La mauvaise qualité de l'air dérange aux Internationaux de tennis d’Australie

Un spectateur porte un masque pour se protéger de la fumée, lors d'une séance d'entraînement aux Internationaux d'Australie le 14 janvier.
Photo: Michael Dodge Associated Press Un spectateur porte un masque pour se protéger de la fumée, lors d'une séance d'entraînement aux Internationaux d'Australie le 14 janvier.

Le directeur des Internationaux de tennis d’Australie, Craig Tiley, s’est défendu d’avoir maintenu les matchs de qualification cette semaine en dépit du fait que la qualité de l’air était parmi les pires sur la planète en raison de la fumée provenant des incendies de forêt qui ravagent une bonne partie du pays.

Le tournoi a été critiqué par les joueurs qui ont dû s’exécuter en dépit des mauvaises conditions. Les images de la Slovène Dalila Jakupovic ont marqué les esprits, après qu’elle s’est effondrée en plein match, prise d’une vilaine quinte de toux, et l’Australien Bernard Tomic a demandé l’intervention d’un médecin puisqu’il avait de la difficulté à respirer.

Tiley a déclaré jeudi que les conditions respectaient les standards établis, après que les organisateurs du tournoi eurent consulté des experts médicaux et sportifs, ainsi que des scientifiques de l’Environmental Protection Authority.

« Notre équipe médicale était satisfaite des conditions dans lesquelles les joueurs ont dû s’exécuter, après avoir consulté toutes les recherches, les analyses et les données scientifiques dont ils disposaient », a commenté Tiley.

Il a ajouté que les matchs auraient été interrompus si l’équipe médicale présente à Melbourne Park avait décidé que les conditions de jeu étaient devenues trop dangereuses pour la santé.

« Nous sommes conscients des frustrations, [mais] celles-ci sont essentiellement attribuables à la confusion et à la complexité du problème auquel nous faisons face, a poursuivi Tiley. Nous avons invité les joueurs… à venir nous rencontrer pour discuter. »

« Si quelqu’un ressent un malaise, peu importe le moment, nous disposons d’une équipe médicale. Nous disposons d’un pneumologue qui peut traiter tous ces problèmes. »

Les matchs de qualification ont été retardés d’une heure mardi et de deux heures mercredi jusqu’à ce que la fumée et les microparticules émanant des incendies de forêt à proximité se soient suffisamment dissipées pour permettre au jeu de reprendre. La pluie qui s’est abattue sur le secteur en fin de journée mercredi a aussi augmenté la qualité de l’air à Melbourne.

Le Britannique Liam Broady a sévèrement critiqué les conditions de jeu dans lesquelles il s’est exécuté mardi, dans un revers de 6-3, 6-0 contre Ilya Ivashka, du Bélarus.

« Plus je pense aux conditions de jeu… plus je deviens agressif, a écrit Broady sur Twitter. Nous ne pouvons laisser passer ça. Le courriel que nous avons reçu hier de l’ATP [et des Internationaux d’Australie] était une véritable claque au visage, car les conditions étaient supposément « jouables ». Êtes-vous fous ? »

Mercredi, le Canadien Brayden Schnur a critiqué les dirigeants après sa victoire au premier tour des qualifications contre Sebastian Ofner, et des joueurs étoiles tels Roger Federer et Rafael Nadal, qui devraient être plus présents pour dénoncer les conditions de jeu.

Le Comité des joueurs de l’ATP doit se réunir avant les Internationaux d’Australie, qui commenceront lundi.