Les centres du Canadien prennent du galon

Jesperi Kotkaniemi marquant un but durant le premier match contre les Penguins, samedi
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Jesperi Kotkaniemi marquant un but durant le premier match contre les Penguins, samedi

La ligne de centres du Canadien devait être l’une de ses faiblesses face aux Penguins de Pittsburgh, mais la formation montréalaise se retrouve à une victoire de causer la surprise en partie grâce au jeu de ses quatre centres.

Le Canadien aura l’occasion d’éliminer les Penguins et d’accéder aux quarts de finale de l’Association de l’Est dès vendredi, lors de la présentation du quatrième match, à 16 h.

Après trois rencontres, les centres des deux équipes ont récolté chacun six points. Sidney Crosby a récolté deux buts et une aide, tandis qu’Evgeni Malkin a été limité à une seule aide. « Nous répondons bien. “KK” [Jesperi Kotkaniemi], “Suze” [Nick Suzuki] ou “Dome” [Max Domi], ce sont de jeunes centres. Mais nous montrons du caractère. Nous ne nous laissons pas marcher sur les pieds, a affirmé le centre Phillip Danault. Nous respectons [les Penguins], mais nous jouons notre match. Nous sommes ici pour gagner et rien d’autre. »

Kotkaniemi est le seul attaquant du Tricolore à avoir touché la cible à plus d’une reprise lors des trois premiers matchs. Suzuki a récolté un but et une aide, tandis que Danault a deux aides à sa fiche. Domi s’est aussi fait remarquer à quelques reprises, notamment par ses coups parfois sournois à l’endroit de Crosby.

La ligne de centres du Tricolore a souvent été pointée du doigt au cours des dernières décennies au moment d’expliquer les déboires de l’équipe. L’avenir semble toutefois prometteur, les quatre centres dans la formation étant âgés de 27 ans et moins. Et c’est sans oublier Ryan Poehling et Jake Evans, qui ont des potentiels intéressants. « Nous avons repêché ou fait l’acquisition de joueurs comme Kotkaniemi, Suzuki et Domi parce que nous ressentions le besoin de nous améliorer au centre, a noté l’entraîneur-chef, Claude Julien. C’est un bon début. L’équipe est encore jeune et nous croyons qu’elle peut continuer à s’améliorer. »

Quand il était questionné sur l’inexpérience de ses centres, Julien avait déclaré avant le début des séries qu’il devait composer avec les éléments qu’il a sous la main. Ce qui devait être un désavantage n’en est finalement pas un, grâce notamment à la qualité du jeu de Kotkaniemi et de Suzuki, tous deux âgés de 20 ans. Et quand Julien a décidé de remanier ses trios après la première période mercredi soir, il a eu la main heureuse — ces changements ont provoqué un électrochoc chez ses joueurs. Suzuki s’est retrouvé au centre de Tomas Tatar et de Brendan Gallagher, Kotkaniemi a joué avec Jonathan Drouin et Joel Armia, tandis que Danault a hérité de responsabilités un peu plus défensives en compagnie d’Artturi Lehkonen et Paul Byron. « Des fois, ces changements-là sont la clé, a noté Danault. Claude y est allé d’une grosse manœuvre et ç’a porté ses fruits. Je jouais du hockey plus simple avec “Lehky” et “Pauly”. Ç’a été bénéfique. »

Danault et Suzuki sont les deux attaquants le plus souvent employés par Julien depuis le début de la série, avec une utilisation moyenne de 20 min 38 s Suzuki affiche un différentiel de +1, tandis que Danault est à zéro malgré sa mission de jouer contre les meilleurs éléments adverses. « Il prend toujours les mises en jeu importantes et a souvent gain de cause. Il est un rouage très important au sein de l’équipe, a déclaré le défenseur Ben Chiarot au sujet de Danault. Nous avons besoin de le voir connaître du succès. »

Le Canadien a également réussi à museler l’attaque des Penguins en troisième période du troisième match après avoir pris les devants 4-3 plus tôt dans l’engagement. Il devra le faire une dernière fois avant de pouvoir crier victoire. « Nous ne nous sentons pas différents qu’après notre première victoire. Nous avons gagné en confiance, mais vous devez garder les pieds sur terre en séries, a rappelé Chiarot. Il nous faut trois victoires. Le travail n’est pas terminé et le groupe demeure très concentré. »

Par ailleurs, Julien n’avait pas de détails à offrir sur l’état de santé d’Evans, qui a quitté la partie de mercredi en deuxième période après avoir encaissé une dure mise en échec de Brandon Tanev. Julien a toutefois admis qu’Evans représentait un cas incertain pour le quatrième match.

À voir en vidéo