Trois matchs pour se mettre en ordre

Corey Perry et les siens essaieront d’avoir un meilleur départ que celui de jeudi contre les Leafs, samedi soir.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Corey Perry et les siens essaieront d’avoir un meilleur départ que celui de jeudi contre les Leafs, samedi soir.

Le Canadien semblait sorti de son passage à vide grâce à trois victoires spectaculaires, mais il a ensuite frappé un mur en milieu de semaine, et tout semble être à refaire.

La formation montréalaise avait joué avec énergie et caractère malgré l’absence de six joueurs réguliers pour combler des déficits lors de chacune de ses trois victoires consécutives vendredi, samedi et lundi dernier. Le mauvais visage du Tricolore a cependant refait surface mercredi et jeudi, lors de revers cinglants contre les Sénateurs d’Ottawa et les Maple Leafs de Toronto.

Le Canadien n’a plus que trois rencontres pour tout mettre en ordre avant le début des séries éliminatoires. Il affrontera de nouveau les Maple Leafs au Scotiabank Arena samedi soir.

« Vous allez rarement avoir une partie de votre jeu qui va bien et une autre qui est mauvaise », a souligné l’entraîneur-chef par intérim du Canadien, Dominique Ducharme, après la défaite de 5-2 face aux Maple Leafs jeudi soir. «D’habitude, ça va ensemble. C’est un casse-tête, une pièce vient après l’autre.»

« De notre zone, à la zone neutre, à la zone offensive, il y a des choses que nous voulons mieux faire, c’est certain. Dans les matchs où nous sommes solides, ç’a eu un impact des deux côtés », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, la fatigue mentale due au calendrier condensé semble continuer de plomber le Canadien.

La troupe de Ducharme a accordé le premier but lors de ses six dernières sorties. Des erreurs de couverture en zone défensive et un manque de cohésion dans le jeu de transition ont aussi refait surface.

« Nous jouons un match après l’autre et nous le ressentons, a admis l’attaquant Tomas Tatar. Ce n’est pas une excuse. Nous en parlons. Nous devons apporter des modifications et être plus préparés. Ça n’aide pas non plus d’être rapidement en retard au pointage. »

Le gardien Jake Allen, qui est venu en relève à Cayden Primeau après la première période face aux Maple Leafs jeudi, a aussi rappelé que le Canadien ne pouvait continuer de connaître des creux de vague.

« Toutes les équipes vont connaître une mauvaise période ici et là, mais ils [les Maple Leafs] vont vous le faire payer, a-t-il dit. Nous devons sortir nos têtes de nos derrières et être prêts à jouer. »

Allen, qui a 29 matchs d’expérience en séries éliminatoires, avait noté après les trois victoires consécutives qu’il était très important pour une équipe de peaufiner son jeu et d’avoir le vent dans les voiles pour le début du tournoi printanier.

Il reste un match au Canadien face aux Maple Leafs, puis deux duels contre les Oilers d’Edmonton au Centre Bell, lundi et mercredi prochains, avant la conclusion de son calendrier régulier.

Le Tricolore affrontera l’une de ces deux équipes lors du premier tour des séries, à moins d’une fin en queue de poisson due à une remontée spectaculaire des Flames de Calgary ou des Canucks de Vancouver au classement.

Le Canadien aura donc également l’occasion de passer un message à son rival potentiel en début de séries. Pour y parvenir, il devra d’abord retrouver son bon visage, et réussir son casse-tête.

« Nous devons faire preuve de constance dans toutes les phases du jeu et dans les trois zones au cours des trois prochains matchs pour nous donner un élan, a dit Allen. Lors des deux derniers matchs, nous avons été instables dans les trois zones. »

« J’ai déjà été du bon et du mauvais côté du “momentum”, mais quand vous êtes sur une lancée à l’entrée en séries, ça vous donne une petite poussée de plus. Il faut donc peaufiner notre jeu et ce qui arrivera après ça arrivera », a-t-il ajouté.

Le CH sans Danault face aux Leafs 

Le Canadien a publié une mise à jour au sujet de ses éclopés en fin de journée vendredi. L’équipe a notamment confirmé que Phillip Danault ne sera pas du match de samedi contre les Maple Leafs en raison d’une blessure au haut du corps qu’il aurait aggravée en première période jeudi.

Danault devait rentrer à Montréal avant ses coéquipiers et son état de santé sera réévalué de manière quotidienne.

« S’il ne joue pas [samedi], ce sera un gros trou dans la formation », avait reconnu plus tôt Nick Suzuki, qui a été le seul membre du Canadien disponible en visioconférence vendredi. « Il amène beaucoup d’énergie, il est excellent en désavantage numérique et à cinq contre cinq. Il fait bien tout ce qui est demandé de lui. »

Suzuki ne s’est pas dit découragé par la perte d’un autre élément clé de l’équipe, même si Danault est allé rejoindre à l’infirmerie les attaquants Brendan Gallagher (pouce) et Paul Byron (bas du corps), le défenseur Shea Weber (haut du corps) et le gardien Carey Price (commotion cérébrale). C’est sans oublier l’attaquant Jonathan Drouin, qui a obtenu un congé pour des raisons personnelles.

« Ça donne l’occasion à d’autres joueurs d’obtenir plus de temps de glace, a souligné Suzuki. Ça leur donne une occasion de remplir des rôles plus importants et de démontrer au personnel ce qu’ils peuvent faire. Nous avons beaucoup de profondeur et nous avons confiance en tout le monde. »

Lors de la mise à jour médicale envoyée par le Canadien vendredi soir, l’équipe a indiqué que l’état de santé de Byron et de Weber était réévalué chaque jour. Elle a ajouté que l’échéancier de six semaines annoncé le 7 avril dans le cas de Gallagher était toujours réaliste, mais qu’aucun échéancier n’était en place pour Price. Le suivi auprès de Price se fait également sur une base quotidienne.

À voir en vidéo