Le CIO réitère sa confiance dans la «réussite» des JO de Tokyo

Le bilan de l’épidémie de coronavirus COVID-19 dépasse les 3000 morts et de nombreux événements sportifs internationaux ont été annulés ou reportés, notamment en Asie, berceau du virus.
Photo: Fabrice Coffrini Agence France-Presse Le bilan de l’épidémie de coronavirus COVID-19 dépasse les 3000 morts et de nombreux événements sportifs internationaux ont été annulés ou reportés, notamment en Asie, berceau du virus.

En pleine crise du coronavirus et à moins de cinq mois des Jeux olympiques de Tokyo 2020, programmés du 24 juillet au 9 août, le Comité olympique international (CIO), par la voix de son président Thomas Bach, s’est de nouveau voulu rassurant mardi, réitérant sa « confiance » dans des JO de Tokyo « réussis ». Malgré un bilan de l’épidémie de coronavirus COVID-19 qui dépasse les 3000 morts et l’annulation ou le report de nombreux événements sportifs internationaux, notamment en Asie, berceau du virus, le CIO n’évoque officiellement ni annulation ni report, encore moins de plan B.

« Le CIO réaffirme son total engagement à assurer le succès des Jeux olympiques de Tokyo 2020 », a déclaréM. Bach, reprenant devant de nombreux médias et télévisions les termes d’un communiqué publié peu avant. « Nous restons très confiants dans la réussite des JO de Tokyo », a ajouté le patron du CIO en marge d’une réunion de deux jours de la Commission exécutive qui se refermera mercredi soir. « Il y a beaucoup de conjectures. Mais, à la lumière de tous les conseils que nous recevons aujourd’hui des autorités compétentes, les Jeux de Tokyo se dérouleront et débuteront le 24 juillet », a ajouté Mark Adams, porte-parole du CIO.

Le patron allemand de l’instance n’a répondu à aucune question et n’a absolument pas fait référence aux propos de la ministre japonaise des Jeux olympiques, qui a indiqué mardi que le Japon risque d’être privé des JO s’il les reporte au-delà de l’année 2020 du fait de l’épidémie de COVID-19. Seiko Hashimoto a précisé devant le Parlement qu’elle faisait référence au contrat conclu entre Tokyo, le Comité olympique japonais et le CIO. Elle a également précisé que fin mai serait cruciale pour prendre une décision.

Vendredi déjà, M. Bach avait tenu le même discours rassurant auprès des médias japonais, en déclarant que le CIO « est totalement déterminé à la tenue de JO couronnés de succès à Tokyo ». Un autre membre éminent du CIO, le Canadien Dick Pound, avait indiqué plus tôt à l’AFP que le CIO n’envisagerait pas de reporter ou d’annuler les JO de Tokyo tant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne l’aurait pas invité à le faire.

Tests à huis clos ?

Le temps presse toutefois. Sportifs comme fédérations internationales s’interrogent non seulement sur la tenue des JO, mais aussi sur celle d’une quinzaine de test-events qui doivent encore se tenir au Japon avant l’ouverture des JO. Ainsi, des test-events de gymnastique, de natation, de cyclisme ou encore de voile sont-ils programmés. Et selon certaines fédérations, ces épreuves, qui doivent encore distribuer des quotas qualificatifs pour les JO, pourraient se tenir à huis clos.

L’allumage de la flamme olympique aura bien lieu

Athènes — La cérémonie d’allumage de la flamme olympique la semaine prochaine en vue des Jeux de Tokyo se déroulera en Grèce malgré les inquiétudes concernant l’épidémie de coronavirus. Le Comité olympique grec a révélé qu’il travaille en étroite collaboration avec les autorités sanitaires nationales et tiendra des réunions pour réévaluer la situation tous les deux jours. La Grèce a enregistré sept cas de coronavirus, tous liés à des personnes ayant voyagé depuis l’Italie.

L’allumage de la flamme olympique a lieu plusieurs mois avant le début des Jeux sur le site sacré de l’ancienne Olympie, berceau des anciens Jeux olympiques dans le sud de la Grèce. De là, elle est transportée lors d’un relais d’une semaine à travers la Grèce avant d’être remise aux organisateurs des Jeux.

Le Comité a précisé qu’il n’acceptera pas les spectateurs pour la répétition finale, le 11 mars, la veille de la cérémonie. Il a ajouté qu’il « réduira considérablement » le nombre de personnes admises à l’événement. Il annule également des dîners et réceptions prévus à Olympie et recommandera aux autorités locales de réduire les événements publics prévus.

La flamme sera remise aux responsables de l’organisation des Jeux de Tokyo le 19 mars.

La Presse canadienne