La pluie perturbe la première journée des Internationaux de tennis d'Australie

La première journée des Internationaux d'Australie a été perturbée par la pluie, provoquant le report de 32 matchs.
Photo: Andy Brownbill Associated Press La première journée des Internationaux d'Australie a été perturbée par la pluie, provoquant le report de 32 matchs.

Drôle de début pour l’Open d’Australie : la menace de pollution levée, c’est la pluie qui a complètement chamboulé la première journée lundi à Melbourne, provoquant le report à mardi de 32 matchs prévus sur les courts extérieurs, sans pour autant déstabiliser les principaux prétendants.

Heureusement, les trois grands courts du Melbourne Park sont dotés d’un toit rétractable, ce qui a permis aux matchs programmés dans ces enceintes de s’y dérouler normalement.

Roger Federer a expédié l’Américain Steve Johnson 6-3, 6-2, 6-2 en 1 h 21.

« J’ai senti que j’avais de la marge. Je sentais que je contrôlais le match, quoi que je fasse. Ce ne sera peut-être pas comme ça au prochain tour, donc je dois faire attention. Garder la mentalité tour après tour, point après point », a commenté Federer qui s’est imposé à six reprises à Melbourne.

« Les trois premiers tours seront la clé pour m’habituer à la pression, réussir à éviter les balles de break à 30-30, rester calme même si j’ai un set ou un break de retard… », a-t-il expliqué en rappelant que, contrairement à « 95 % des joueurs du tableau », lui n’avait pas joué le moindre match de compétition avant ce premier tour.

En clôture de la session nocturne, le tenant du titre Novak Djokovic a lâché un set à Jan-Lennard Struff avant de finalement l’écarter de son chemin 7-6 (7/5), 6-2, 2-6, 6-1 en 2 h 16.

« C’est bon d’être de retour sur ce court qui est celui où j’ai eu le plus de succès dans ma carrière, et de loin », a-t-il déclaré après y avoir signé sa 900e victoire sur le circuit.

Le Serbe, no 2 mondial, tente de porter à 8 son record de titres à Melbourne et à 17 le nombre de ses trophées en Majeurs pour se rapprocher de Federer (20) et Nadal (19).

Mais Stefanos Tsitsipas a montré lundi qu’il n’était plus « l’enfant » qui avait échoué en demi-finales l’an dernier face à Nadal. Faisant preuve de « maturité » lors d’un match où il a « tout bien fait », le Grec 6e mondial a balayé l’Italien Salvatore Caruso (95e) 6-0, 6-2, 6-3.

La journée a été marquée par la nouvelle victoire de Coco Gauff sur Venus Williams : comme à Wimbledon où elle s’était fait un nom l’été dernier, la plus jeune joueuse du tournoi (67e mondiale à 15 ans) a battu la plus âgée (55e à 39 ans), 7-6 (7/5), 6-3.

La première surprise de la quinzaine australienne est venue de la défaite de Denis Shapovalov (13e) qui n’a pas su maîtriser ses nerfs face à Marton Fucsovics (67e) et qui s’est incliné 6-3, 6-7 (7/9), 6-1, 7-6 (7/3) après 3 h 17 de combat.

Chez les dames, la no 1 mondiale Ashleigh Barty s’est fait peur face à l’Ukrainienne Lesia Tsurenko (120e) avant de « serrer les vis » pour très nettement prendre le dessus 5-7, 6-1, 6-1.

La première figure qualifiée a été Osaka, 4e mondiale, qui a facilement écarté la Tchèque Marie Bouzkova (59e), 6-2, 6-4.

« Je n’avais jamais joué contre elle et, pour moi, il est toujours difficile de jouer quelqu’un qu’on ne connaît pas au premier tour d’un Grand Chelem », a commenté la Japonaise de 22 ans.

C’est ensuite Serena Williams qui a fait une courte représentation de 58 minutes pour battre la Russe Anastasia Potapova (90e) 6-0, 6-3.

« J’ai bien commencé, mais elle s’est bien battue », a commenté l’Américaine de 38 ans.

L’Open d’Australie, un temps menacé par des fumées toxiques provenant des gigantesques incendies qui ravagent le pays, a bien débuté lundi à 11 h (00 h GMT) avec une qualité d’air jugée « bonne » par les autorités sanitaires de Melbourne : 3 sur une échelle où il a été décidé de suspendre les matchs à partir de 200.

Les feux qui brûlent depuis septembre ont fait au moins 29 morts et dévoré 10 millions d’hectares, soit une superficie supérieure à celle de la Corée du Sud ou du Portugal.