Pas de prêt sans intérêts d’Ottawa en vue pour la LCF

Bien qu’elle n’ait pas joué en 2020, la LCF aurait reçu plus de 10 millions en subventions salariales d’Ottawa entre mars et décembre 2020. Ce montant aurait été de plus 15 millions si la ligue avait joué une saison écourtée.
Ryan Remiorz La Presse canadienne Bien qu’elle n’ait pas joué en 2020, la LCF aurait reçu plus de 10 millions en subventions salariales d’Ottawa entre mars et décembre 2020. Ce montant aurait été de plus 15 millions si la ligue avait joué une saison écourtée.

Ottawa a de nouveau décidé de ne pas octroyer de prêt sans intérêts à la Ligue canadienne de football (LCF), selon ce que La Presse canadienne a appris.

Le gouvernement fédéral et la LCF poursuivaient un dialogue informel depuis août dernier, lorsque la ligue avait laissé définitivement tomber ses plans d’une saison 2020 écourtée. Cette décision avait été prise après que le circuit Ambrosie a été incapable d’obtenir un prêt sans intérêts de 30 millions du gouvernement Trudeau pour affronter les répercussions de la pandémie.

Bien qu’elle n’ait pas joué en 2020, la LCF aurait tout de même reçu plus de 10 millions en subventions salariales d’Ottawa entre mars et décembre 2020, selon une source au fait du dossier. Ce montant aurait été de plus de 15 millions si la ligue avait joué une saison écourtée.

Il n’a pas été possible de savoir si la ligue a reçu de l’aide financière jusqu’ici, en 2021.

Subventions

Peu après l’annulation de la saison 2020, l’Association des joueurs de la LCF (AJLCF) avait indiqué à ses membres que ceux qui étaient sous contrat allaient être en mesure de recevoir une aide salariale de juillet à décembre 2020. Le syndicat avait indiqué que cette aide pourrait être prolongée si la subvention salariale d’urgence du Canada l’était — elle l’a été jusqu’en juin 2021.

L’an dernier, la LCF s’est adressée plusieurs fois au gouvernement fédéral pour demander une aide financière, essentielle, selon elle, à la tenue d’une saison écourtée. Le commissaire Randy Ambrosie a maintenu que la ligue avait perdu quelque 20 millions en 2019. Le fait de ne pas avoir joué en 2020 aurait coûté de 60 à 80 millions de dollars à la LCF, selon cette même source.

Et maintenant ?

En novembre dernier, la LCF a dévoilé un calendrier complet de 18 rencontres pour ses neuf formations. La saison devait se mettre en branle le 10 juin. Or, les protocoles sanitaires du circuit pour un retour au jeu sont toujours à l’étude devant les différentes autorités de santé publique provinciales. Avec les programmes de vaccination qui n’ont pas trouvé leur vitesse de croisière, une annulation de la saison 2021 semble donc fort probable.

Le retour au jeu n’est toutefois pas le seul enjeu pour la ligue : la LCF doit jouer devant des spectateurs, puisque ses revenus sont basés en grande partie sur ses recettes aux guichets. Reporter le début de la saison permettrait à plus de Canadiens de recevoir le vaccin contre la COVID-19 et potentiellement leur permettrait d’assister aux matchs de la ligue en plus grand nombre.

Air Canada

Plus tôt cette semaine, Ottawa s’est entendu avec Air Canada, malmenée pendant la pandémie, sur une aide financière. La compagnie s’est également engagée à rembourser les clients qui ont vu leur vol annulé l’an dernier.

Le fédéral donnera jusqu’à 5,9 milliards à Air Canada par le truchement du Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE). Le gouvernement octroiera des prêts à faibles taux d’intérêt pour près de 5,4 milliards et achètera pour près de 500 millions de dollars d’actions de l’entreprise.

Air Canada a aussi accepté de rétablir des vols sur presque toutes les routes régionales suspendues, de plafonner les primes de ses hauts dirigeants à un million annuellement, et de suspendre le rachat d’actions ainsi que le versement de dividendes à ses actionnaires pour toute la durée des prêts.

 

À voir en vidéo