Serena Williams atteint le carré d’as à New York

Williams, qui célébrera son 39<sup>e</sup> anniversaire de naissance dans moins de trois semaines, a gagné six fois le titre de l’Omnium des États-Unis et a été finaliste à quatre reprises, dont en 2018 et 2019.
Photo: Seth Wenig Associated Press Williams, qui célébrera son 39e anniversaire de naissance dans moins de trois semaines, a gagné six fois le titre de l’Omnium des États-Unis et a été finaliste à quatre reprises, dont en 2018 et 2019.

L’Américaine Serena Williams a gagné deux points spectaculaires qui auraient fait sauter le toit du stade Arthur-Ashe lors d’une année normale et elle a réussi à renverser la vapeur pour vaincre la Bulgare Tsvetana Pironkova lors des quarts de finale des Internationaux des États-Unis mercredi.

Williams s’est vite retrouvée en retard par une manche et un bris après 45 minutes de jeu. Elle a toutefois puisé dans ses ressources — et profité de 20 as, son plus haut total en huit ans — pour s’imposer 4-6, 6-3, 6-2 et atteindre le carré d’as à Flushing Meadows lors d’une 11e participation d’affilée.

« Je n’abandonne jamais, a dit Williams. Je veux toujours continuer à travailler. »

Deux autres victoires lui permettraient d’égaler un record avec un 24e titre du Grand Chelem en simple en carrière. Elle voudra toutefois éviter de connaître d’autres débuts de rencontre difficiles.

« Pour une raison quelconque, j’étais un peu fatiguée en début de match, a reconnu Williams. Je dois éviter ça si je veux gagner. Je vais devoir me pencher sur ce problème. »

Pironkova aurait causé une surprise énorme si elle avait vaincu Williams. Non seulement la Bulgare âgée de 32 ans ne fait pas partie des têtes de série à Flushing Meadows, son nom n’apparaît même pas au classement de la WTA alors qu’elle participe à un premier tournoi en trois ans après un long congé de maternité.

« C’est incroyable, a dit Williams au sujet du retour au jeu spectaculaire de Pironkova. Je ne crois pas que j’aurais pu réussir la même chose. »

Williams, qui célébrera son 39e anniversaire de naissance dans moins de trois semaines, a gagné six fois le titre de l’Omnium des États-Unis et a été finaliste à quatre reprises, dont en 2018 et 2019.

Le dernier revers de Williams à New York avant les demi-finales remonte à 2007, quand la Belge Justine Henin l’avait vaincue lors des quarts de finale.

Jeudi, Williams affrontera la Biélorusse Victoria Azarenka, victorieuse 6-1 et 6-0 devant la Belge et 16e tête de série Elise Mertens.

Williams avait aussi dû venir de l’arrière au quatrième tour face à la Grecque et 15e tête de série Maria Sakkari. Mercredi, le premier point tournant a été un échange de 24 coups, qui donnait un bris de service à Williams et un avantage de 5-3 dans le deuxième set.

L’autre a eu lieu lors du premier jeu de la manche ultime et a commencé avec un retour de la main gauche de la part de Williams. Après 15 autres coups, Pironkova a envoyé une volée dans le filet. Williams a ainsi obtenu une troisième balle de bris dans le jeu et elle a en profité pour prendre les devants 1-0.

« Elle a joué comme la championne qu’elle est », a dit Pironkova.

Williams a ensuite creusé l’écart, alors que ses coups ont été plus précis qu’en début de match. Son service a été particulièrement dévastateur.

À l’inverse, Pironkova a commencé à manquer de carburant lors des longs points qui tournaient pourtant à son avantage en début de rencontre. « J’ai tout tenté », a insisté Pironkova.

Après avoir commis seulement cinq fautes directes lors de la première manche, Pironkova en a commis 21 lors des deux manches suivantes.

De son côté, Williams a commis 11 fautes directes en première manche et seulement 13 pendant le reste du match.

« J’étais en contrôle du match en première manche. Je réussis tous mes coups, tout tournait en ma faveur, a noté Pironkova. Mais je me doutais que ça n’allait pas durer éternellement. »