Auger-Aliassime et Andreescu passent au troisième tour de l’Omnium de Miami

Félix Auger-Aliassime, qui avait profité d’un laissez-passer au premier tour, a remporté 81% de ses points au premier service contre seulement 59% pour Pierre-Hugues Herbert. On voit ici le Québécois le 18 mars, lors d'un match à Acapulco, au Mexique, contre Stefanos Tsitsipas.
Photo: Rebecca Blackwell Associated Press Félix Auger-Aliassime, qui avait profité d’un laissez-passer au premier tour, a remporté 81% de ses points au premier service contre seulement 59% pour Pierre-Hugues Herbert. On voit ici le Québécois le 18 mars, lors d'un match à Acapulco, au Mexique, contre Stefanos Tsitsipas.

Le Québécois Félix Auger-Aliassime et l’Ontarienne Bianca Andreescu ont tous les deux accédé au troisième tour de l’Omnium de Miami.

Onzième tête de série du tournoi, Auger-Aliassime a battu le Français Pierre-Hugues Herbert en deux manches de 6-4, 6-4, vendredi.

Un peu plus tard dans la journée, Andreescu, huitième tête de série chez les dames, a eu raison de la Tchèque Tereza Martincova 7-6 (5), 6-2.

Auger-Aliassime, qui avait profité d’un laissez-passer au premier tour, a remporté 81 % de ses points au premier service contre seulement 59 % pour Herbert.

Le Québécois avait atteint les demi-finales de l’Omnium de Miami en 2019, la dernière fois qu’il s’était tenu.

« J’ai un bon sentiment à ce tournoi, donc ça aide toujours, a-t-il déclaré. J’ai trouvé que c’était un premier match complexe. D’être prêt pour le meilleur ou le pire m’a vraiment préparé mentalement. »

Herbert, 74e joueur au monde, s’est rendu en finale du tournoi de Marseille, plus tôt en mars. Auger-Aliassime a gagné deux de ses trois duels en carrière contre le Français.

Félix Auger-Aliassime affrontera maintenant le gagnant du match opposant l’Américain Mackenzie McDonald à son compatriote John Isner (no 18 mondial). Isner a battu le Québécois en demi-finales à Miami en 2019.

Début difficile pour Andreescu

Bianca Andreescu a pour sa part effacé deux balles de bris à la première manche et elle a surmonté 21 fautes directes, comparativement à 10 pour Martincova.

Après avoir éprouvé des difficultés à gagner son service en début de deuxième manche, Andreescu s’est mise en marche en brisant son adversaire pour se donner une avance de 2-0. Elle n’a plus regardé derrière par la suite.

L’Ontarienne se mesurera à Amanda Anisimova (no 28 mondiale), qui a vaincu l’Américaine Sloane Stephens 6-3, 6-3.

Andreescu avait également bénéficié d’un laissez-passer au premier tour. En février, elle revenue d’une pause de 16 mois en raison d’une blessure au genou, s’inclinant au deuxième tour des Internationaux d’Australie.

Andreescu tente de retrouver la forme après avoir connu une éclosion en 2019, quand elle a remporté trois tournois, dont les Internationaux des États-Unis.

Osaka s’illustre

Naomi Osaka a, quant à elle, gagné un 22e match de suite, défaisant Ajla Tomljanovic en deux manches de 7-6 (3), 6-4 au deuxième tour.

La Japonaise, qui n’a pas perdu en plus d’un an, a réussi 13 as. Pendant cette séquence, elle a notamment obtenu un quatrième titre en Grand Chelem lorsqu’elle a triomphé à Melbourne.

Osaka n’a besoin que d’une autre victoire pour connaître son meilleur parcours en cinq apparitions à Miami, où elle a souvent été éliminée rapidement.

Les têtes de série féminines ont poursuivi leurs succès à ce tournoi, vendredi. Karolina Pliskova (no 6), Kiki Bertens (no 10), Garbi Ine Muguruza (no 12) et Elise Mertens (no 16) ont remporté leurs duels respectifs en deux manches.

Du côté masculin, Alexander Zverev (no 3) a commis trois doubles fautes sur balle de bris et il a finalement perdu 1-6, 6-3, 6-1 contre Emil Ruusuvuori. Zverev revenait d’un titre à Acapulco, la semaine dernière.

Le favori à Miami, Daniil Medvedev, a eu plus de succès. Il n’a même pas eu besoin d’une heure pour se débarrasser de Yen-hsun Lu en deux manches de 6-2, 6-2.

Trois autres têtes de série masculines ont fait leurs valises, soit David Goffin (no 8), Grigor Dimitrov (no 9) et Reilly Opelka (no 30).

À voir en vidéo: