Armia absent et Byron incertain pour le dernier match à Vancouver

Joel Armia célébrant un but.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Joel Armia célébrant un but.

Joel Armia ratera le dernier match du voyage de début de saison du Canadien de Montréal, samedi face aux Canucks de Vancouver, tandis que Paul Byron représente un cas incertain.

Les deux attaquants n’ont pas participé à l’entraînement du Tricolore vendredi.

Armia et Byron sont tombés au combat jeudi, dans une victoire de 7-3. Le Canadien (3-0-2) et les Canucks (2-4-0) ont rendez-vous pour une troisième fois en quatre jours samedi.

L’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, a indiqué après la rencontre de jeudi qu’Armia a subi une commotion cérébrale quand il a encaissé une mise en échec du défenseur des Canucks Tyler Myers tard en troisième période.

De son côté, Byron a subi une blessure à un pied en troisième période quand il a été atteint par un tir de son coéquipier Shea Weber.

La LNH n’a pas suspendu Myers pour son geste à l’endroit d’Armia. Les arbitres avaient imposé une punition de match à Myers à la suite de l’incident.

Le département de la sécurité des joueurs a jugé que le point de contact principal était la poitrine d’Armia, et non sa tête. Dans la vidéo explicative, on conclut qu’il s’agissait d’une mise en échec légale avec un résultat malheureux.

« C’est quelque chose qui est hors de notre contrôle. Nous nous préparons pour demain [samedi]. La ligue est responsable de prendre ces décisions-là. Nous, nous allons de l’avant », s’est contenté de dire Julien.

L’attaquant Tomas Tatar a fait preuve d’un peu plus de scepticisme concernant la valeur de la décision du département de la sécurité des joueurs de la LNH.

« Je ne crois pas que Joel a vu [Myers] venir et il y avait un contact évident avec sa tête, a dit Tatar. J’imagine que la ligue a pris la bonne décision, mais j’espère que Joel pourra vite revenir au jeu. »

Puisque la ligue n’a pas sévi à l’endroit de Myers, le défenseur format géant sera en uniforme samedi. Le Canadien affrontera aussi les Canucks les 1er et 2 février prochains.

Le sujet des rivalités possibles en vertu du calendrier intra-section a souvent été abordé au cours des camps avant le début de la saison. Il ne serait pas surprenant de voir quelques débordements au cours des prochains matchs entre le Canadien et les Canucks.

« Quand vous affrontez la même équipe deux ou trois fois de suite, la tension va monter, a reconnu Julien. Ce n’est pas la première ou la dernière fois que ce genre de choses se produisent. Chaque équipe gère ces situations à sa façon.

« Nous voulons gagner le match. La ligue a pris sa décision et c’est hors de notre contrôle. Ce que nous contrôlons, c’est la manière dont nous allons jouer demain. C’est là-dessus que nous nous concentrons. »

Lors de l’entraînement, vendredi, Corey Perry a pris la place d’Armia à la droite de Tyler Toffoli et Jesperi Kotkaniemi. Michael Frolik complétait le quatrième trio en compagnie de Jake Evans et Artturi Lehkonen.

Perry et Frolik font partie du groupe de réserve du Canadien, qui accompagne l’équipe dans ses déplacements sans toutefois faire partie de la formation officielle. Ils devront être rappelés dans la formation avant 17 h samedi pour pouvoir jouer.

Julien n’a pas fermé la porte non plus à l’idée de compter sur sept défenseurs. Victor Mete fait déjà partie de la formation active du Canadien. Tout pourrait également dépendre de la situation de l’équipe par rapport au plafond salarial.

Perry et Frolik ont été embauchés peu de temps avant l’ouverture du camp le 3 janvier afin d’ajouter de la profondeur au groupe.

Perry, qui est âgé de 35 ans, a remporté la Coupe Stanley en 2007 avec les Ducks d’Anaheim et a aidé les Stars de Dallas à atteindre la finale l’automne dernier. Frolik a gagné la Coupe Stanley en 2013 avec les Blackhawks de Chicago.

« Ils savaient dans quoi ils s’embarquaient et ils ont une attitude irréprochable, a dit Julien. Ils sont des exemples exceptionnels grâce à leur professionnalisme et leur éthique de travail. Ils arrivent à la patinoire chaque jour avec le sourire.

« Ils savent que leur tour viendra éventuellement et qu’ils devront être prêts à nous aider. »

Après le match de samedi, le Canadien rentrera à Montréal en prévision de son ouverture locale, jeudi prochain face aux Flames de Calgary.