Raonic surclasse Tsitsipas au 3e tour en Australie

Milos Raonic a gagné 88% des échanges joués sur ses premières balles de service contre le Grec Stefanos Tsitsipas, vendredi, aux Internationaux d’Australie.
Photo: Andy Wong Associated Press Milos Raonic a gagné 88% des échanges joués sur ses premières balles de service contre le Grec Stefanos Tsitsipas, vendredi, aux Internationaux d’Australie.

Le seul Canadien encore en lice aux Internationaux de tennis d’Australie est parvenu à franchir le troisième tour, vendredi, et à atteindre la ronde des 16.

Milos Raonic, la 32e tête de série du tournoi, a surpris le Grec classé sixième Stefanos Tsitsipas en trois manches de 7-5, 6-4, 7-6 (2).

Le joueur de 29 ans de Thornhill, en Ontario, a été ralenti par des blessures au cours des derniers mois, ratant de grands pans de la deuxième portion du calendrier en raison de maux de dos. Avant ces victoires à Melbourne, il n’avait pas inscrit de gain depuis octobre.

« Je savais qu’en y mettant le travail nécessaire, le tennis reviendrait. Je crois que toutes les pièces sont tombées en place vendredi, a-t-il dit après le duel. Ce résultat me rend très heureux. »

Alors qu’il occupait le troisième rang mondial en 2016, Milos Raonic a glissé jusqu’au 35e échelon en raison des blessures et de résultats inconstants. Il dit avoir pris le temps nécessaire pour guérir son dos, dont en passant un mois complet sans effectuer de service. « Ça m’a permis de me concentrer sur d’autres aspects, de devenir plus fort et en meilleure condition physique. »

Âgé de 21 ans, Tsitsipas est considéré comme l’une des étoiles montantes du tennis masculin, mais il a éprouvé des ennuis en tournois du Grand Chelem. Il a perdu au premier tour à Wimbledon et aux Internationaux des États-Unis avant ce revers au troisième tour, après avoir offert sa meilleure performance en carrière l’an dernier, soit une demi-finale en Australie.

Raonic, qui n’avait jamais affronté Tsitsipas auparavant, joue quant à lui du tennis inspiré en Australie. Vendredi, il a démontré toute sa puissance au service en réalisant 19 as, 10 de plus que son jeune adversaire. Il a gagné 88 % des échanges joués sur ses premières balles de service.

C’est la cinquième fois en six ans que Raonic atteint au moins le quatrième tour. Depuis 2015, il a atteint trois fois les quarts de finale et une fois les demi-finales. « J’ai toujours trouvé le moyen de connaître de bonnes performances ici, a-t-il noté, surtout quand j’ai pu mettre le temps nécessaire à l’entraînement. »

Au quatrième tour, Raonic affrontera le Croate Marin Cilic, qui a disposé de l’Espagnol Roberto Bautista Agut en cinq manches.

En double, Vasek Pospisil et le Polonais Hubert Hurkacz ont été battus 6-4 et 6-4 par les Britanniques Jamie Murray et Neal Skupski.

Federer frôle la défaite

Roger Federer a pensé : « Oh, oh, ça recommence ». À deux points d’une défaite aux Internationaux d’Australie contre un adversaire familier, il avait déjà commencé à analyser sa défaite.

Environ un an et demi après que John Millman eut eu le dessus sur lui dans un match marathon à leur précédent affrontement en Grand Chelem, l’Australien classé 47e au monde a donné la frousse au Suisse, détenteur de 20 titres majeurs. Cette fois par contre, Federer a puisé au fond de ses ressources pour inscrire une victoire de 4-6, 7-6 (2), 6-4, 4-6, 7-6 (8) et atteindre la ronde de 16 des Internationaux d’Australie, vendredi.

« Dieu que ça a été difficile », a déclaré l’Helvète après avoir remporté un 100e match à Melbourne Park.

Ce duel enlevant a duré plus de quatre heures et Federer tirait de l’arrière 8-4 au bris avant de remporter six jeux d’affilée pour éliminer Millman et mettre fin à une série de trois revers en matchs nécessitant cinq manches.

« Ça s’est joué au fil d’arrivée. J’ai peut-être été un peu chanceux. Ça m’a demandé tellement de concentration, a expliqué Federer. Il répondait à tous mes coups avec ses meilleures attaques. […] J’étais prêt à devoir expliquer ma défaite en conférence de presse. »

Juste avant que Federer gagne ces six échanges consécutifs, Millman venait d’offrir ses trois meilleurs coups de la soirée : une volée du revers et deux coups de débordement pour des coups gagnants.

Ça n’a pas été suffisant.

« J’imagine que c’est ce que les meilleurs joueurs font, a dit Millman au sujet du retour de Federer. Je devrai revoir ce match. »

Le plus gros problème de Federer dans ce match — outre le jeu de Millman — a été son coup droit, pourtant le secret de ses succès en carrière. Il l’a complètement abandonné dans cette rencontre, étant responsable de 48 des 82 fautes directes.

En contrepartie, il a inscrit le point gagnant avec ce coup droit.

La troisième tête de série affrontera de nouveau un joueur non classé au tour suivant, Marton Fucsovics — tombeur de Denis Shapovalov plus tôt dans le tournoi —, qui a vaincu Tommy Paul 6-1, 6-1, 6-4.

La fin pour Wozniacki

Par ailleurs, les amateurs de tennis de l’Australie ont été témoins du dernier match en carrière de Caroline Wozniacki, vendredi. La Danoise — championne de 2018 — a perdu 7-5, 3-6 et 7-5 face à Ons Jabeur, au troisième tour.

Vers la fin de 2019, l’ex-no 1 mondiale a dit qu’elle se retirerait après les Internationaux d’Australie pour passer plus de temps avec sa famille. Elle invoquait aussi un diagnostic d’arthrite rhumatoïde. Après le match, elle a essuyé des larmes assise dans sa chaise avant de donner une entrevue pour la télé.

« Je pense que c’est dans l’ordre des choses que mon dernier match se termine sur une faute directe du coup droit », a dit Wozniacki, souriant tout en pleurant.

La Tunisienne Jabeur a commis 60 fautes directes, mais elle a compensé en dominant 43-9 pour les coups gagnants. Elle a aussi converti cinq des neuf bris de la rencontre. Si elle a été victime de cinq doubles fautes, elle a prévalu 6-1 pour les as.

Au tour suivant, elle affrontera la Chinoise Wang Qiang, gagnante-surprise devant Serena Williams : 6-4, 6-7 (2), 7-5. Qiang, 27e tête de série, a inscrit trois bris, dont celui concrétisant sa victoire, après deux heures et 43 minutes.

Williams, 38 ans, n’a pas été écartée aussi hâtivement à Melbourne depuis 14 ans. Elle a triomphé 23 fois en Grand Chelem, dont 7 consécrations en Australie. Vendredi, elle a couru à sa perte avec 55 fautes directes, 35 de plus que sa rivale.

Il a surpris Stefanos Tsitsipas en trois manches.