Georges St-Pierre admis au Temple de la renommée de l’UFC

Georges St-Pierre (26-2-0), qui a officiellement pris sa retraite le 21 février 2019, sera intronisé plus tard en 2020.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Georges St-Pierre (26-2-0), qui a officiellement pris sa retraite le 21 février 2019, sera intronisé plus tard en 2020.

Le Québécois Georges St-Pierre, qui a dominé la catégorie des mi-moyens avant de couronner une brillante carrière en remportant le titre des poids moyens à son dernier combat, a été admis au Temple de la renommée de l’UFC.

La nouvelle a été annoncée samedi soir pendant la présentation du gala UFC 249 à Jacksonville, en Floride, le premier événement en direct de l’UFC en deux mois en raison de la pandémie.

St-Pierre (26-2-0), qui a officiellement pris sa retraite le 21 février 2019, sera intronisé plus tard en 2020.

Grâce aux télédiffusions à la carte, le spécialiste des arts martiaux mixtes, connu par ses initiales GSP, a représenté une mine d’or pour l’UFC.

En rendant hommage à l’athlète de 38 ans de Saint-Isidore, Dana White, le président de l’UFC, a ravivé le débat sur la place qu’occupe St-Pierre dans le portrait du sport au Canada.

« Georges St-Pierre est un pionnier des arts martiaux mixtes canadiens qui a aidé à bâtir le sport universellement », a déclaré White dans un communiqué.

« Il est le plus fameux athlète à provenir du Canada et l’un des plus grands de l’histoire des arts martiaux. Nous sommes fiers de l’introniser au Temple de la renommée au sein du groupe de 2020. »

En 2010, White avait suscité un début lorsqu’il avait déclaré que St-Pierre était « un milliard de fois plus fameux que n’importe quel autre athlète à provenir du Canada. Incluant Wayne Gretzky. »

Un sondage La Presse canadienne-Harris Decima cotant les célébrités canadiennes, mené en janvier 2011, avait apporté une réponse différente. Gretzky s’y était classé premier et St-Pierre, septième. Cependant, St-Pierre avait terminé devant Stephen Harper, alors premier ministre du Canada.

Les succès de St-Pierre à l’intérieur de l’arène, générés par des heures de préparation méticuleuse, ont permis aux arts martiaux mixtes de se hisser à l’avant-scène au Canada et aidé l’UFC à s’établir partout au monde.

« C’est un grand honneur d’être intronisé au Temple de la renommée de l’UFC », a déclaré St-Pierre dans un communiqué.

« Je veux remercier Lorenzo et Frank Fertitta, Dana White et toute l’équipe de l’UFC, ma famille, mes entraîneurs et coéquipiers, mes anciens collaborateurs, mes adversaires et, bien sûr, tous les fans de l’UFC. Ce fut une aventure extraordinaire. Sans eux, rien de tout cela n’aura été possible. »

St-Pierre sera intronisé dans la « Section de l’ère moderne », qui rend hommage aux combattants qui ont fait leurs débuts pendant l’époque des règles unifiées, qui a été mise sur pied lors du gala UFC 28 en novembre 2000, qui sont âgés d’au moins 35 ans et qui ont pris leur retraite il y a au moins un an.

Il y rejoindra Forrest Griffin (2013), B.J. (The Prodigy) Penn (2015), Urijah (The California Kid) Faber (2017), (Rowdy) Ronda Rousey (2018), Michael (The Count) Bisping (2019) et Rashad (Suga) Evans (2019).

St-Pierre a vaincu deux d’entre eux, soit Bisping et Penn.

St-Pierre a quitté les cercles des arts martiaux mixtes après avoir difficilement vaincu Johny (Bigg Rigg) Hendricks lors du gala UFC 167 en novembre 2013. Bien que cette victoire lui avait permis de réaliser une neuvième défense consécutive de son titre, St-Pierre avait déclaré qu’il avait besoin de s’éloigner du stress que provoquait le sport.

Il n’est retourné dans l’arène qu’une seule fois, battant Bisping au gala UFC 217, en novembre 2017, pour mettre la main sur la ceinture chez les poids moyens. Un mois plus tard, St-Pierre a abdiqué pour de bon, citant des raisons de santé (colite ulcéreuse).

« Il n’y a pas de larmes. Je suis très heureux de le faire », a-t-il déclaré au sujet de sa décision de prendre sa retraite.

« Il faut beaucoup de disciplines pour se retirer au sommet. Ç’a été un long processus dans ma tête mais c’est le temps de le faire. Seulement quelques personnes l’ont fait. Et j’ai toujours dit que je voulais prendre ma retraite de mon propre chef et non me faire dire quand me retirer. »

St-Pierre a affiché de la classe autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’arène.

Sa préparation pour ses combats était légendaire, mêlant des mouvements de gymnastique à de l’entraînement en dynamophilie. Pour lui, des tractions avec une ceinture pesant 75 livres attachée à sa taille relevaient de la routine.

Pendant que des combattants portaient des cotons ouatés et des chandails commandités, St-Pierre — à l’instar de certains champions boxeurs — était toujours vêtu d’un veston lors de ses conférences de presse d’après-combat.

St-Pierre est l’un des sept athlètes dans l’histoire de l’UFC à avoir remporté des titres dans deux catégories de poids. Ses 13 triomphes consécutifs et ses 13 défenses de titre lui confèrent le deuxième rang dans l’histoire de l’UFC.

Ses 20 victoires le placent au troisième rang dans l’UFC et il domine tous les combattants pour le nombre de coups ayant portés (2591), le plus de coups significatifs au sol (461) et le plus de renversements (90).

Il a également vengé ses deux seuls échecs, battant Hughes deux fois et Matt Serra en une occasion.

Pendant sa carrière, St-Pierre a surmonté des opérations aux genoux et d’autres blessures, de même que des accusations non fondées de tricherie (utilisation de stéroïdes, selon Nick Diaz, et utilisation de Vaseline, selon Penn). White a mis en doute sa force de caractère après que St-Pierre eut perdu la première défense de son titre contre Serra en avril 2007.

À travers tout ça, St-Pierre n’a jamais cessé de se réinventer et de gagner. Il a passé sa carrière à éliminer les avantages de ses adversaires, menant à des victoires méthodiques, bien que pas toujours belles à voir. De ses neuf défenses réussies chez les mi-moyens, huit l’ont été par décision.

En avril 2008 lors du gala UFC 83 à Montréal, il a dominé Serra pour récupérer la ceinture de champion. Il n’a plus jamais perdu.

St-Pierre avait gagné son premier combat chez les professionnels en janvier 2002, contre Ivan Menjivar. Quatre victoires de plus et il faisait son entrée en UFC.