Les Alouettes rapatrient le Québécois David Foucault

Les Alouettes de Montréal ont confirmé l'embauche de David Foucault lundi.
Photo: Facebook David Foucault Les Alouettes de Montréal ont confirmé l'embauche de David Foucault lundi.

Après des négociations amorcées l’an dernier, les Alouettes de Montréal ont finalement rapatrié le joueur de ligne offensive québécois David Foucault.

L’ex-choix de premier tour des Alouettes, le cinquième au total, en 2014 était sans contrat depuis la fin de la saison 2019, sa troisième avec les Lions de la Colombie-Britannique. La formation montréalaise a confirmé son embauche lundi, en plus du joueur de ligne défensive Brock Gowanlock, du receveur Vincent Alessandrini, ainsi que du demi Colton Klassen.

« Ça fait un an que je suis en négociations : je n’ai pas signé de contrat en 2020, a indiqué Foucault en visioconférence. J’avais des négociations avec plusieurs équipes, dont Montréal, comme il n’y a pas eu de saison, ça s’est poursuivi. »

« En décembre, Montréal était toujours dans le coup. J’aurais bien aimé retourner à [Vancouver] aussi, mais je voulais me rapprocher de la maison. »

Les Lions l’avaient obtenu de la formation montréalaise en 2017, au terme de négociations entre Foucault et l’ex-directeur général, Kavis Read, qu’on devine houleuses.

« Après mon séjour avec les Panthers [de la Caroline de la NFL], je voulais revenir à Montréal. C’était mon option numéro un. Les négociations n’ont pas été en ma faveur : [les Alouettes] m’offraient un salaire qui ne répondait pas à mes attentes, car je savais ce que je pouvais apporter. Le d.g. voulait avoir un autre joueur et il a tourné la page assez vite : ça s’est fait en une journée. Il est allé chercher Jovan Olafioye », que Read a libéré un peu plus d’un plus tard.

« Ça avait été une décision difficile à prendre pour moi, surtout en me retrouvant avec l’équipe la plus loin de Montréal. C’est très agréable pour moi que d’être de retour ici. »

Le footballeur de LaSalle rejoint du même coup le directeur général Danny Maciocia, qui l’a dirigé avec les Carabins de l’Université de Montréal.

Le colosse de six pieds huit, 319 livres, a joué cinq rencontres avec les Panthers de la Caroline en 2014. Il a continué de se développer avec l’équipe d’entraînement des Panthers, qui ont pris part, en 2016, au Super Bowl contre les Broncos de Denver.

D’abord repêché comme bloqueur, c’est à la position de garde qu’il a le plus souvent évolué à Vancouver et il se considère maintenant davantage comme tel. « Même si ma polyvalence a fait en sorte que j’ai pu jouer comme bloqueur quand les besoins se trouvaient à cette position avec les Lions », a-t-il noté.

En 2019, son travail au sein de la ligne à l’attaque des Lions a aidé le porteur de ballon John White à amasser 1004 verges au sol, bon pour le quatrième rang du circuit. Son travail a aussi permis au receveur Bryan Burnham de totaliser 1492 verges par la voie des airs (deuxième dans la LCF) en plus d’obtenir 11 majeurs, aussi au deuxième rang dans la ligue.

L’équipe qu’il a quittée il y a quatre ans est bien différente que celle qu’il retrouvera en 2021. Il salive déjà à l’idée de défendre le quart Vernon Adams fils ou d’ouvrir le chemin pour le demi William Stanback.

« C’est plus motivant de jouer pour de jouer devant des athlètes comme ça », a admis Foucault, qui souhaiterait maintenant avoir l’heure juste quant à la suite des choses dans la LCF.

« C’est encore un peu vague, c’est encore un peu difficile à comprendre tout ce qui se passe. L’an dernier, on s’est fait dire jusqu’à la dernière minute qu’il y aurait une saison, mais nous n’avions pas beaucoup de nouvelles. Celles qu’on recevait n’étaient pas bonnes. »

« J’aimerais ça avoir plus de nouvelles de ce côté, si nous aurons une saison ou pas. C’est beau en ce moment : plusieurs joueurs signent des contrats. […] Il faut que la ligue nous donne plus de nouvelles [sur la tenue ou non de la saison]. »

À voir en vidéo