Le Canadien comble un retard de deux buts et gagne 4-3

Jeff Petry a inscrit le but vainqueur tôt en troisième période.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Jeff Petry a inscrit le but vainqueur tôt en troisième période.

Mis au défi par leur entraîneur au cours des derniers jours, les joueurs du Canadien ont répondu présent.

La formation montréalaise a joué son match le plus complet des séries jusqu’ici et elle a comblé un déficit de deux buts avant de vaincre les Penguins de Pittsburgh 4-3, mercredi, lors du troisième match de leur série de qualification.

Jeff Petry a inscrit le but vainqueur tôt en troisième période pour le Tricolore, qui mène la série au meilleur de cinq rencontres 2-1.

Claude Julien avait affirmé après la défaite de lundi qu’il y avait eu trop de passagers et qu’il souhaitait voir ses joueurs jouer avec plus de détermination et de volonté. C’est ce qu’ils ont fait mercredi.

« Les joueurs ont bien répondu. Quand vous perdez 3-1, que vous revenez dans le match et que vous le gagnez, c’est bon signe, a souligné Julien. On répète que Pittsburgh a une excellente équipe avec beaucoup d’expérience. Il faut aussi donner crédit à nos joueurs quand c’est le temps et ce soir, ils ont démontré beaucoup de caractère. »

Shea Weber a récolté un but et deux aides, Paul Byron a amassé un but et une aide, tandis que Jonathan Drouin a aussi fait bouger les cordages pour le Canadien. Ben Chiarot a été crédité de deux aides. Carey Price a connu un autre fort match, réalisant 30 arrêts.

Patric Hornqvist, Jason Zucker et Teddy Blueger ont touché la cible pour les Penguins, qui ont gaspillé une avance de 3-1. Matt Murray a effectué 27 arrêts.

Julien a brassé un peu la soupe au retour du premier entracte, plaçant Nick Suzuki avec Brendan Gallagher et Tomas Tatar, Jesperi Kotkaniemi avec Drouin et Joel Armia, et Phillip Danault avec Byron et Artturi Lehkonen. Ces changements se sont avérés payants.

« J’y avais déjà pensé. Je me disais que si nous ne venions pas à bout de créer assez d’attaque, ces petits changements pourraient être bons, a indiqué Julien. Les joueurs ont bien répondu et nous avons trouvé le moyen de gagner. »

Jake Evans a été inséré dans la formation du Tricolore à la place de Jordan Weal. Evans a toutefois vu sa soirée prendre fin à mi-chemin en deuxième période, après avoir encaissé une dure mise en échec de Brandon Tanev. Julien n’a pas été en mesure de fournir de mise à jour de l’état de santé d’Evans.

Du côté des Penguins, l’attaquant Sam Lafferty a remplacé Jared McCann.

Le match no 4 sera présenté vendredi, à 16 h. Les Penguins feront face à l’élimination.

« Quand vous traversez des moments difficiles en groupe, c’est comme ça que vous devenez encore meilleurs. Nous avons un défi à relever devant nous », a déclaré l’entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan.

Le caractère du Canadien

Le Canadien a connu un bon départ et en a profité pour inscrire le premier but après 4:57 de jeu. Lehkonen et Byron ont uni leurs efforts en début de séquence, puis Weber a pu s’y prendre à trois reprises pour venir à bout de la vigilance de Murray.

Comme lors du deuxième match, les punitions ont coupé les ailes du Canadien. Et si les Penguins n’avaient profité de leurs occasions en avantage numérique lundi, ils ont fait preuve de plus d’opportunisme cette fois-ci en étant 2-en-2 dans la période.

Hornqvist a créé l’égalité à 8:40, à la suite d’une passe spectaculaire d’Evgeni Malkin, qui récoltait ainsi un premier point dans la série. Seulement 59 secondes plus tard, Zucker a déjoué Price grâce à un tir sur réception précis.

Les Penguins ont augmenté leur avantage à 5:35 en deuxième période. Tanev a battu de vitesse Victor Mete pour récupérer une rondelle libre. Price a ensuite réussi l’arrêt aux dépens de Zach Aston-Reese, mais Blueger a marqué sur le retour.

Price a permis au Canadien de rester dans le match avec quelques coups fumants dans les minutes suivantes. Il a frustré Zucker à bout portant avec sa jambière gauche, puis a réalisé deux arrêts devant Jake Guentzel, qui avait échappé à la couverture défensive du Tricolore.

Drouin a relancé le Canadien à 10:13. Il a battu Murray en déviant une passe de Chiarot dans l’ouverture. Puis, Byron a ramené tout le monde à la case départ avec 4:10 à faire à l’engagement, battant Murray de vitesse en contournant le filet après avoir récupéré un retour.

Petry a ensuite offert une avance de 4-3 au Tricolore après 5:33 de jeu en troisième période, déjouant Murray à l’aide d’un tir haut d’un angle restreint.

Price s’est chargé du reste, aidant même ses coéquipiers à écouler avec succès une punition à Byron en fin de rencontre.

Échos de vestiaire

Jeff Petry a visé juste sur son but vainqueur :

« Nous bougions bien la rondelle et j’ai foncé au centre. Je n’ai pas reçu la rondelle et je me suis retrouvé un peu perdu sur le côté. Quand j’ai reçu la rondelle, j’ai regardé si nous avions quelqu’un à l’embouchure du filet. J’ai aperçu une ouverture par-dessus son épaule (à Murray). En séries, il n’y a pas de mauvais tirs. J’ai donc tenté ma chance et la rondelle est rentrée. »

Brendan Gallagher a joué malgré ce qui semble être une blessure à une cheville ou un pied :

« Ce sont les séries de la Coupe Stanley et vous voulez jouer chaque fois que vous en avez la chance. Je veux aider l’équipe, je ne veux pas lui nuire. J’espère avoir contribué ce soir. Je pense que c’est la même chose pour tous ceux qui portent ce chandail. »

Paul Byron croit que les changements apportés aux trios ont créé une étincelle :

« Les changements de lignes ont été énormes pour le groupe. Ça nous a donné beaucoup d’énergie. Tout le monde a aussi travaillé fort en l’absence d’un joueur (Evans). »