisation du baseball majeur. Aucune femme auparavant n’avait occupé ce poste dans l’histoire de ce sport.

En janvier, l’ancienne joueuse de softball Bianca Smith est devenue, à l’âge de 29 ans, la première femme noire à occuper le poste d’entraîneuse au sein de la Ligue majeure de baseball (MLB) après avoir été embauchée par les Red Sox de Boston.

« C’est sûr que ça a un impact [ces nominations]. Ça encourage les jeunes filles et les femmes qui sont dans des sports à travailler pour atteindre des postes supérieurs », estime la directrice générale de Sports Québec, Isabelle Ducharme.

Une ascension fulgurante

Avant de se joindre aux Eagles, Mme Raîche a passé cinq saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF). Son ascension a d’ailleurs été fulgurante.

D’abord stagiaire non rémunérée en 2015 au sein des Alouettes de Montréal, elle a rapidement accédé au poste de coordonnatrice de l’administration football au sein de l’équipe, puis de directrice générale adjointe, en 2017. Aucune femme n’avait alors occupé un tel poste au sein de la LCF en près de 30 ans.

Mme Raîche s’est ensuite démarquée en 2018 avec les Argonauts de Toronto, avant de se joindre l’année suivante aux Eagles de Philadelphie au sud de la frontière. Diplômée en droit de l’Université de Sherbrooke, la jeune femme succédera dans ses nouvelles fonctions à l’actuel directeur général des Browns de Cleveland, Andrew Berry.

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo