Pas encore de sécheresse en attaque, assure le CF Montréal

L’attaquant Bjorn Johnsen n’a pas encore marqué avec le CF Montréal.
Photo: Rick Bowmer Associated Press L’attaquant Bjorn Johnsen n’a pas encore marqué avec le CF Montréal.

Le temps était à la relativisation chez le CF Montréal samedi après le revers de 2-0 aux mains des Whitecaps de Vancouver. Soit, ça fait maintenant 228 minutes que la formation montréalaise n’a pas trouvé le fond du filet. Toutefois, au sein du groupe, on est encore loin de parler de période de sécheresse offensive ou d’une perte de confiance graduelle sur le plan individuel.

« Je ne dirais pas qu’il s’agit d’une sécheresse », a tranché l’attaquant Erik Hurtado.

« Nous n’avons pas marqué de but lors de deux matchs. Je crois que c’est un peu excessif de parler de sécheresse. Nous avons inscrit six buts en quatre parties ; c’est plus qu’un but par match. Je pense que nous sommes corrects », a ajouté l’Américain, qui a été inséré dans la rencontre à compter de la 58e minute de jeu samedi.

« Ce sont des choses qui arrivent, a ajouté Hurtado. Des équipes vont jouer des matchs sans marquer un but et le suivant, elles vont en inscrire plusieurs. C’est comme ça. Il faut simplement tourner la page. »

Le fait que le CF Montréal ait totalisé six buts lors de ses deux premières sorties prouve, croit Hurtado, que l’équipe a les capacités pour être productive en attaque.

Le prochain match, qui arrivera vite puisqu’il aura lieu mercredi contre l’Inter Miami CF, donnera l’occasion à l’équipe de le démontrer.

La formation montréalaise aura une autre rencontre moins de 72 heures plus tard, à Atlanta.

« Il nous faut trouver notre rythme. Nous avons ces deux matchs qui viennent cette semaine et nous devons y tourner notre attention. Vous allez gagner certains matchs, vous allez en perdre certains. Ça fait partie du jeu, a souligné Hurtado.

« Nous allons nous concentrer sur Miami, travailler à l’entraînement sur notre jeu dans le dernier tiers du terrain et j’ai confiance que nous allons obtenir des résultats. »

De son côté, l’entraîneur-chef Wilfried Nancy restait positif même s’il voit bien que ses joueurs ont laissé filer de belles occasions de placer l’adversaire dans une position inconfortable ou même de le sortir de matchs.

Si cette tendance a été évidente contre le Crew de Columbus il y a une semaine, elle avait déjà commencé lors du match précédent, contre Nashville.

Alors que le CF Montréal menait 2-0 après 45 minutes de jeu, Romell Quioto s’est présenté seul devant Joe Willis à peine deux minutes après le début de la deuxième demie. Son tir avait déjoué le gardien du Nashville SC, mais le ballon est passé tout juste à côté de la cible.

Moins de dix minutes plus tard, Nashville marquait un premier but en route vers un verdict nul de 2-2.

Face aux Whitecaps, samedi, Bjorn Johnsen a laissé filer une occasion en or d’ouvrir la marque à la 29e minute de jeu et de marquer son premier but avec le CF Montréal après une belle passe de Quioto. Le gardien Maxime Crépeau lui a volé un but qui semblait pourtant certain, grâce à un plongeon désespéré à sa gauche.

« On se procurera toujours des occasions. On a l’équipe pour ça. Avec un peu de recul, en regardant le match, en parlant avec les joueurs, en travaillant avec eux individuellement et collectivement, on va renverser la tendance, a affirmé Nancy.

« C’est un moment, encore une fois, où on n’arrive pas à convertir ces occasions-là. C’est le travail. C’est encore trop tôt pour parler de manque de confiance ou de quoi que ce soit. Il y a encore beaucoup de matchs et on va inverser la tendance. »

La disette actuelle coïncide avec l’absence de Mason Toye, qui avait inscrit un but lors de chacun des deux premiers matchs du CF Montréal. Chaque fois, il avait frappé tôt, ouvert la marque et placé son équipe dans une position favorable.

Interrogé au sujet de l’absence de Toye, Nancy a insisté sur l’aspect collectif et sur le fait que ses joueurs avaient créé des occasions de marquer. Le contraire l’aurait dérangé, a-t-il ajouté.

« Ça ne relève pas seulement de Mason, de Bjorn ou de tous les attaquants. La question, c’est que les joueurs devant le filet devraient être capables de finir les actions. Je demeure confiant. »

À voir en vidéo