L’Impact en difficulté après un revers de 4-3

La grande vedette du match a été l'attaquant du Toronto FC Ayo Akinola (20), auteur des trois derniers buts.
Photo: John Raoux Associated Press La grande vedette du match a été l'attaquant du Toronto FC Ayo Akinola (20), auteur des trois derniers buts.

Malgré une performance nettement supérieure à celle offerte la semaine précédente contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, l’Impact de Montréal a subi un deuxième revers en autant de sorties au tournoi de relance de la MLS, s’inclinant 4-3 face à ses grands rivaux du Toronto FC jeudi soir.

La grande vedette du match a été Ayo Akinola, auteur des trois derniers buts des siens, portant son total à cinq depuis le début du tournoi. Richie Laryea a marqué l’autre filet du Toronto FC, qui disputait ce match avec un peu plus de 72 heures de repos, comparativement à une semaine complète pour la formation montréalaise, et sans la présence de Jozy Altidore, qui n’est toujours pas prêt physiquement.

« Je me sens pas mal bien d’avoir obtenu un tour du chapeau, a déclaré le héros de la soirée. Mais je sais que ce n’est pas fini. Nous avons encore un match de groupe. Alors ce match est du passé. Je commence déjà à penser au suivant. »

Chez l’Impact, Saphir Taïder a marqué deux buts, chaque fois sur des penalty, un en première demie, l’autre durant les arrêts de jeu de la deuxième demie. Romell Quioto, qui a été le joueur le plus visible de l’Impact, a réussi l’autre filet du clan montréalais, à la 14e minute.

La performance de Quioto lui a d’ailleurs valu des commentaires positifs de la part de l’entraîneur-chef Thierry Henry. Ce dernier a aussi loué le travail du milieu de terrain Emanuel Maciel, qui disputait un premier match avec l’Impact, ainsi que le niveau d’engagement de ses joueurs en général.

Les statistiques viennent d’ailleurs appuyer l’analyse de Henry. L’Impact a tenté 12 tirs au but, soit quatre de plus que le clan torontois vers Clément Diop. De plus, l’Impact a eu possession du ballon pendant presque 59 pour cent du temps.

« Au niveau de la combativité, on était largement mieux, au niveau de la possession du ballon, on était largement mieux, au niveau de se créer des occasions, on était largement mieux. Quioto a fait un match énorme, aussi Manu Maciel. »

L’Impact n’a jamais réussi à prendre l’avance dans ce match. Il a notamment concédé un but crucial à la 37e minute, le deuxième d’Akinola, quelques secondes seulement après que Taïder eut créé l’égalité à 2-2.

« Ce n’est pas évident. Ça ne m’est pas arrivé souvent dans ma vie », a déclaré Henry. On était en possession du ballon, on était en train de les faire courir comme on l’a fait toute la deuxième mi-temps, ils n’ont jamais touché au ballon, on s’est créé des occasions comme ça. Mais si tu prends un but comme si on n’était pas là, dès l’engagement, ça devient forcément, bien sûr, difficile. »

Avec cette défaite, l’impact demeure au dernier rang du classement du groupe C, toujours à la recherche d’un premier point après deux défaites par la marge d’un but.

Photo: Michael Reaves Getty Images Agence France-Presse Avant le début de la rencontre, l'entraîneur Thierry Henry, a mis un genou au sol en soutien au mouvement Black Lives Matter. 

Le Toronto FC, qui avait dû se contenter d’un décevant verdict nul contre D.C. United lundi matin, s’est hissé en tête du classement avec quatre points, un de plus que le Revolution. Le Revolution et D.C. United s’affrontent vendredi.

L’Impact complétera la phase de groupe en livrant bataille à D.C. United mardi soir prochain à 22 h 30.

Pour l’instant, l’Impact n’est pas éliminé de la phase éliminatoire mais ses deux défaites augurent plutôt mal.

« C’est très décevant de ne pas avoir obtenu de points aujourd’hui », a déclaré Samuel Piette. Je crois qu’il faut penser à long terme. Nous ne savons pas ce qui va arriver après, pour le reste de la saison, mais ces matchs comptent pour le classement de la saison. Nous ne pouvons donc pas nous permettre de perdre des points parce que nous pourrions être éliminés du tournoi. Nous allons devoir jouer chaque match comme si c’était notre dernier. »

Tout juste avant le début du match. l’Impact a annoncé que le défenseur Rudy Camacho a quitté l’équipe à Orlando et est retourné à Montréal pour y retrouver sa conjointe qui donnera bientôt naissance à un deuxième enfant.

Selon un porte-parole de l’Impact, il est déjà assuré qu’il ne sera pas de retour à Orlando pour le troisième match de l’équipe de la phase de groupe mardi prochain.