L’Impact reste positif

Rod Fanni et la défense de l’Impact ont accordé quatre buts la semaine dernière au Toronto FC.
Photo: John Raoux Associated Press Rod Fanni et la défense de l’Impact ont accordé quatre buts la semaine dernière au Toronto FC.

Comme il ne leur est pas possible d’effacer les moments d’inertie et les bévues qui ont parsemé leurs deux premières sorties, les joueurs de l’Impact de Montréal n’ont plus qu’une idée en tête : bâtir sur des assises positives à partir de leur performance de jeudi contre le Toronto FC, en vue de leur dernier match de la phase préliminaire du tournoi de relance de la MLS.

Ce positivisme était d’ailleurs perceptible dans les propos de l’entraîneur-chef, Thierry Henry, et du milieu de terrain Samuel Piette lors de vidéoconférences tenues dimanche après-midi, à un peu plus de 48 heures du duel entre l’Impact et le D.C. United.

Ce match sera présenté mardi soir à 22h30.

Après une prestation décevante contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre lors de son premier match, menant à une défaite de 1-0, la formation montréalaise a beaucoup mieux paru contre le Toronto FC. Pourtant, elle a subi un autre revers par la plus mince des marges, 4-3, laissant l’Impact au quatrième et dernier rang dans le groupe C, et à la recherche d’un premier point au classement.

« Je dis bien souvent : “t’es où tu dois être” », a déclaré Henry, lorsqu’il s’est fait demander si son équipe méritait pleinement sa position actuelle au classement.

Ce qui semble certain aux yeux de Henry, c’est que l’Impact a offert une prestation de qualité contre ses grands rivaux canadiens.

« Pour moi, le match contre New England et le match contre Toronto sont totalement différents. Contre New England, j’ai trouvé qu’on n’était pas là physiquement pour X raisons, surtout sur le plan de la combativité. Mais sur le plan de la combativité contre Toronto et ce qu’on voulait faire, on a gardé le ballon, on a dominé, Toronto n’avait pas le ballon. Maintenant, on a fait quelques erreurs qui nous ont coûté, on s’est fait prendre en contre sur deux ou trois actions », a décrit l’entraîneur-chef de l’Impact.

Si on prend les points positifs, si on prend les bons trucs qu’on a faits contre Toronto, je pense qu’on peut se donner une bonne chance dans le dernier match contre D.C.

 

Depuis le début du tournoi, l’Impact a toujours dû jouer du soccer de rattrapage et n’a pris l’avance qu’une seule fois. Aussi, il a accordé des buts à des moments où on aurait pu croire qu’il avait le vent dans les voiles.

Contre la Nouvelle-Angleterre, il a cédé alors qu’il venait de connaître ses meilleurs moments tôt en deuxième demie. Face au Toronto FC, il a accordé un but crucial qui brisait une égalité de 2-2 que venait de créer Saphir Taïder sur une pénalité à peine quelques secondes plus tôt, pendant la 37e minute de jeu.

« On a payé cash nos erreurs dans les deux premiers matchs », a reconnu Piette.

« Je pense que dans le match contre Toronto, on aurait peut-être mérité un meilleur sort, dans le sens qu’on a offert une meilleure performance. On a mis des ingrédients dans le match qui manquaient contre New England. Après, les buts qu’on concède, c’est nous qui les offrons à Toronto. Si on prend les points positifs, si on prend les bons trucs qu’on a faits contre Toronto, je pense qu’on peut se donner une bonne chance dans le dernier match contre D.C. », estime Piette.

Pour accéder à la phase éliminatoire, qui doit s’amorcer le 25 juillet, l’Impact fait face à un scénario à la fois simple et complexe.

Il est simple dans le sens que l’équipe doit absolument battre le D.C. United pour espérer poursuivre sa route. Avec une victoire, l’Impact complétera le volet préliminaire avec trois points au classement du tournoi, et trois points de plus au classement général dans l’Association Est.

Il est compliqué parce que l’Impact n’est pas entièrement maître de sa destinée. Il devra bénéficier de l’aide d’autres équipes pour passer au tour suivant au sein des quatre « meilleurs troisièmes ».

Déjà, le Sporting KC, dans le groupe D, et le FC Cincinnati, dans le groupe E, totalisent trois points. Une troisième formation pourrait s’ajouter s’il y a un gagnant lors du match du groupe B entre les Whitecaps de Vancouver et les Sounders de Seattle, présenté tard dimanche soir.

En cas d’une égalité à la fin de la phase de groupe, l’écart entre les buts marqués et les buts concédés sera le premier critère analysé pour établir les formations qui poursuivront le tournoi, suivi des buts marqués.

« Essentiellement, nous n’avons rien à perdre », a déclaré Piette au sujet du match contre le D.C. United.

« Nous voulons le gagner et nous allons tout donner, c’est certain. Nous savons qu’aucun autre résultat ne peut nous permettre de passer au tour suivant. Je vais laisser l’aspect mathématique aux entraîneurs. Mais c’est certain que nous voulons performer et gagner. »

« Il va falloir se concentrer pour gagner ce match, a noté Saphir Taïder. Ensuite, le gagner de la meilleure des façons. Si on peut gagner et enfoncer le clou, on va le faire. »